Farmers protest in Poland.

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Les agriculteurs polonais bloquent les routes du pays lors de manifestations massives contre la politique européenne

Les agriculteurs polonais bloquent les routes à travers le pays pour dénoncer les politiques environnementales de l’UE et la concurrence déloyale des pays tiers.

Les agriculteurs polonais ont entamé lundi le troisième jour d’une grève de 30 jours pour protester contre les politiques agricoles de l’Union européenne.

Ils exigent des mesures de la part de leur gouvernement national et du bloc européen pour lutter contre la hausse des coûts de production, la baisse des bénéfices et la concurrence déloyale des pays tiers.

En Pologne, où les importations de céréales, de lait et d’autres produits bon marché en provenance d’Ukraine ont suscité une colère particulière, les agriculteurs ont conduit des tracteurs à travers le pays pour ralentir la circulation et bloquer les routes principales, certains affichant des pancartes indiquant « La politique européenne ruine les agriculteurs polonais ».

Les routes d’accès aux postes frontières avec l’Ukraine à Hrebenne et Dorohusk, dans l’est, ont été temporairement bloquées vendredi.

Dans la ville occidentale de Poznan, la police a estimé que quelque 1 400 tracteurs étaient parvenus au bureau du gouverneur régional. Les manifestants y ont allumé des fusées éclairantes et y ont placé un cercueil, symbolisant la mort de l’agriculture polonaise, ainsi qu’une brouette remplie de fumier avec un drapeau de l’UE planté dedans. Aucune violence n’a été signalée.

Le vice-Premier ministre Wladyslaw Kosiniak-Kamysz ainsi que le chef de l’opposition ont appelé le commissaire européen à l’agriculture, Janusz Wojciechowski, ancien ministre polonais de l’Agriculture, à démissionner. Wojciechowski a réagi en affirmant qu’il « n’agira pas sous pression ».

Les organisateurs, le Syndicat de solidarité des agriculteurs individuels, ont déclaré que les politiques de l’UE avaient déclenché la protestation.

Selon eux, les entrepôts de stockage étaient remplis de céréales ukrainiennes, provoquant une chute des prix de 40 % en 2023. La demande de sucre, de lait et de viande polonais a chuté : en conséquence, les agriculteurs retardent leurs investissements.

Les agriculteurs craignent également que le Green Deal de l’UE, qui appelle à limiter l’utilisation de produits chimiques et les émissions de gaz à effet de serre, n’entraîne une réduction de la production et des revenus.

Les agriculteurs polonais affirment qu’ils poursuivront leurs actions revendicatives jusqu’au 10 mars.

Des manifestations similaires ont eu lieu dans tout le bloc ces dernières semaines. Les agriculteurs se plaignent du fait que les politiques des 27 pays de l’UE en matière d’environnement et d’autres questions constituent un fardeau financier et rendent leurs produits plus chers que les importations hors UE.

La Commission européenne, l’organe exécutif de l’UE, a fait quelques concessions au cours des dernières semaines, notamment en abandonnant les projets visant à réduire de moitié l’utilisation de pesticides et d’autres substances dangereuses. Néanmoins, les protestations se sont étendues.

Laisser un commentaire

11 − onze =