Chaos on the streets of Brussels and other European capitals have scared lawmakers into backtracking on a raft of EU environmental legislation

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Les fondateurs du Green Deal dans un contexte de changement d’orientation politique

Cette semaine, de nouveaux signes indiquent que la législation environnementale est en train de disparaître de l’agenda politique de l’UE, alors que les dirigeants européens se concentrent sur la compétitivité industrielle et la défense et que la Hongrie se prépare à prendre la tête de la présidence tournante de l’UE.

Une liste de priorités intergouvernementales divulguée suggère que les questions environnementales seront reléguées au-dessous des questions de défense, d’immigration et de sécurité alimentaire lors du prochain cycle législatif, tandis que la Hongrie a clairement indiqué que le Green Deal ne serait pas une priorité lorsqu’elle assumera la présidence du Conseil de l’UE en juillet. , et le Premier ministre belge Alexander De Croo a mis en garde contre le coût énorme de sa mise en œuvre.

Un projet de travail interne de l’agenda stratégique de l’UE pour 2024 à 2029, largement diffusé à Bruxelles en début de semaine, définit trois domaines prioritaires, le premier étant la promotion d’une « Europe forte et sûre », où les actions comprennent la réduction des dépendances commerciales extérieures et la construction renforcer la capacité défensive militaire.

Il n’y a aucune mention explicite du Green Deal, et « accélérer la transition énergétique » est présenté dans la deuxième section – « une Europe prospère et compétitive » – comme un moyen d’accroître la souveraineté énergétique de l’Europe, tout en évoluant vers une « économie plus circulaire et plus axée sur les ressources ». Une économie efficace est un moyen de réduire les « dépendances stratégiques ».

« La disparition de la lutte contre la pollution de l’air et de l’eau, ainsi que l’absence de promotion de l’agriculture durable dans l’Agenda stratégique 2024 divulgué, sont toutes deux profondément troublantes », a déclaré Faustine Bas-Defossez, directrice de la santé, de la nature et de l’environnement à le Bureau européen de l’environnement, un groupe de coordination d’ONG.

L’agenda, que les chefs de gouvernement devraient discuter la semaine prochaine lors d’une réunion du Conseil européen axée sur la compétitivité et finalisé lors d’un autre sommet en juin, n’est pas un document juridique, mais est destiné à guider l’agenda législatif de l’UE et de sa nouvelle Commission. qui devrait prendre ses fonctions à l’automne.

Rien n’indique que Budapest soit enthousiaste à l’idée de faire avancer les dossiers restants du Green Deal lorsqu’elle assumera la présidence tournante du Conseil de l’UE. Le ministre d’État chargé de la Communication et des Relations internationales, Zoltán Kovács, a déclaré jeudi aux journalistes à Bruxelles que le rôle d' »intermédiaire honnête » de la Hongrie ne l’empêcherait pas d’opposer son veto à une législation qu’elle estime ne pas servir ses intérêts nationaux.

Interrogé sur les intentions de la Hongrie concernant les propositions de politique environnementale encore sur la table et sur sa position plus large sur le Green Deal de la Commission von der Leyen sortante, Kovács a fait valoir que « les propositions infondées pour l’avenir de l’Europe concernant les émissions de gaz à effet de serre, etc. » manquaient de points communs. sens et étaient « irréalisables ».

De plus, ils constituent une « menace existentielle » pour les agriculteurs européens, a-t-il déclaré, soulignant une vague de protestations à travers l’Europe qui a incité les responsables européens à faire marche arrière sur la politique environnementale. « Je ne crois pas que le pacte vert ou les questions agricoles soient idéologiques – c’est… du bon sens », a déclaré Kovács. Le responsable hongrois a affirmé à plusieurs reprises que les actions de son gouvernement au niveau européen étaient strictement guidées par le mandat électoral du gouvernement du Premier ministre Viktor Orban dans son pays.

L’Observatoire de l’Europe s’est demandé comment cela s’accordait avec un apparent revirement sur la loi sur la restauration de la nature, que les députés européens du parti au pouvoir, le Fidesz, ont soutenu au Parlement européen fin février, mais à laquelle le gouvernement s’est ensuite opposé au Conseil de l’UE. « Ce n’est pas une incohérence, c’est l’esprit et les circonstances du moment », a déclaré Kovacs, observant que le Parti populaire européen avait également « changé d’avis à plusieurs reprises au cours du débat ».

Toute future reconfiguration du pacte vert doit se faire sur une base consensuelle, a-t-il ajouté. « Cela ne peut pas aller à l’encontre de la volonté des Hongrois, et pas seulement des Hongrois, mais aussi des agriculteurs européens. »

Vendredi, l’homologue belge d’Orban, Alexander de Croo, a marqué la mi-parcours de la présidence belge du Conseil de l’UE avec une conférence de presse au cours de laquelle il a été interrogé sur le Green Deal et le sort de la loi sur la restauration de la nature, pour laquelle la Belgique tente ostensiblement de obtenir le visa ministériel définitif en s’abstenant lui-même, sous la pression de la Région flamande.

« Si nous voulons maintenir la mise en œuvre du Green Deal sur la bonne voie, nous devons élaborer un programme de compétitivité ambitieux », a déclaré De Croo, affirmant que cela serait impossible sans une base économique solide. « Le Green Deal nécessitera environ un billion d’euros chaque année au cours des 25 prochaines années », a-t-il déclaré.

Il y a aussi une dimension politique, a-t-il ajouté. « Nous devons nous assurer que le centre politique reste aligné sur la nécessité de concrétiser l’accord vert et de le maintenir sur la bonne voie », a déclaré De Croo. Il a toutefois hésité lorsqu’on lui a posé des questions sur la loi sur la restauration de la nature et sur le refus de son propre pays de la soutenir lors d’un vote final.

« Ce que je constate dans toute l’Europe, c’est que nous ne sommes pas les seuls à avoir des questions sur la loi sur la restauration de la nature, et je vois des pays du nord, de l’est, de l’ouest et du sud de l’Europe qui ont leurs inquiétudes à ce sujet », a déclaré De Croo. « Notre rôle est bien sûr d’être un bâtisseur de compromis (mais cela ne veut pas dire) qu’en tant que Belges, nous ne pouvons pas avoir d’opinion. »

Le Premier ministre belge n’a donné aucune indication sur le moment ou si un accord intergouvernemental sur la loi, destinée à inverser une baisse drastique de la biodiversité, pourrait être attendu.

Laisser un commentaire

5 × trois =