Europe has a long history of opposition to GMO crops, whose cultivation is currently banned in most EU countries.

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Le Parlement soutient la déréglementation des nouveaux OGM malgré l’avertissement de l’organisme de surveillance allemand et le conflit en cours sur les brevets

Le Parlement européen a accepté, de justesse, d’assouplir les restrictions sur les cultures développées à l’aide de nouvelles techniques d’édition du génome, mais une agence fédérale allemande prévient qu’il n’y a aucune base scientifique, et les pays de l’UE doivent encore se mettre d’accord sur la question de savoir si la nouvelle classe d’OGM devrait être utilisée. être brevetable.

Les députés ont convenu de justesse qu’une nouvelle génération de cultures génétiquement modifiées devrait être soumise à une réglementation plus légère, mais un organisme de surveillance fédéral allemand a averti que la proposition de déréglementation ignore les « risques plausibles » liés aux plantes qui ont été modifiées à l’aide de nouvelles techniques d’édition du génome, alors que l’UE les pays restaient dans l’impasse quant à savoir si ces brevets devaient être brevetables.

Les souches végétales développées à l’aide de « nouvelles techniques génomiques » (NGT) arrivent déjà sur le marché aux États-Unis et sont actuellement couvertes dans l’UE par une directive OGM datant de 2001, lorsque les bioingénieurs comptaient sur la transplantation d’un gène entier d’une espèce à une autre pour conférer de nouvelles propriétés telles que la résistance aux pesticides ou un rendement plus élevé. De nouvelles techniques permettent aux scientifiques de modifier avec précision la séquence génétique d’un organisme sans insérer d’ADN étranger.

Lors d’un vote mercredi (7 février), le Parlement de Strasbourg a adopté par 307 voix contre 263 un rapport de la députée suédoise de centre-droit PPE Jessica Polfjärd sur une proposition de la Commission européenne visant à un règlement NGT qui créerait une nouvelle classe de citoyens. des plantes génétiquement modifiées dont les génomes ont été édités avec de nouvelles techniques de laboratoire précisément ciblées. Ces cultures seraient traitées comme globalement équivalentes aux souches sélectionnées de manière conventionnelle.

Le PPE et les groupes libéraux Renew ont voté massivement en faveur, tandis que les Socialistes & Démocrates de centre-gauche étaient divisés plus ou moins également pour et contre – ce qui signifie que les Verts et les factions de gauche ont échoué dans leur tentative de rejeter la proposition.

Le vote finalise le mandat de l’équipe de négociation parlementaire dirigée par Polfjärd qui doit rencontrer les délégués du gouvernement à huis clos pour élaborer un texte législatif final. Les États membres, représentés par le Conseil de l’UE, doivent encore se mettre d’accord sur une position commune après l’échec de la tentative espagnole de négocier un compromis en décembre.

La position parlementaire diffère de la proposition de la Commission européenne sur le nombre de modifications ponctuelles du génome d’une plante qui peuvent être apportées avant qu’elle ne soit classée dans une catégorie soumise à des exigences en matière de tests, de traçabilité et d’étiquetage similaires à celles appliquées aux cultures OGM conventionnelles – un changement destiné à garantir que des plantes telles que le blé, avec des génomes plus complexes, ne soient pas automatiquement transférées dans la catégorie la plus fortement réglementée.

« Les NGT sont essentiels pour renforcer la sécurité alimentaire de l’Europe et pour rendre notre production agricole plus verte », a déclaré l’eurodéputé suédois après le vote. « Les nouvelles règles permettront le développement de variétés végétales améliorées capables d’assurer des rendements plus élevés, d’être résistantes au climat ou qui nécessitent moins d’engrais et de pesticides. »

De même, Jan Huitema, principal négociateur du groupe libéral Renew Europe sur ce dossier, a parlé d’« une nouvelle étape pour fournir aux agriculteurs des solutions pour garantir la production d’aliments sûrs et de haute qualité », affirmant que les usines NGT pourraient aider l’Europe à atteindre son objectif « zéro pollution ». ambitions.

Euroseeds, une association professionnelle représentant les sélectionneurs de plantes, a salué le résultat du vote, le secrétaire général Garlich von Essen appelant le Conseil de l’UE à « démontrer son engagement en faveur de l’innovation en s’alignant sur la décision du Parlement européen ».

Les groupes verts se sont toutefois montrés unanimement négatifs, la représentante de Greenpeace, Eva Corral, affirmant que les députés européens avaient « manqué à leur devoir de protéger la santé des citoyens, l’environnement et l’avenir de l’agriculture européenne » et prédisant que les agriculteurs « paieraient un prix élevé, devenant de plus en plus dépendante de quelques entreprises semencières ».

Renforçant par coïncidence les arguments des critiques du processus de déréglementation des OGM, le vote a eu lieu le même jour où l’Agence fédérale allemande pour la conservation de la nature (BfN) a publié un document d’information appelant à une « réglementation fondée sur la science des plantes à partir de nouvelles techniques génomiques », qui a suivi des conclusions similaires de l’agence française de sécurité alimentaire ANSES.

L’approche consistant à traiter une catégorie de cultures génétiquement modifiées comme équivalente aux plantes sélectionnées de manière conventionnelle « manque de base scientifique valable et viole le principe de précaution, car des risques plausibles ne peuvent être exclus », a déclaré le BfN dans une brève déclaration accompagnant son rapport.

Le groupe d’agriculture biologique IFOAM a exprimé des sentiments mitigés quant à la position du Parlement, fustigeant l’assouplissement des contrôles de sécurité pour ces cultures. Le groupe a toutefois salué l’accord des députés sur leur position selon laquelle tous les OGM devraient être exclus des fermes biologiques, avec des exigences d’étiquetage pour rendre l’interdiction exécutoire.

Le groupe des agriculteurs biologiques doute cependant de l’appel du Parlement à une interdiction générale du brevetage des plantes NGT, dont les critiques craignent qu’elles ne soient utilisées par les grandes sociétés de biotechnologie pour dominer le marché, enfermer les agriculteurs dans des contrats onéreux ou les menacer de poursuites judiciaires. des mesures si une souche brevetée prend racine sur leurs terres.

« C’est une déclaration d’intention importante et une reconnaissance d’un problème », a déclaré Eric Gall, responsable politique d’IFOAM, à L’Observatoire de l’Europe. Il a toutefois souligné que toute interdiction impliquerait de modifier séparément une directive européenne de 1998 sur la protection juridique des inventions biotechnologiques. Ce processus en lui-même pourrait prendre plusieurs années – et même dans ce cas, il ne serait pas contraignant pour l’Office européen des brevets, qui n’est pas une institution de l’UE et est régi par un traité international distinct.

Alors que les députés votaient, les divisions entre les pays de l’UE sur la question de savoir si les projets NGT devaient être brevetables ou non ont fait échouer une tentative de la Belgique, qui assure la présidence du Conseil de l’UE, de négocier une position intergouvernementale sur la proposition NGT lors d’une réunion de diplomates à huis clos à Bruxelles. Une source proche des négociations a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que les gouvernements étaient divisés à tel point qu’un accord sur un mandat de négociation restait insaisissable.

Les discussions autour de la proposition NGT se déroulent dans l’ombre d’une opposition généralisée aux OGM de la part d’un public qui n’apprécie peut-être pas la fine distinction entre les anciennes et les nouvelles techniques de laboratoire. La plupart des pays de l’UE ont invoqué une clause de la directive OGM existante qui leur permet d’interdire la culture de cultures OGM sur leur territoire – la proposition actuelle retirerait les nouveaux produits NGT de cette interdiction.

La Belgique espère « pousser le dossier le plus loin possible » au cours de son mandat de six mois à la tête des négociations intergouvernementales. Mais le temps presse et chaque retard augmente la probabilité que les négociations finales n’aient lieu qu’après les élections européennes de juin.

Laisser un commentaire

quatre × quatre =