Lawmakers ready to vote in the European Parliament.

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Les groupes de pression féminins craignent que les hommes dominent le Parlement en cas de montée de l’extrême droite

Les groupes de pression des femmes de l’UE craignent que les hommes ne dominent les principales commissions décisionnelles du Parlement européen en cas de montée de l’extrême droite après les élections

Le Parlement européen a atteint son plus haut niveau d’égalité des sexes au cours de la session 2019-2024 : sur ses 705 législateurs actuels, quelque 280 sont des femmes. Les groupes de défense craignent toutefois que cela ne change lors de la prochaine législature, si davantage de politiciens d’extrême droite sont élus : leurs listes sont généralement moins équilibrées et ils ont des politiques plus conservatrices. Nous examinons les statistiques hommes-femmes alors que les Européens se rendent aux urnes cette semaine.

Quelle est la situation actuelle ?

D’un peu plus de 16 % de femmes parlementaires dans le premier Parlement européen élu au suffrage direct en 1979, le pourcentage de femmes est passé à 41 % lors des élections européennes de 2019, selon le service de recherche du Parlement. La Commission européenne actuelle est également la plus équilibrée entre les sexes dans l’histoire de l’institution, et elle est dirigée pour la première fois par une femme présidente – Ursula von der Leyen.

Certains appels ont toutefois été lancés au sein du Parlement pour accroître la position des femmes au sein de ses rangs grâce à des réformes. L’eurodéputé grec Dimitrios Papadimoulis (GUE/NGL), vice-président du Parlement, a appelé à une plus grande représentation féminine parmi les dirigeants des commissions des institutions et à avoir au moins un tiers de femmes parlementaires dans chaque commission.

Jéromine Andolfatto, chargée de politique et de campagnes au Lobby européen des femmes, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que bien que cette législature soit la plus équilibrée, il subsiste « une ségrégation horizontale ».

« Si vous regardez la commission des droits des femmes et de l’égalité des genres au Parlement, presque tous les membres sont des femmes, mais si l’on considère les commissions influentes comme celles des affaires étrangères ou juridiques, il y a plus d’hommes, ce qui réduit la voix des femmes politiques », Andolfatto dit.

De plus, il existe de grandes disparités entre les États membres. Certains pays – le Luxembourg, la Finlande et la Suède par exemple – comptent légèrement plus de femmes que d’hommes au Parlement, alors que les femmes représentent moins d’un quart des députés européens de Roumanie, de Chypre et de Grèce.

Quotas

Un moyen d’augmenter le nombre de femmes politiques consiste à instaurer des quotas par sexe afin de garantir qu’une part de femmes doit figurer sur une liste de candidats. Il n’existe pas de règles à l’échelle de l’UE à ce sujet, mais onze États membres – la Belgique, la Croatie, la France, la Grèce, l’Italie, le Luxembourg, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, la Slovénie et l’Espagne – ont actuellement des quotas contraignants par sexe pour les élections européennes. Certains d’entre eux imposent même des sanctions si les listes de candidats ne respectent pas les quotas.

Des pays comme la Suède, la Finlande, les Pays-Bas, le Danemark et l’Allemagne ont réussi à obtenir une proportion significative de femmes dans les parlements et les exécutifs de l’UE sans quotas contraignants.

Aux Pays-Bas, le Tige sur une vrouw Le groupe de défense (Votez pour une femme) tente de motiver les gens à voter de manière stratégique pour augmenter la part des femmes au Parlement. Lors des élections de 2019, les Pays-Bas ont choisi seize législateurs hommes et treize femmes ; dont trois ont été élus au vote préférentiel : Samira Rafaela (Renew), Liesje Schreinemacher (Renew) et Kim van Sparrentak (Verts).

Andolfatto a déclaré que des citations contraignantes peuvent fonctionner dans ces cas-là et que « l’expérience montre que les quotas sont le meilleur moyen d’accélérer la représentation des femmes ».

« Avec le cours naturel des événements, il faudrait des années pour atteindre l’égalité. De plus, nous avons également besoin de femmes occupant de bonnes places sur les listes », a-t-elle ajouté.

Les pays les plus progressistes avec une représentation équilibrée au Parlement actuel ont maintenu des listes relativement paritaires pour le vote de juin, selon les données recueillies par L’Observatoire de l’Europe. Dans le même temps, les partis d’extrême droite comptent souvent plus d’hommes que de femmes sur leurs listes.

Le parti d’extrême droite roumain AUR n’a répertorié que deux femmes dans le top 10. Même situation en Grèce où le Front national d’extrême droite a placé les candidates nettement plus bas que les hommes ; le top 10 ne compte que trois femmes.

Cela s’applique également au parti d’extrême droite néerlandais PPV, avec seulement trois femmes dans le top 10. Nous observons une situation similaire en Allemagne où l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) a sélectionné deux femmes dans le top dix, aux quatrième et neuvième places.

Politiques conservatrices

On s’attend à ce que la composition du Parlement change et que les partis de droite remportent des sièges, ce qui laisse également le lobby des femmes avec une question sur le contenu des politiques.

« Nous avons réalisé beaucoup de progrès au cours de ce mandat 2019-2024, en partie grâce aux dirigeantes progressistes telles que Von der Leyen, qui avait un commissaire chargé de l’égalité, et aux directives de l’UE sur la prévention de la violence à l’égard des femmes », a déclaré Andolfatto du Lobby européen des femmes. .

Stem op een vrouw cite l’augmentation du congé parental comme un bon exemple d’une politique d’égalité entre les sexes émergeant de ce Parlement. Les législateurs ont voté pour des règles européennes de six jours de congé. « Jusqu’à récemment, les Pays-Bas ne disposaient que de deux jours de congé parental, principalement utilisés par les pères. Cela provoquait des inégalités entre les sexes, car les mères se retrouvaient souvent seules après la naissance d’un enfant. »

Cependant, Andolfatto craint qu’un parlement plus à droite se traduise également par moins de décisions progressistes. « Nous constatons les résultats d’une montée de l’extrême droite au niveau national, comme en Italie, avec le risque de politiques plus conservatrices et également de retour en arrière sur les droits des femmes comme l’avortement. C’est une préoccupation pour nous », a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire

dix-huit + 18 =