Anti-nuclear campaigners stage a protest as government leaders gather in Brussels to promote a global nuclear revival.

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Les groupes verts rejettent la renaissance du nucléaire alors que les gouvernements cherchent une solution au climat

Environ la moitié des États membres de l’UE se sont joints à l’appel en faveur d’une relance mondiale du nucléaire, arguant qu’il s’agirait d’un élément essentiel pour enrayer le réchauffement climatique, mais les défenseurs du climat affirment qu’un regain d’intérêt pour l’énergie atomique pourrait détourner l’attention du déploiement urgent des énergies renouvelables. .

Le Français Emmanuel Macron fait partie d’une douzaine de dirigeants de gouvernements européens qui ont appelé à une coopération internationale pour stimuler les investissements dans l’énergie atomique, mais les groupes verts rejettent leur affirmation selon laquelle il s’agit d’un outil climatique essentiel pour stopper l’augmentation de la température mondiale.

Le Premier ministre belge Alexander De Croo a attiré une série de dirigeants mondiaux à un sommet sur l’énergie nucléaire à l’ombre de l’emblématique bâtiment de l’Atomium à Bruxelles, pour soutenir son appel en faveur d’un nouvel élan en faveur du déploiement des infrastructures nucléaires.

La Roumanie, la Bulgarie, la Croatie, la Tchéquie, la Finlande, la Hongrie, les Pays-Bas, la Suède, la Slovaquie, la Slovénie et l’Italie ont été rejoints par une série de pays d’Asie, d’Amérique du Nord et du Sud et d’Afrique pour appeler à un soutien politique et à un financement dans une déclaration coordonnée par le Agence internationale de l’énergie atomique.

Si une grande partie du discours des dirigeants européens s’est concentrée sur la nécessité d’accroître la « souveraineté énergétique » de l’UE, ils ont également martelé le message selon lequel il serait impossible d’arrêter le réchauffement climatique sans renforcer l’énergie atomique. Mais dans un rapport publié à l’occasion du sommet, le Bureau européen de l’environnement (BEE) affirme que l’énergie solaire, éolienne et d’autres énergies vertes pourraient même remplacer la capacité nucléaire existante.

« Nous sommes conscients que nous ne pourrons pas atteindre le zéro net de sitôt sans investir dans l’énergie nucléaire, c’est donc exactement ce que nous faisons », a déclaré le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, une remarque reprise par un chef de gouvernement après l’autre avant de signer une déclaration sur le nucléaire. Nuclear Energy qui décrit le nucléaire comme « une source d’électricité fiable et distribuable à zéro émission ».

Plusieurs chefs de gouvernement ont rappelé la référence à l’énergie nucléaire dans les conclusions de la conférence sur le climat COP28 en décembre dernier, où elle était l’une des nombreuses « technologies à émissions nulles et faibles » dont le déploiement devrait être « accéléré » – même si certains ont confondu cet accord mondial avec un autre engagement pris lors du sommet de l’ONU à Dubaï par 20 gouvernements, dont la France et les États-Unis, de tripler la capacité nucléaire mondiale d’ici 2050.

Un conte de fées’?

Mais le potentiel de l’énergie nucléaire en tant que solution climatique a été remis en question par des groupes environnementaux, qui ont manifesté devant le lieu de la conférence pour rejeter comme un « conte de fées » l’idée selon laquelle la construction de davantage de réacteurs contribuerait à ralentir la hausse de la température mondiale.

Sans prolongation supplémentaire, la plupart des réacteurs nucléaires européens seront prêts à être déclassés d’ici 2040, note le BEE dans son rapport, affirmant qu’une combinaison d’économies d’énergie et d’une flexibilité accrue du réseau, combinée à un déploiement accéléré des énergies renouvelables, pourrait fournir suffisamment d’électricité en Europe, même si son parc nucléaire vieillissant a été mis hors service.

En ouvrant l’événement, De Croo a parlé de la décision de la Belgique de « faire marche arrière » sur le démantèlement prévu de ses réacteurs, tandis que son président du Conseil européen, Charles Michel, a évoqué l’importance de réduire la dépendance à l’égard de « régimes peu fiables » pour l’approvisionnement énergétique de l’Europe.

Mais Cosimo Tansini, spécialiste des énergies renouvelables au BEE, a fait valoir que l’énergie nucléaire deviendrait « redondante » à mesure que la capacité d’énergie renouvelable augmente parallèlement à la baisse de la demande d’énergie, conformément à la politique de l’UE. « Prenons l’Espagne, où l’essor de l’énergie éolienne, solaire et hydroélectrique a fait baisser les prix de l’électricité et contraint les sociétés énergétiques à arrêter le nucléaire pour éviter des pertes financières. »

L’Espagne n’était pas présente au sommet de Bruxelles, qui a eu lieu alors que les dirigeants de l’UE convergeaient vers la capitale belge pour un sommet du Conseil européen. L’Allemagne, qui a tourné le dos à l’énergie nucléaire après la catastrophe de Fukushima en 2011, a également été absente.

« Débat distrayant »

L’eurodéputé Michael Bloss, dont le parti des Verts fait partie du gouvernement de coalition de Berlin, s’est montré cinglant à l’égard des affirmations sur le caractère écologique de l’énergie nucléaire, la décrivant comme « une impasse coûteuse » qui ne rapporte que peu d’énormes subventions publiques et prend des années à déployer.

« Nous sommes empêtrés dans un débat distrayant qui sape nos efforts de protection du climat », a déclaré Bloss dans un communiqué. «Il est clair que la France s’efforce de sauver son parc nucléaire défaillant, qui saigne déjà de l’argent. Alors que le géant de l’énergie EDF est confronté à des pertes records, la France cherche à extraire de nouvelles opportunités d’investissement de l’UE.»

Les militants de Greenpeace ont tenté de perturber le sommet en bloquant les routes menant à la zone et en organisant une petite mais bruyante manifestation en dehors du périmètre verrouillé du lieu.

« Toutes les preuves montrent que l’énergie nucléaire est trop lente à construire, trop chère et qu’elle reste très polluante et dangereuse », a déclaré Lorelei Limousin, militante de Greenpeace. « Les gouvernements devraient plutôt se concentrer sur l’investissement dans les énergies renouvelables et les économies d’énergie, ainsi que sur des solutions réelles qui fonctionnent pour les gens, comme l’isolation des maisons et les transports publics. »

Le groupe de campagne était l’un des quelque 600 groupes de la société civile qui ont signé une déclaration avant le sommet belge accusant le lobby nucléaire « d’espérer détourner des sommes massives d’argent des véritables solutions climatiques ».

L’Observatoire de l’Europe a demandé à De Croo s’il pensait que le prochain exécutif européen devrait soutenir politiquement l’énergie nucléaire, et s’il y avait un risque de créer une division entre les pays qui la soutiennent et ceux qui ne le soutiennent pas.

« Je ne vois pas cela du tout », a déclaré De Croo. « Je vois du respect pour les choix que font les pays, et je vois certainement un débat beaucoup plus scientifique que le débat idéologique que nous avions l’habitude de voir dans le passé. »

Dans les mois restants du mandat de six mois de la Belgique à la présidence du Conseil de l’UE, elle « se concentrera principalement sur l’établissement de l’ordre du jour de la prochaine commission », a déclaré De Croo, soulignant que la Hongrie, prochaine sur la liste, était également pro-nucléaire.

Laisser un commentaire

un × 3 =