The proposal to update 20-year-old marketing standards of foodstuffs such as coffee, cocoa, and fruit jams was put forward last April by the European Commission.

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Le petit-déjeuner est presque terminé alors que les législateurs mettent la table pour de nouvelles règles concernant le miel et la confiture

L’étiquetage du pays d’origine du miel, des jus de fruits et des confitures est la principale question en suspens à régler dans ce qui devrait être un accord rapide sur les nouvelles normes de commercialisation de l’UE pour les produits alimentaires couramment consommés au petit-déjeuner.

Le premier cycle officiel de négociations entre les négociateurs du Parlement européen et du Conseil de l’UE pour résoudre les différends sur la révision des directives dites du petit-déjeuner a lieu ce soir (30 janvier) dans un contexte d’espoir d’un succès rapide.

Après six réunions préparatoires menées avec succès au niveau technique, tout porte à croire que cette première rencontre sera également la dernière et que les législateurs n’auront pas besoin de se disputer longtemps pour conclure un accord.

La proposition visant à mettre à jour les normes de commercialisation vieilles de 20 ans pour les produits alimentaires tels que le café, le cacao, les confitures de fruits et les sucres destinés à la consommation humaine a été présentée par l’exécutif européen en avril dernier.

Alors que les négociateurs se rapprochent d’un accord, l’étiquetage du pays d’origine reste l’un des rares éléments mobiles.

Les députés européens et les ministres souhaitent modifier la proposition de la Commission visant à intégrer l’étiquetage du pays d’origine sur le miel afin d’endiguer les flots d’importations de contrefaçon provenant principalement de Chine.

« À l’avenir, les consommateurs verront clairement sur l’étiquette le pays d’origine dans lequel le miel a été récolté, avec des pourcentages et par ordre décroissant », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe l’eurodéputé négociateur Alexander Bernhuber (Autriche/PPE).

Alors que le Parlement est favorable à l’indication de la part en poids pour chaque pays d’origine à l’aide de fourchettes de pourcentage, les ministres préfèrent l’idée d’indiquer des pourcentages exacts dans une marge de tolérance de 5 %.

Lorsqu’il y a plus de quatre pays d’origine, le Conseil de l’UE souhaite que les quatre plus grands soient indiqués par un pourcentage exact, les autres pays étant indiqués uniquement par leur nom.

Le Parlement veut aller plus loin que le Conseil de l’UE en introduisant un nouveau système de traçabilité pour suivre le miel tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

« Nous ferons pression pour des normes de qualité plus élevées et un système de traçabilité depuis le consommateur jusqu’aux ruches pour prévenir la fraude et la falsification », a déclaré Bernhuber.

Y compris les confitures et jus de fruits

La position du Parlement sur l’étiquetage du pays d’origine va au-delà du miel. « Nous réclamons un étiquetage d’origine clair et meilleur qui permette aux consommateurs de faire des choix éclairés, non seulement pour le miel mais aussi pour les jus de fruits et les confitures », a déclaré Bernhuber.

Toutefois, les États membres ne semblent pas disposés à étendre cette exigence à d’autres produits.

La présidence belge du Conseil européen, qui dirige les négociations au nom des ministres de l’UE, a déclaré aux diplomates réunis lundi (29 janvier) qu’étendre les mesures au-delà du miel aurait un impact douteux sur les consommateurs, selon une source européenne.

Lors de la même réunion, les attachés agricoles du bloc ont convenu que le fardeau bureaucratique d’une exigence aussi étendue n’était pas clair étant donné qu’aucune analyse d’impact n’a été réalisée par la commission.

L’exécutif européen a également déclaré aux négociateurs que l’étiquetage du pays d’origine était actuellement impossible pour les jus et les confitures, selon une source européenne proche des négociations.

Un accord pourrait donner à la commission le pouvoir de revenir sur la question et d’adopter des mesures ultérieurement par le biais d’une législation secondaire, a ajouté la source.

Le Parlement et le Conseil souhaitent introduire un étiquetage pour les « jus de fruits à teneur réduite en sucre issus de jus de fruits » et les « jus de fruits à teneur réduite en sucre issus de concentrés ».

Les députés souhaitent renforcer les allégations sur l’étiquetage de ces produits qui suggèrent qu’ils auraient des propriétés positives par rapport aux jus de fruits non réduits – par exemple, qu’ils contiennent moins de calories ou sont plus sains.

Laisser un commentaire

treize + 4 =