Frank Vandenbroucke is Belgium

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Le ministre belge s’engage à encadrer les données de santé – interview

Pour sa présidence du Conseil de l’UE, la Belgique souhaite conclure le dossier de l’espace de données de santé de l’UE avant la fin du mandat du Parlement européen, mais conclure les négociations avec les députés européens sur la question reste délicate, a déclaré le ministre fédéral belge de la Santé à L’Observatoire de l’Europe.

« L’optimisme de la volonté » est « l’arme secrète » de la présidence belge pour résoudre les différends entre les ministres de l’UE et les députés européens sur le dernier grand dossier de la santé qui reste à régler pendant le mandat de ce Parlement, selon le vice-Premier ministre belge Frank Vandenbroucke, qui porte le portefeuille de la santé.

« Je peux seulement promettre que mon effort sera maximal. Nous devons parvenir (à un compromis) même si le temps est très court », a-t-il déclaré, ajoutant que d’autres ministres de l’UE souhaitent également régler les points de friction en suspens sur l’EHDS.

Vandenbroucke, qui dirigera les négociations pour le Conseil de l’UE dans les mois à venir, a déclaré que les principales questions sensibles en suspens concernent l’utilisation sûre des données des patients.

Il est notamment demandé aux législateurs d’actualiser la proposition initiale avec des garanties de base telles que le droit d’opposition au traitement des données personnelles accordé aux individus en vertu du Règlement général sur la protection des données (RGPD), le cadre européen de partage de données générales pseudonymisées.

« La question est de savoir comment réglementer le partage des données de manière à permettre à ceux qui peuvent les utiliser dans l’intérêt des patients tout en respectant les droits des citoyens d’utiliser des ensembles de données complets et bien organisés ? demanda Vandenbroucke.

Même si des divergences d’opinions ont empêché un accord final sur le dossier, le ministre belge estime que les personnes autour de la table de négociation sont d’accord sur le principe fondamental de la proposition initiale de la Commission, qui prend comme point de départ l’autonomisation des citoyens.

« Il existe une aspiration commune en termes de sécurité dans la fourniture et l’utilisation des données, de minimisation des risques et de partage complet pour améliorer les soins de santé, mais aussi la science et la recherche », a-t-il déclaré.

Un cadre global au niveau de l’UE est « absolument nécessaire » pour améliorer la qualité des initiatives nationales qui se multiplient dans ce domaine. Plus récemment, la Belgique a également lancé une agence nationale des données de santé pour faciliter l’accès aux données pour une utilisation secondaire.

« Pensez aux médicaments orphelins. Combien de patients atteints de maladies rares avez-vous en Belgique ? Pas beaucoup », a-t-il déclaré, ajoutant que pour obtenir des informations permettant de progresser rapidement dans ces thérapies, il faut des échantillons et des données provenant de toute l’UE.

Préparer le terrain pour une loi sur les médicaments critiques

Le programme de la présidence belge, qui s’étend jusqu’à fin juin, regorge d’initiatives en matière de santé. « Nous aurons forcément un programme aussi ambitieux car nous nous trouvons à un moment critique », a souligné Vandenbroucke.

La question de la pénurie de médicaments, en particulier, est un sujet que la présidence belge « aimerait vraiment voir développé ». « Il est certainement crucial pour l’Union européenne de la santé de pouvoir dire aux citoyens que vous travaillez ensemble pour garantir l’approvisionnement en médicaments partout dans le monde », a-t-il déclaré.

En décembre dernier, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a publié la très attendue liste des médicaments critiques, qui considère plus de 200 substances actives essentielles pour les systèmes de santé à travers l’Europe.

« Sur la base du travail effectué par l’EMA et maintenant par Hera, la DG Grow et la DG Santé (les services de la Commission responsables de la liste), nous commencerons à cartographier les vulnérabilités et les risques pour un ensemble limité de médicaments afin d’améliorer notre action », a-t-il déclaré. expliqué.

Cet effort devrait donner vie à une future loi sur les médicaments critiques à part entière, que Vandenbroucke considère comme « une batterie d’initiatives juridiques » qui devrait inclure, par exemple, une révision du cadre européen pour l’achat de médicaments en mettant moins l’accent sur la juste prix et davantage de considérations sur des aspects tels que les risques d’approvisionnement ou la durabilité économique.

En ce sens, l’annonce d’une Critical Medicines Alliance – une plateforme de coopération volontaire dans le domaine de la fourniture de médicaments critiques ouverte à toutes les parties prenantes – est « une étape intermédiaire et pragmatique vers la loi sur les médicaments critiques », a-t-il déclaré.

« (L’) invitation a été lancée, donc toute partie prenante intéressée à coopérer peut s’y joindre », a déclaré Vandenbroucke, ajoutant qu’il espère présenter l’alliance complète en tant que telle lors de la prochaine réunion des ministres de la Santé de l’UE le 24 avril.

Effectifs soignants et Plan Cancer

Un autre sujet de préoccupation est la situation difficile à laquelle sont confrontés les travailleurs de la santé à travers le continent – ​​une question qui a été discutée la semaine dernière à Paris lors d’une réunion des ministres de la Santé de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) présidée par Vandenbroucke lui-même.

« Nous vivons dix années très difficiles pour des raisons fondamentalement démographiques », a-t-il déclaré.

L’Europe risque d’être prise entre deux tendances, estime-t-il : d’une part une population vieillissante qui aura besoin de davantage de soins, et de l’autre des vagues de départs à la retraite au sein du personnel de santé.

Selon Vandenbroucke, il convient en premier lieu d’éviter les « solutions à somme nulle », comme l’importation de professionnels de la santé de pays eux-mêmes confrontés à des pénuries.

La solution sera trouvée par la coopération au niveau de l’UE, tout en respectant le fait que l’investissement dans le personnel de santé et la réforme du personnel de santé restent une compétence nationale, a-t-il déclaré.

Cependant, selon le ministre, apprendre les uns des autres au niveau européen peut conduire à de véritables réformes. « Mon expérience de 25 ans est que l’UE est souvent une arène très productive pour déplacer les frontières de la pensée grâce à l’échange d’expériences. »

Il existe cependant un instrument juridique – la directive sur les qualifications professionnelles – grâce auquel l’UE pourrait aborder la question dans la perspective du marché intérieur, pour lequel elle a compétence, plutôt que comme une question de santé publique.

« Nous aimerions voir une sorte de réflexion critique sur ce cadre juridique », a déclaré Vandenbroucke.

Bien que « assez formaliste et rigide », ce cadre limite les particularités des pays lorsqu’ils délivrent des titres aux agents de santé en faisant référence à la formation et à l’éducation, et permet la mobilité professionnelle à travers l’UE.

Le ministre estime que le cadre existant « n’est peut-être pas suffisamment protecteur » pour garantir la mobilité du personnel de santé dans toute l’Europe, lorsqu’il est mis en balance avec l’objectif d’assurer la plus grande protection aux patients.

La présidence belge se concentrera également sur un bilan critique du plan européen de lutte contre le cancer.

« C’est une formidable initiative, mais il semble qu’une partie de ce qui était en cours soit au point mort, notamment les initiatives juridiques concernant la taxation transfrontalière du tabac et l’étiquetage des boissons alcoolisées », a-t-il déclaré.

Les Belges ont programmé une réunion de haut niveau sur l’étiquetage des boissons alcoolisées, un sujet dont la négligence au niveau européen a également récemment irrité l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « Nous aimerions créer un nouvel élan dans ce domaine », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

3 × 3 =