The EU needs more competitive and strategic public procurement to unlock the full potential of a €2 trillion market (14% of EU GDP)

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Le marché européen des marchés publics, un potentiel inexploité de 2 000 milliards d’euros

L’UE a besoin de marchés publics plus compétitifs et plus stratégiques pour libérer tout le potentiel d’un marché de 2 000 milliards d’euros (14 % du PIB de l’UE) – et cela nécessitera une révision du cadre existant, selon le rapport récemment publié d’Enrico Letta sur le marché unique. .

« Le marché des marchés publics devrait être exploité comme un instrument clé pour promouvoir la valeur sociale, renforcer le capital social et s’aligner sur les ambitions de l’UE en matière de transformations vertes et numériques », a écrit l’ancien Premier ministre italien.

Depuis la réforme du cadre en 2014, il a toutefois souligné que les procédures n’ont pas été simplifiées, que l’accès des PME n’a pas été amélioré et que les aspects environnementaux, innovants et sociaux n’ont été pris en compte que dans une mesure limitée.

Selon une analyse récente de la Cour des comptes européenne (CCE), non seulement le marché des marchés publics n’a pas réussi à atteindre ces objectifs, mais il est en fait devenu moins compétitif au cours de la dernière décennie. Alors, qu’est-ce qui échoue ?

Pour le groupe industriel BusinessEurope, une étude approfondie sur les raisons du faible niveau de concurrence sur le marché des marchés publics est nécessaire.

« Sans une telle étude, nous ne sommes pas convaincus qu’une révision du cadre apportera quelque chose », a déclaré Jan Rampla, conseiller de BusinessEurope, arguant que les problèmes soulignés dans le rapport de la Cour des comptes européenne concernent moins le cadre lui-même qu’une application inefficace. et l’application des règles.

Les représentants des travailleurs souhaitent en revanche une révision des règles existantes.

« Le cadre législatif des marchés publics ne peut pas mieux fonctionner dans son état actuel », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Olivier Roethig, secrétaire régional du syndicat des services UNI Europa.

Entre 2011 et 2021, le nombre de soumissionnaires par procédure est passé d’une moyenne de 5,7 à 3,2, et les procédures de passation de marchés actuelles durent désormais en moyenne 96,4 jours, contre 62,5 jours.

Roethig estime que le cadre actuel dépend trop de la « bonne volonté des pouvoirs publics », de sorte que les dépenses publiques contribuent souvent au déclin social et à un nivellement par le bas, plutôt qu’à être un moteur de progrès social.

Cela s’explique en partie par le fait que la plupart des contrats sont encore attribués au moins-disant, dans un souci de rentabilité plutôt que d’obtention du meilleur rapport qualité-prix.

« Se concentrer uniquement sur le prix le plus bas est contre-productif et manque de vision », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe l’eurodéputé allemand de centre-droit Dennis Radtke, ajoutant que des facteurs importants tels que la qualité du service, les conditions de travail ou l’impact environnemental ne sont pas pris en compte dans la plupart des États membres.

« Une autre considération importante pourrait être de donner la priorité aux entreprises européennes », a déclaré Radtke, ajoutant : « Cela renforce notre indépendance stratégique et l’Europe en tant que site économique ».

Toutefois, les derniers chiffres disponibles montrent que dans huit États membres, plus de 80 % des contrats ont été attribués au moins-disant.

« Se fier trop à l’offre la moins chère peut conduire à des sacrifices en termes de qualité, de durabilité, d’innovation et de valeur sociale », souligne également le rapport de Letta.

Plus inquiétant encore, le rapport de l’ancien Premier ministre italien avertit que cette pratique compromet le véritable potentiel des dépenses publiques et le développement de chaînes d’approvisionnement locales capables de concurrencer les biens et services bon marché provenant de pays où les salaires et les normes sociales sont inférieurs.

« Même les entreprises qui ne respectent généralement pas les règles ne peuvent pas être exclues des appels d’offres », a déclaré le député européen Nikolaj Villumsen (Danemark/La Gauche), ajoutant : « Cela crée une concurrence déloyale pour les nombreuses entreprises qui respectent les règles. »

Letta a proposé que les États membres rationalisent et clarifient l’orientation des objectifs des marchés publics, améliorent le traitement des données sur les marchés publics et alignent l’instrument sur les ambitions de l’UE en matière de transition verte et numérique.

Le rapport sur le marché unique évoque également la possibilité de transformer le cadre européen des marchés publics en un règlement, limitant ainsi la portée de la fragmentation nationale.

« Si nous modifions les règles, nous pouvons contribuer à garantir que les marchés publics soient utilisés pour soutenir les politiques de l’UE », a déclaré Villumsen, de sorte que, par exemple, les entreprises qui enfreignent à plusieurs reprises les réglementations en matière de santé et de sécurité pourraient être exclues des appels d’offres.

Les législateurs européens tels que Radtke et Villumsen, qui préconisent depuis longtemps une révision du cadre, estiment que les clauses sociales devraient être obligatoires dans tous les appels d’offres publics afin de promouvoir la création d’emplois de qualité et de prévenir l’exploitation et les abus dans les chaînes d’approvisionnement, en particulier dans les secteurs à forte intensité de main-d’œuvre. les industries.

Pendant la pandémie, par exemple, il a été signalé que les opérateurs des centres d’appels qui suivaient les cas de Covid-19 dans le cadre d’un appel d’offres du gouvernement néerlandais étaient sous-payés et n’avaient pas droit à des pauses toilettes.

Le syndicat néerlandais FNV a également affirmé que les travailleurs ne percevaient pas de cotisations de retraite et devaient utiliser leur propre équipement.

Ce cas n’est pas unique dans l’UE, selon une carte retraçant différents cas au cours des dernières années.

« Même si les marchés publics socialement responsables sont encouragés en théorie, dans la pratique, l’argent public ne renforce pas le travail décent », a conclu Roethig.

Le 24 mai, le débat sur la manière d’améliorer les marchés publics pourrait connaître des progrès, alors que les ministres européens de l’Industrie se réuniront à Bruxelles pour débattre de l’avenir du marché unique en vue de conclusions.

Laisser un commentaire

19 − seize =