Pooja Derashri / WordPress Photo Directory

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Les fruits et légumes sont de plus en plus contaminés par des « produits chimiques éternels », prévient une ONG

L’analyse menée par Pesticide Action Network Europe relance le débat sur l’interdiction des PFAS couvrant les substances actives des pesticides.

Les résidus de substances toxiques « éternellement chimiques » traçables sur les fruits et légumes auraient triplé dans l’UE au cours des dix dernières années, selon un rapport d’une ONG publié aujourd’hui (27 février).

Le rapport du Pesticide Action Network (PAN) Europe prétendait suivre les résidus de 31 substances per- et polyfluoroalkyles (PFAS) – connues sous le nom de « produits chimiques éternels » car impossibles à éradiquer – dans les fruits et légumes de l’UE entre 2011 et 2021.

L’étude, basée sur les données officielles des programmes nationaux de surveillance des résidus de pesticides dans les aliments, s’est concentrée sur l’Autriche, la Belgique, la France, l’Allemagne, la Grèce, la Hongrie, les Pays-Bas et l’Espagne, avec des références à d’autres pays de l’UE dans l’analyse.

Selon l’évaluation, au cours de la dernière décennie, le nombre de fruits et légumes non biologiques présentant des résidus de PFAS – déterminés par leur détectabilité plutôt que par le dépassement des niveaux légaux – a augmenté de 220 % pour les fruits et de 274 % pour les légumes. l’augmentation moyenne la plus nette étant enregistrée pour les abricots (+333%), les pêches (+362%) et les fraises (+534%).

Les fruits d’été produits dans l’UE ont révélé des niveaux plus élevés de PFAS, selon l’étude, mettant en évidence les fraises (37 % contre 12 %), les pêches (35 % contre 11 %) et les abricots (31 % contre 21 %). Quant aux légumes, si les produits européens sont en moyenne moins contaminés que les fruits (20%), l’analyse affirme que les endives (42%), les concombres (30%), les poivrons (27%) sont particulièrement pollués.

« Notre étude révèle une exposition délibérée, chronique et généralisée des consommateurs européens à des cocktails de pesticides PFAS dans les fruits et légumes », a déclaré Salomé Roynel, chargée de mission chez PAN Europe, qui a appelé à l’interdiction des substances actives PFAS dans les pesticides ainsi qu’à la fabrication et l’exportation de ces produits chimiques.

En février 2023, l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a publié une proposition visant à restreindre environ 10 000 PFAS. Peter Pierrou, directeur des communications du Secrétariat international des produits chimiques, basé en Suède, a regretté que l’interdiction proposée « néglige les pesticides ».

Roynel de PAN Europe a affirmé que « leur toxicité (PFAS) pour la santé humaine est déjà bien documentée, y compris les risques pour les enfants à naître, les lésions cérébrales, la perturbation du système endocrinien et le cancer. De plus, l’impact des mélanges de pesticides n’est tout simplement pas étudié ».

Le rapport indique que, dans le cas des PFAS, tout niveau d’exposition est considéré comme « problématique », car PAN Europe considère que même les traces légalement acceptables de ces produits chimiques sont nocives.

Les Pays-Bas (27 %) et la Belgique (27 %), suivis de l’Autriche (25 %), de l’Espagne (22 %) et du Portugal (21 %) étaient responsables de la production de produits contenant la plupart des niveaux de PFAS, selon le rapport. Parmi les fruits et légumes importés, les plus susceptibles de contenir des résidus de pesticides PFAS sont ceux du Costa Rica (41 %), d’Inde (38 %), d’Afrique du Sud (28 %), de Colombie (26 %) et du Maroc (24 %).

Kevin Heylen, responsable principal des affaires réglementaires chez CropLife Europe, un lobby bruxellois spécialisé dans les pesticides et la biotechnologie végétale, a déclaré que toutes les substances, qu’elles soient sur le marché ou en cours de développement, sont « testées de manière approfondie », conformément à la législation en vigueur sur les produits phytopharmaceutiques.

« (Cela est fait) pour s’assurer qu’ils n’ont pas d’impact négatif sur les humains, l’environnement, la biodiversité ou les plans d’eau lorsqu’ils sont utilisés comme recommandé », a déclaré Heylen à L’Observatoire de l’Europe.

Dany Bylemans, directeur général de pcfruit, un centre de recherche sur les fruits basé en Belgique, a déclaré qu’il n’était « pas au courant » de la présence de PFAS dans les fruits.

« Notre Agence belge de l’Alimentation a effectué un certain nombre d’échantillons dans la région de l’usine de production de PFAS 3M (près d’Anvers) au moment où la pollution de cette entreprise est devenue évidente. Des résidus ont été trouvés dans les œufs de poules élevées en liberté, mais aucun résidu de PFAS n’a été trouvé sur les fruits ni les légumes, alors que dans cette région, les PFAS peuvent être trouvés dans des échantillons de sol », a déclaré Bylemans à L’Observatoire de l’Europe.

En 2020, l’EFSA a fixé un nouveau seuil de sécurité de 4,4 nanogrammes par kilogramme de poids corporel et par semaine pour les principaux PFAS qui s’accumulent dans l’organisme. En réaction à l’étude de PAN Europe, l’agence alimentaire européenne a déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’elle « collecte actuellement les données disponibles sur la présence de PFAS » à la suite d’un « appel général à recueillir des données sur la présence de contaminants chimiques dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux ».

La commission et l’ECHA n’ont pas répondu à une demande de commentaires au moment de la publication.

Laisser un commentaire

5 × trois =