Copyright 2005 The Associated Press. All rights reserved

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Le nouvel appel d’offres commun sur le gaz voit une sursouscription triplée

Le mécanisme européen visant à mettre en relation acheteurs et fournisseurs, mis en place pour contrer la crise, suscite un grand intérêt du côté de l’offre.

Une plateforme commune d’appel d’offres de l’UE pour les contrats gaziers, conçue pour aider le continent à se maintenir sans la Russie, a été sursouscrite trois fois, attirant un volume total de 97,4 milliards de mètres cubes (bcm) auprès de fournisseurs internationaux, a annoncé l’exécutif européen aujourd’hui (28 février).

L’appel d’offres, réalisé via AggregateEU, la plateforme de mise en relation lancée en 2023 pour assurer un approvisionnement énergétique suffisant pour l’hiver 2023-2024, a débuté le 15 février et s’est clôturé hier soir. La plateforme a été créée pour regrouper la demande des sociétés gazières européennes et attirer les approvisionnements des entrepreneurs internationaux.

Cette année, la plateforme de mise en correspondance a lancé un nouveau concept permettant aux entreprises de soumissionner pour des livraisons de gaz entre avril 2024 et octobre 2029. Les acheteurs pouvaient soumettre des demandes de gaz pour plusieurs périodes de six mois, jusqu’à un maximum de cinq ans, a indiqué la commission. Ces appels d’offres ont été conçus pour aider les consommateurs et les vendeurs industriels à identifier les acheteurs susceptibles d’être intéressés par un partenariat commercial à plus long terme.

« Les offres dépassent la demande collective, en fait elles sont presque trois fois supérieures », a déclaré Maroš Šefčovič, commissaire européen chargé des relations interinstitutionnelles, en faisant référence à la demande de gaz de 34 milliards de mètres cubes réglée par 19 entreprises européennes la semaine dernière.

Les accords doivent encore être conclus entre les sociétés soumissionnaires. Les entreprises européennes vont maintenant négocier les conditions avec les fournisseurs et décider si elles souhaitent ou non accepter les offres.

Aucun détail sur l’origine des offres de fourniture n’a été révélé et un porte-parole de la commission a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que « la plupart de ces informations sont confidentielles ».

La Norvège (87,8 milliards de mètres cubes) et les États-Unis (56,2 milliards de mètres cubes) étaient les principaux fournisseurs de gaz de l’UE en 2023, la Norvège fournissant près de 30 % de toutes les importations de gaz, selon les données de l’UE. Les autres fournisseurs comprenaient les pays d’Afrique du Nord (41 milliards de mètres cubes), le Royaume-Uni (16,6 milliards de mètres cubes) et le Qatar (15,5 milliards de mètres cubes).

L’UE « a fait preuve de résilience » en défiant « le grand découplage du gaz russe », en grande partie grâce au « marché intérieur de l’UE et à l’esprit de solidarité entre les pays de l’UE », a déclaré Simone Tagliapietra, chercheuse principale au groupe de réflexion Bruegel.

« Alors que l’UE traverse la crise de l’approvisionnement, l’attention se tourne désormais vers le problème persistant des prix élevés et les implications imminentes à long terme pour la compétitivité », a déclaré Tagliapietra à L’Observatoire de l’Europe, notant que les prix du gaz sont désormais revenus aux niveaux d’avant l’invasion. mais l’exposition au marché mondial du GNL pourrait entraîner de la volatilité dans les années à venir.

Laisser un commentaire

14 + cinq =