Virginia Mayo / AP

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Les 11 États membres pro-nucléaires soutiennent la déclaration lors d’une conférence historique

Les partisans ont salué l’énergie nucléaire comme un catalyseur de la sécurité et de la souveraineté énergétiques et comme une option fiable pour atténuer le changement climatique.

Les dirigeants de l’UE de 11 États membres ont soutenu une déclaration en faveur de l’énergie nucléaire lors d’une conférence à Bruxelles aujourd’hui (21 mars) visant à attirer le soutien des banques de développement pour financer le déploiement de nouvelles centrales électriques et l’entretien des centrales électriques existantes.

La Belgique, la Bulgarie, la Croatie, la Tchéquie, la Finlande, la France, la Hongrie, l’Italie, les Pays-Bas, la Pologne et la Suède figuraient parmi les signataires de la déclaration, qui appelait les régulateurs à « libérer pleinement » le potentiel du nucléaire et à « permettre des conditions de financement » pour soutenir la prolongation de la durée de vie des réacteurs nucléaires existants.

« Nous appelons à une plus grande inclusion de l’énergie nucléaire dans les politiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) du système financier international, étant donné qu’elle est l’une des sources de production d’électricité à zéro émission », peut-on lire dans la déclaration.

Plus de 400 PDG, entrepreneurs, scientifiques et dirigeants politiques étaient réunis pour l’événement à Brussels EXPO, à l’ombre de l’emblématique Atomium de la ville, pour un sommet sur l’énergie nucléaire organisé par le Premier ministre belge Alexander De Croo et le directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Général Rafael Mariano Grossi.

Les États membres traditionnellement antinucléaires comme l’Autriche, qui a poursuivi la Commission européenne en justice pour avoir inclus le nucléaire dans la taxonomie, n’y ont pas participé.

Les signataires se sont engagés à « renforcer la coopération pour permettre le déploiement rapide de réacteurs avancés », y compris les petits réacteurs modulaires (SMR), et se sont engagés à « une coopération coordonnée en matière d’approvisionnement en combustible nucléaire, de fabrication d’équipements et de sécurité des ressources » pour garantir la stabilité du secteur industriel de l’énergie nucléaire. et les chaînes d’approvisionnement.

La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a déclaré que le « regain d’intérêt » pour le nucléaire est intervenu à un « moment crucial » pour atteindre les objectifs climatiques de l’UE, notamment pour « sauvegarder la sécurité énergétique et la compétitivité ».

Les dirigeants européens ont cité la crise énergétique et la dépendance du bloc à l’égard de sources de combustible étrangères comme principales raisons de poursuivre l’énergie nucléaire, ainsi que son « potentiel de décarbonisation des systèmes énergétiques » et de « fourniture d’électricité à un prix abordable ».

« Les investissements doivent s’accélérer » et « les gouvernements doivent intensifier leur soutien pour garantir la disponibilité des financements », a déclaré von der Leyen lors de la réunion, ajoutant que l’avenir du nucléaire « dépend de la capacité de l’industrie à respecter les délais et le budget ».

« L’un des principaux obstacles est l’obtention de financements », a déclaré le Premier ministre suédois Ulf Kristersson. « Il est nécessaire que les gouvernements partagent les risques financiers et offrent des incitations, et que les banques multinationales de développement s’y joignent », a-t-il ajouté.

Le président roumain Klaus Ioannis a appelé à une action unifiée, estimant que « le financement public et privé » était « crucial » ainsi que « l’expansion des investissements dans la recherche sur les matières nucléaires ».

Le Premier ministre croate Andrej Plenkovic a déclaré que l’État des Balkans avait investi 300 millions d’euros pour maintenir les centrales nucléaires opérationnelles jusqu’en 2043, et a appelé la Banque européenne d’investissement et « d’autres institutions financières compétentes » à agir.

Plenkovic a exhorté l’UE à développer une stratégie pour la fusion nucléaire conçue pour garantir le rôle du bloc en tant qu’acteur clé dans le développement de l’énergie de fusion.

« Nous continuerons à compter sur l’énergie nucléaire en tant que puissance majeure dans notre bilan énergétique », a déclaré le Premier ministre bulgare Nikolaï Denkov.

Le Premier ministre tchèque Petr Fiala a appelé à ce que l’énergie nucléaire soit « respectée collectivement » et à ce qu’elle soit incluse dans la stratégie de l’exécutif européen nommé à l’issue des élections européennes.

De Croo, qui assure actuellement la présidence tournante de l’UE, a déclaré que le bloc devrait adopter une « approche globale, englobant différentes sources d’énergie », ajoutant que l’énergie nucléaire devrait « compléter » les investissements en cours dans les énergies renouvelables.

Laisser un commentaire

dix − six =