Leader of the victorious European People

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Le virage à droite et le ralentissement des Verts signifient-ils la fin du Green Deal ?

Même si le Parlement européen est sur le point de pencher à droite après les élections du week-end dernier, cela ne signifie probablement pas que les milliers de pages de la nouvelle loi sur le climat, l’énergie et l’environnement mises en place dans le cadre du Green Deal de la Commission von der Leyen sont sur le point d’être détruites. .

Avec l’émergence d’un nouveau Parlement européen de droite après des élections européennes précédées d’épineuses discussions diplomatiques entre les États membres sur des dossiers clés de politique environnementale, les spéculations s’accumulent quant à l’avenir du Green Deal européen, le programme ambitieux de la Commission von der Leyen pour atteindre la neutralité carbone. d’ici 2050 et inverser la perte de biodiversité.

Les conservateurs et l’extrême droite, formations politiques soit sceptiques, soit carrément hostiles au Green Deal, ont gagné des sièges dans de nombreux pays, au détriment du groupe libéral Renew et, en particulier, des Verts – un nouveau statu quo qui il y aura probablement un débat intense sur la mise en œuvre efficace des politiques vertes au cours de la prochaine législature.

Alors que l’Irlande et l’Italie doivent encore terminer le décompte de leurs députés élus, un aperçu de la liste provisoire des législateurs composant le groupe politique des Verts/Alliance libre européenne montre neuf pays de l’UE : Bulgarie, Chypre, Estonie, Grèce, Hongrie, Malte et Pologne. , le Portugal et la Slovaquie – sans même un représentant au Parlement européen.

Pour Chris Rosslowe, analyste de données senior au sein du groupe de réflexion Ember Climate, la perte de 18 des 71 sièges des Verts au Parlement européen ne signifie pas nécessairement un « rejet généralisé » de l’action climatique. Il a attribué le recul de la « vague verte » de 2019, principalement en France et en Allemagne, à « une combinaison de facteurs nationaux », mais a noté que les sondages « montrent systématiquement un soutien » à l’action climatique à travers l’Europe, même dans ces pays.

« Je suis convaincu que nous ne verrons pas de retour sur le Green Deal, en particulier sur les aspects de transition énergétique, qui sont fermement en phase de mise en œuvre », a déclaré Rosslowe à L’Observatoire de l’Europe. « Des dossiers clés tels que la directive sur les énergies renouvelables ont déjà un impact mesurable, l’année dernière ayant vu une augmentation record de l’énergie éolienne et solaire. »

Faisant allusion à un éventuel dialogue constructif qui pourrait s’ensuivre, un responsable européen qui a souhaité garder l’anonymat a observé que les partis politiques qui ont formé la majorité pour l’adoption du Green Deal européen sont toujours « globalement dans la même position » que lors du Parlement précédent. .

« Ces partis n’ont pas remis en question l’Accord de Paris ou la loi européenne sur le climat, d’où découlent nos politiques », a déclaré la source européenne.

Lors de leur première réunion de groupe depuis les élections, mercredi 12 juin, les principaux députés verts ont exprimé leur volonté de rejoindre une large coalition de partis politiques centristes en échange du soutien d’Ursula von der Leyen dans sa candidature à un second mandat à la présidence de la Commission européenne. – même si cela implique des compromis sur certaines de leurs positions les plus ambitieuses dans leur manifeste.

Commentant une potentielle « réaction verte » sous la pression de groupes de droite nouvellement enhardis au Parlement, Andreas Rasche, professeur à la Copenhagen Business School, a rejeté l’idée selon laquelle l’UE était sur le point de faire volte-face en matière de politique environnementale. .

« Nous assisterons probablement à un ralentissement de l’élaboration de politiques vertes et à une législation moins ambitieuse », a déclaré Rasche, soulignant plusieurs lois qui ont déjà été affaiblies, comme les nouvelles lois sur le devoir de diligence en matière de durabilité des entreprises et sur les emballages et les déchets d’emballage.

Il y a aussi la loi clé sur la restauration de la nature, déjà adoptée par le parlement mais bloquée par une minorité d’États membres. La présidence belge sortante du Conseil de l’UE l’a inscrit à l’ordre du jour d’un sommet ministériel lundi prochain (17 juin), dans l’espoir d’une avancée de dernière minute avant que la Hongrie ne prenne les rênes en juillet.

Les chefs de gouvernement devraient adopter le prochain programme stratégique quinquennal de l’UE lors du sommet du Conseil européen des 27 et 28 juin, un document non législatif qui est néanmoins destiné à guider l’élaboration des politiques de la prochaine Commission. Rasche s’attend à ce que l’attention se déplace des questions environnementales vers les préoccupations de sécurité et de compétitivité, en ligne avec les vents géopolitiques dominants et les fuites des premières versions.

Néanmoins, malgré un appétit apparemment moindre pour de nouvelles actions poussées par le Green Deal européen, Rasche a jugé « peu probable » que le moindre appétit pour l’initiative d’une nouvelle législation environnementale se traduise par un renversement à grande échelle de l’ensemble des législations déjà existantes sur le climat, l’énergie et l’environnement. mis en place au cours des cinq dernières années et qui attend désormais d’être mis en œuvre.

L’universitaire souligne cependant des exceptions qui pourraient faire l’objet de « pressions importantes », notamment l’interdiction de facto de la vente de voitures neuves essence et diesel à partir de 2035 et l’objectif de 2040 en matière d’émissions de gaz à effet de serre. La loi climatique exige l’adoption d’un objectif intermédiaire sur la voie de zéro émission nette d’ici 2050, mais il reste à voir s’il y aura un soutien politique en faveur d’une réduction d’au moins 90 % par rapport aux niveaux de 1990, comme le recommandent les scientifiques de l’UE et les Commission en exercice.

S’adressant aux journalistes mercredi, l’eurodéputé vert néerlandais Bas Eickhout a souligné une symbiose entre la poursuite de la transition énergétique et la garantie de l’avenir de l’industrie manufacturière européenne : « Nous avons également présenté notre vision (d’une) stratégie industrielle verte européenne, et c’est également , volontairement, une sorte de focus que nous aimerions voir.

Le co-leader de la campagne électorale des Verts a également souligné une arme secrète que le parti s’est procuré lors de l’élection, en la personne du commissaire sortant à l’environnement, Virginijus Sinkevičius, qui a fermement défendu les propositions du Green Deal au Parlement et au Conseil tout au long de son mandat. Sinkevičius a été élu député européen dans sa Lituanie natale.

« Nous avons ici un député européen puissant », a déclaré Eickhout lorsque L’Observatoire de l’Europe lui a demandé si son parti espérait amener son nouveau député lituanien à la présidence de la commission parlementaire de l’environnement. « Nous allons donc en discuter. »

Laisser un commentaire

9 + 1 =