Kirsty Wigglesworth / AP

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Le potentiel géothermique dans le nord et l’ouest de l’Europe est signalé alors que les législateurs soutiennent le projet

Le nord de l’Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique sont des sites potentiels clés pour stimuler l’approvisionnement en énergie géothermique, a déclaré un expert à L’Observatoire de l’Europe, alors que les législateurs européens soutiennent une stratégie visant à stimuler le développement de cette source renouvelable dans le bloc.

Les bassins géologiques des Pays-Bas, de l’ouest de l’Allemagne et de la Belgique sont prêts à être exploités comme sources d’énergie géothermiques, a déclaré un expert scientifique à L’Observatoire de l’Europe alors que les députés européens ont massivement soutenu une résolution — 531 pour, deux contre — lors d’une session plénière aujourd’hui (18 janvier) appelant à l’UE à accélérer ses efforts pour son utilisation.

Plusieurs pays de l’UE produisent de la chaleur à partir de l’énergie géothermique tandis que d’autres ont annoncé leur intention d’évaluer le potentiel de cette source renouvelable.

L’énergie géothermique provient de la chaleur générée dans la croûte terrestre et est principalement utilisée pour la production d’électricité, le chauffage urbain et les processus industriels. Une stratégie de la Commission européenne en matière d’énergies renouvelables présentée en mai 2022 appelait à tripler le volume de la demande énergétique totale de l’UE couverte par la géothermie d’ici 2030.

S’adressant aux députés en plénière cette semaine, le commissaire Didier Rynders a reconnu le « rôle jusqu’à présent limité » de la géothermie dans le mix énergétique de l’UE, mais a noté son « potentiel de croissance », exprimant le soutien de l’exécutif européen aux États membres et à l’industrie pour stimuler le déploiement de la géothermie. grâce à la loi sur l’industrie nette zéro.

L’énergie géothermique représentait 0,5 % du marché mondial de l’électricité renouvelable en 2022, selon l’Agence internationale des énergies renouvelables (IRENA). Dans l’UE, cependant, elle ne produisait que 0,2 % de l’électricité.

Martin Arndt, coordinateur d’un projet financé par l’UE visant à faciliter l’utilisation de l’énergie géothermique, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que le continent dispose d’un potentiel important pour exploiter l’énergie géothermique dans les bassins géologiques situés sous Paris, la Molasse de Munich, l’Allemagne du Nord et les régions du Graben du Rhin supérieur, toutes qui ont fait l’objet de nombreuses explorations.

« Elle (l’énergie géothermique) est particulièrement intéressante pour les pays fortement dépendants des importations dans le secteur énergétique », a déclaré Arndt.

Selon Arndt, une autre région présentant un grand potentiel est le nord-ouest de l’Europe, comprenant le nord de la France, la Belgique, l’ouest de l’Allemagne, les Pays-Bas et les îles britanniques – une région qui a été étudiée par Arndt et son équipe.

La semaine dernière, la région néerlandaise du Brabant septentrional a signé un plan d’action en partenariat avec la municipalité de Helmond et l’agence Energie Beheer Nederland pour propulser l’énergie géothermique, signalant l’intérêt des Pays-Bas pour la géothermie en tant que « source de chaleur durable pour l’avenir ».

Mais le pays européen leader en matière de géothermie est l’Italie, révèlent les données de l’IRENA, qui représente la majeure partie de l’électricité du bloc produite à partir de la chaleur extraite de la croûte terrestre en 2021. D’autres pays de l’UE comme l’Autriche, la Croatie, le Danemark, l’Allemagne, la Hongrie et le Portugal font également de même. progrès dans le développement des ressources géothermiques.

À Aarhus, 36 000 foyers – soit 20 % de tous les foyers – seront bientôt alimentés par la géothermie, a déclaré le député européen Niels Fuglsang (Danemark/S&D) lors de la session plénière à Strasbourg, citant cela comme « un excellent exemple de ce dont nous avons besoin davantage ». Sa compatriote Pernille Weiss (Danemark/PPE) a appelé l’exécutif européen à proposer « prochainement des actions concrètes » pour dévoiler tout le potentiel de cette source d’énergie.

Commentant le vote du Parlement, Philippe Dumas, secrétaire général du Conseil européen de l’énergie géothermique, a déclaré que les législateurs placent « l’énergie géothermique fermement sur le radar politique de l’UE », notant que l’exécutif européen « ne peut ignorer un soutien aussi puissant ».

Même si l’énergie géothermique pourrait être appliquée partout en Europe, Arndt a déclaré que sa faisabilité dépend de la géologie de base et des technologies disponibles pour extraire la chaleur. Il a expliqué que le meilleur potentiel réside là où la demande en surface peut être compensée par l’apport de chaleur d’un réservoir souterrain.

Pour accéder au réservoir, il faut toutefois forer un forage d’exploration, étape cruciale du processus, appuyée par une solide connaissance géologique du sous-sol et des études sismiques. Le processus de forage irrite souvent les communautés locales et soulève des préoccupations environnementales, a déclaré Arndt.

« Pendant la phase de production, l'(activité) sismique pourrait inquiéter la population, c’est pourquoi une communication ouverte et orientée vers les citoyens est nécessaire », a déclaré Arndt.

Un autre risque est l’incertitude sur le succès du forage d’exploration, qui pourrait être « improductif ou ne pas produire suffisamment de chaleur », compromettant potentiellement l’ensemble du projet et les investissements associés. La pleine exploitation de la géothermie se heurte également à des obstacles liés aux procédures d’approbation, à la bureaucratie et à la pénurie de travailleurs qualifiés, a-t-il déclaré.

Le député Marc Botenga (Belgique/La Gauche) a déclaré au Parlement que, même s’il était d’accord avec le développement de la géothermie, il contestait l’orientation prise dans le texte de compromis convenu par la commission et l’équipe parlementaire dirigée par le rapporteur du député européen Zdzisław Krasnodębski (Pologne/ECR). ).

Botenga, qui s’est abstenu lors du vote en décembre sur le projet de rapport en commission parlementaire de l’Industrie, de la Recherche et de l’Énergie (ITRE) et en plénière aujourd’hui, a rejeté l’approche industrielle classique centrée sur les partenariats public-privé, arguant qu’elle risquait de permettre des « projets potentiellement préjudiciables ». . Il préférait voir le développement public et le suivi de la géothermie.

« Cela garantirait également un contrôle public et démocratique sur les prix du chauffage et de l’électricité produite par l’énergie géothermique », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

2 × cinq =