Euyropean Commission president Ursula von der Leyen announced her latest concession to farmers in a speech at a sparsely attended European Parliament in Strasbourg.

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Les gouvernements pris au dépourvu par le revirement de von der Leyen sur la réduction des pesticides

La décision de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, de retirer une proposition qui aurait obligé les agriculteurs à réduire considérablement leur dépendance aux pesticides chimiques marque un terme brutal à la tentative de la Belgique de refondre la législation pour en faire un outil visant à promouvoir des alternatives plus vertes.

La décision de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, de retirer la proposition de son administration visant à réduire de moitié les pesticides chimiques dans l’UE a été une surprise pour les États membres, dont les délégués discutaient cette semaine d’une suggestion belge visant à abandonner l’objectif principal mais à le remplacer par une concentration accrue. sur les moyens alternatifs de protéger les cultures.

La décision de von der Leyen de torpiller le projet de loi – annoncée aujourd’hui (6 février) au Parlement européen sous les applaudissements du groupe de centre droit du PPE, son ancienne formation politique – avait déjà été prise la veille, alors qu’un groupe de travail intergouvernemental, à son insu, discutait de la proposition de compromis de la Belgique. L’actuel président du Conseil de l’UE essayait de maintenir à flot le projet de règlement sur l’utilisation durable des pesticides (SUR), malgré son rejet en novembre par le Parlement européen.

Il a désormais jeté l’éponge. Une source diplomatique belge a confirmé que la présidence n’était pas au courant des intentions du cabinet de von der Leyen jusqu’à ce qu’elle prononce son discours devant une salle de débat largement vide à Strasbourg. Un responsable d’une autre délégation nationale de l’UE a déclaré à L’Observatoire de l’Europe, avec le recul, que le représentant de la Commission avait été « étrangement silencieux » lors de la réunion d’hier (5 janvier).

L’essentiel des discussions à huis clos à Bruxelles était une proposition de compromis datée du 28 janvier, dans laquelle la Belgique avait supprimé l’objectif controversé de réduire de moitié « l’utilisation et le risque » des pesticides chimiques. Cet objectif est apparu pour la première fois dans la stratégie de la ferme à la table que la commission nouvellement installée a présentée en 2020, parallèlement à une stratégie pour la biodiversité visant à stopper le déclin des écosystèmes, y compris une baisse drastique des populations d’abeilles et d’autres pollinisateurs liée à l’utilisation de pesticides.

Au lieu de cela, la Belgique a cherché à refondre le projet de loi pour compléter une directive européenne existante sur l’utilisation durable des pesticides datant de 2009. Son idée était d’élargir les dispositions sur la lutte intégrée contre les ravageurs (IPM), qui couvrent une gamme de techniques conçues pour réduire le besoin pour les pesticides chimiques, allant du filet et du désherbage à l’introduction d’insectes utiles.

Mais même si la Belgique voit encore un potentiel de « valeur ajoutée » dans une nouvelle réglementation, de nombreux États membres de l’UE ont déjà conclu – après le rejet par le Parlement européen dont l’approbation serait nécessaire pour toute législation élaborée entre gouvernements, et au milieu de protestations conflictuelles à travers l’Europe. par des agriculteurs en partie irrités par la politique environnementale de Bruxelles – que, comme l’ont dit séparément deux diplomates, « le dossier était déjà mort ».

Bien qu’elle soit manifestement moribonde, la décision de retirer la proposition – qui devrait recevoir l’assentiment des 27 commissaires du bloc dans les semaines à venir – a effrayé les groupes environnementaux, qui craignent que le Green Deal phare de von der Leyen ne s’effondre au milieu d’un contexte conservateur. et une réaction populiste à l’approche des élections européennes de juin.

« La pollution par les pesticides est un énorme problème auquel il faut s’attaquer », a déclaré Martin Dermine, directeur du Pesticide Action Network Europe et coordinateur d’une pétition citoyenne de l’UE qui a rassemblé plus d’un million de signatures en faveur de règles strictes visant à réduire l’utilisation des pesticides. « Cela pollue nos eaux, nuit à notre santé et détruit la biodiversité dont nous dépendons. Cela détruit les sols fertiles et met en danger la production alimentaire à long terme. »

Les groupes verts ne sont pas non plus les seuls à être mécontents de l’échec d’un effort politique visant à réduire l’utilisation des pesticides. Les compagnies des eaux, représentées par l’association professionnelle EurEau, considèrent l’élimination des produits chimiques qui polluent les lacs et les rivières comme une étape coûteuse dans l’épuration de l’eau potable. Cependant, le groupe voit peu de perspectives d’une « nouvelle proposition avec un contenu beaucoup plus mature », comme le suggère von der Leyen. « Etant donné le climat politique actuel, il semble peu probable qu’une nouvelle proposition améliore considérablement la protection des ressources en eau potable », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le Parlement européen doit tenir le 26 février le vote final de l’UE sur une loi sur la restauration de la nature, conçue pour mettre en œuvre la stratégie de biodiversité et considérée par les défenseurs de l’environnement comme un autre élément crucial de la législation du Green Deal qui a, jusqu’à présent, survécu de peu à l’opposition du grand Parti populaire européen et ses alliés. Le leader du groupe de centre-droit, Manfred Weber, a remercié von der Leyen d’avoir abandonné la proposition sur les pesticides, qui, selon lui, aurait entraîné toutes sortes de « bureaucratie irrationnelle » pour les agriculteurs.

Le 26 février également, les ministres de l’Agriculture doivent se réunir à Bruxelles pour un sommet du Conseil de l’UE au cours duquel von der Leyen a promis de faire le point sur la manière dont la Commission envisage de répondre aux préoccupations des agriculteurs.

Laisser un commentaire

20 + un =