Windwärts Energie GmbH / Mark Mühlhaus

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Les députés et les ministres se disputent sur la protection de l’industrie verte nationale lors des enchères

La présidence belge de l’UE recherche une certaine flexibilité quant au niveau de résilience des enchères pour les sources d’énergie renouvelables.

Les ministres et le Parlement devraient s’affronter la semaine prochaine dans les négociations sur le plan industriel vert de l’UE, sur la mesure dans laquelle les enchères et les technologies énergétiques devraient chercher à protéger l’industrie européenne nationale par rapport aux fournisseurs étrangers, selon un document récent consulté par L’Observatoire de l’Europe.

La présidence belge du Conseil de l’UE demande aux États membres de répondre partiellement aux demandes du Parlement européen en faveur de règles plus strictes en matière d’enchères d’énergie verte et de marchés publics de technologies « nettes zéro », dans le cadre de la loi sur l’industrie nette zéro (NZIA), afin d’empêcher la sous-cotation par fournisseurs étrangers.

Dans la NZIA, la réaction de Bruxelles à la loi américaine sur la réduction de l’inflation, visant à garantir qu’au moins 40 % des besoins annuels de l’UE en « technologies stratégiques zéro émission nette » soient produits au niveau national d’ici 2030, la Commission européenne a proposé que les critères de résilience et de durabilité soient s’appliquent pour éviter une dépendance excessive à l’égard d’une seule source hors UE.

Le Parlement souhaite que de tels critères s’appliquent immédiatement à toutes les enchères d’énergie verte, mais les gouvernements, préoccupés par les coûts plus élevés associés à la réalisation des objectifs de l’UE en matière d’énergies renouvelables, affirment qu’ils ne devraient s’appliquer qu’à 20 % de la capacité de production mise aux enchères, l’exécutif européen devant réviser ce chiffre d’ici décembre. 2027.

« L’idée est que ce chiffre (20%) évoluera jusqu’à 100% », a déclaré un diplomate européen à L’Observatoire de l’Europe, suggérant que ce pourcentage pourrait augmenter progressivement selon l’évaluation de l’exécutif européen.

Mais un document interne du Conseil daté du 29 janvier et consulté par L’Observatoire de l’Europe révèle que la présidence belge de l’UE « demande de la flexibilité » aux co-législateurs, notant que leurs positions « sont encore très éloignées » et qu’il y a « peu de marge de manœuvre » de la part des gouvernements nationaux.

Les Belges tentent de rompre un accord de compromis visant à augmenter le volume de start-up mis aux enchères par an et par État membre à 30%, au lieu des 20% convenus lors des précédentes négociations interinstitutionnelles et demandés par le Conseil, lit-on dans le document. La présidence belge de l’UE suggère également de réduire le délai d’application de 2027 à 18 mois après l’entrée en vigueur de la NZIA, en essayant de répondre à la demande du Parlement d’une application immédiate du projet de loi.

Pour l’instant, il n’est pas clair si les États membres accepteront le chiffre proposé de 30 %, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe une source parlementaire européenne, ajoutant que les colégislateurs gardaient espoir.

Lors de négociations précédentes, la France a demandé clairement un objectif d’« au moins 40 % », tandis que l’Allemagne a exprimé son opposition à « toute nouvelle augmentation », selon des documents officiels du Conseil.

« Nous comptons désormais sur la présidence pour faciliter un compromis de bonne foi avec le Parlement », a déclaré un autre diplomate européen à L’Observatoire de l’Europe.

Le groupe de pression WindEurope a critiqué la suggestion selon laquelle les critères de durabilité et de résilience ne devraient s’appliquer qu’à 20 % des projets, affirmant que tout pourcentage inférieur à 100 % « va à l’encontre du paquet éolien » présenté par la commission l’année dernière.

« Pour l’énergie éolienne, cela envoie le signal que nous ne voulons des normes européennes élevées que pour 20 % des projets, les 80 % restants pouvant être confiés à des fabricants non européens », indique un communiqué de WindEurope.

Dries Acke, directeur politique de SolarPower Europe (SPE), a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que la part des enchères appliquant des critères de pré-qualification et d’attribution non liés au prix devrait être clairement définie dans la nouvelle législation proposée par la commission neuf mois après l’adoption de la NZIA.

Acke a déclaré que les législateurs devraient examiner la faisabilité de l’industrie nationale pour répondre à la demande dans le cadre des enchères de résilience, les exhortant à définir un segment spécifique d’« enchères de résilience », conformément à une proposition de l’Alliance européenne de l’industrie solaire et soutenue par SPE.

Les responsables de l’UE doivent se réunir pour un nouveau cycle de négociations interinstitutionnelles mardi prochain (6 février) à Bruxelles.

Laisser un commentaire

4 × cinq =