Tulip fields next to surface waters in the Netherlands

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Les gouvernements s’efforcent d’assouplir la protection de l’environnement aquatique

Les défenseurs de l’environnement ont tiré la sonnette d’alarme sur un éventuel affaiblissement des règles européennes en matière de qualité de l’eau, alors que se profile l’échéance de 2027 pour respecter les limites strictes de pollution.

Alors que la plupart des pays de l’UE ne respecteront pas le délai légal fixé pour restaurer la santé de leurs rivières et de leurs lacs d’ici 2027, les groupes écologistes craignent que certains ne profitent de la mise à jour de la liste de surveillance des polluants comme d’une opportunité pour affaiblir les réglementations centrales de l’UE sur la qualité de l’eau.

La Commission européenne a proposé en octobre 2022 une mise à jour de la liste des polluants que les États membres sont tenus de maintenir dans des limites strictes dans toutes les eaux de surface et souterraines, afin de refléter les préoccupations croissantes concernant les produits chimiques nocifs tels que les PFAS, l’herbicide omniprésent, le glyphosate, et les produits pharmaceutiques.

Mais la Belgique, qui assure actuellement la présidence du Conseil de l’UE, dans un document daté du 27 mai et consulté par L’Observatoire de l’Europe, avait accepté une suggestion antérieure de l’Espagne de repousser le délai de mise en conformité à 2039 pour les nouvelles substances, et propose d’assouplir les règles dans d’autres domaines tels que le l’exigence de prévenir la « détérioration de l’état d’une masse d’eau ».

Les niveaux de toutes les substances répertoriées doivent être maintenus dans des limites spécifiques pour qu’une masse d’eau puisse prétendre au « bon » état écologique – le minimum que les gouvernements sont tenus d’atteindre sur leurs territoires d’ici 2027 en vertu de la directive-cadre sur l’eau. Mais tout semble indiquer que l’UE est loin d’être en mesure d’atteindre cet objectif fixé en 2020.

La proposition de compromis, dont les diplomates nationaux devraient discuter lors d’une réunion le 12 juin, semble être influencée par une déclaration commune diffusée parmi les délégations plus tôt cette année par les Pays-Bas, avec le soutien du Danemark, de la Finlande, de l’Allemagne et du Luxembourg.

Les pays soulignent leur accord avec « l’ambition globale de la DCE », mais soutiennent que la règle de non-détérioration n’est pas clairement définie dans la législation et que, par conséquent, son application doit suivre des décisions de justice qui ont constaté des effets négatifs, même temporaires, sur la qualité de l’eau. être illégal.

Dans une affaire intentée par le groupe vert France Nature Environnement contre les plans gouvernementaux nationaux de gestion de l’eau, la Cour de justice de l’UE a statué en 2022 que le respect de la directive doit « prendre en compte les impacts temporaires, à court terme, sans conséquences durables, sauf s’ils sont Il est clair que de tels impacts ont, par nature, peu d’effet sur l’état des masses d’eau concernées ».

La Belgique semble avoir pris en compte les préoccupations des cinq pays, proposant qu’un changement de l’état de qualité écologique (NQE) de « élevé » à « bon » ne soit pas considéré comme une détérioration, tout en notant qu’une application stricte de la définition de la Cour pourrait alourdir les formalités administratives et même « entraver » les travaux de restauration où « les polluants sont déplacés à l’intérieur ou entre les plans d’eau sans toutefois provoquer une augmentation globale de la pollution ».

Les groupes verts ont été alarmés par la direction apparente de la marche au Conseil de l’UE. « En affaiblissant les règles européennes qui protègent nos eaux, les États membres se donnent plus de liberté pour polluer et dégrader la qualité de l’eau ; ce qui nuira à nos eaux potables et de baignade ainsi qu’à la nature », a déclaré Claire Baffert du bureau politique européen du WWF à Bruxelles.

L’Institut national néerlandais pour la santé publique et l’environnement a rapporté l’année dernière que des niveaux élevés de PFAS – surnommés « produits chimiques éternels » car ils ne se décomposent pas dans l’environnement et ne s’accumulent pas dans les tissus vivants – avaient été détectés dans l’écume de mer le long de la côte. Des constatations similaires ont également été faites en Belgique. Les régulateurs de l’UE étudient actuellement une proposition visant à interdire ces substances dans tout le bloc.

Sara Johansson, spécialiste de la politique de l’eau au Bureau européen de l’environnement, a déclaré qu’une telle contamination exacerbait les pénuries d’eau potable et entraînait la perte de biodiversité. « Cette pollution, qui expose les gens à des produits chimiques nocifs, est si grave que même les enfants qui jouent sur la plage ou les personnes qui mangent du poisson deviennent un véritable danger pour la santé », a-t-elle déclaré.

« Cette crise doit être traitée de toute urgence, mais les États membres veulent gagner plus de temps en poussant les actions nécessaires dans les prochaines décennies, ce qui coûte cher à notre santé et à notre environnement », a déclaré Johansson, expliquant à L’Observatoire de l’Europe que les changements juridiques apportés par la Belgique vont au-delà le mandat de la proposition initiale de la Commission. Une révision de la directive-cadre sur l’eau achevée en 2019 a révélé que la loi était adaptée à son objectif, le principal problème étant une mauvaise mise en œuvre.

L’Agence européenne pour l’environnement, un organisme de l’UE, a averti en 2018 qu’un peu plus d’un tiers des eaux de surface et souterraines de l’UE répondaient aux exigences minimales d’un « bon » état écologique et chimique. Un rapport de suivi était attendu ce mois-ci, mais l’agence européenne a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que la date de publication était incertaine, en partie parce que la Commission européenne n’a pas encore terminé l’examen des nouveaux « plans de gestion des bassins fluviaux » que les gouvernements sont tenus de soumettre en vertu de la directive. .

Le Parlement européen, qui a adopté sa position sur la révision de la directive en septembre dernier, souhaite renforcer le droit des citoyens à contester les décisions gouvernementales, y compris celles qui pourraient conduire à une détérioration de la qualité de l’eau. Les négociations finales sur la nouvelle liste de surveillance ne pourront commencer qu’une fois que le Conseil de l’UE aura finalisé sa position.

Laisser un commentaire

20 − 16 =