Jennifer Jacquemart/ EC - Audiovisual Service

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Le lancement d’une coalition pour l’efficacité énergétique vise à combler le déficit d’investissement

La mise en œuvre des lois européennes visant à réduire la consommation d’énergie et à accroître l’efficacité du parc immobilier du bloc nécessitera un financement important, selon les responsables de l’UE.

La Commission européenne a lancé aujourd’hui (22 avril) une coalition européenne pour le financement de l’efficacité énergétique afin de réfléchir aux moyens de financer la mise en œuvre de la législation européenne destinée à réduire la consommation d’énergie en reliant les États membres aux institutions financières.

La coalition vise à aider au financement de législations telles que la directive sur l’efficacité énergétique (DEE) adoptée en juillet de l’année dernière et la directive européenne sur la performance des bâtiments (EPBD), adoptée en avril.

Depuis le début du Green Deal européen, l’efficacité énergétique est un pilier fondamental de la transition verte, saluée comme un facteur clé pour sevrer de la dépendance aux combustibles fossiles russes.

« Il est crucial de trouver des solutions, qu’elles soient publiques, privées ou mixtes », a déclaré Paula Pinho, directrice de la transition juste et de la sécurité, de l’efficacité et de l’innovation énergétiques au département de l’énergie de la Commission.

La commissaire à l’énergie, Kadri Simson, a déclaré que la nouvelle coalition peut contribuer à mobiliser des investissements pour mettre en œuvre le pacte vert européen et accélérer la transition énergétique grâce à des améliorations énergétiques.

« Nous n’avons que six ans pour garantir que nous sommes sur la voie de la neutralité climatique. Si nous n’augmentons pas les investissements maintenant, nous chuterons », a déclaré Simson, faisant référence à l’objectif contraignant du FEDEM pour 2030 d’augmenter l’efficacité de 11,7 %. .

Philippe Henry, vice-président du gouvernement wallon et ministre du climat, de l’énergie et des infrastructures, a salué l’ambition de l’UE de prendre des « actions concrètes », considérant l’amélioration de l’efficacité énergétique comme une étape « essentielle » pour préserver le climat.

Henry a suggéré que tous les pays de l’UE devraient envisager des mesures d’efficacité énergétique de manière cohérente et a fait écho à la voix de Pinho disant que « l’investissement public n’est pas illimité » et que le recours aux investissements privés est vital.

« Les investissements dans l’efficacité énergétique peuvent être perçus comme trop risqués par les marchés financiers, mais cette perception peut être modifiée en instaurant la confiance », a déclaré Henry, suggérant le partage des données disponibles afin que les investisseurs puissent évaluer le risque et exhortant les pays de l’UE à favoriser la mise en place de financements. installations.

Thomas Östros, vice-président de la Banque européenne d’investissement (BEI), a déclaré que l’année dernière, la banque climatique de l’UE avait atteint 20 milliards d’euros d’investissements énergétiques, ajoutant que l’efficacité énergétique était le sous-secteur le plus important au cours de cette période.

«Nous voulons que notre banque soit un pionnier en matière d’investissement climatique, notamment en matière de mesures d’efficacité énergétique», a déclaré Östros.

Le ressortissant suédois de la BEI a évoqué certains des défis associés à ces investissements, tels que la fragmentation, la petite taille des projets et les coûts de transaction élevés, ainsi que la complexité technique.

« Il n’y a aucun moyen de contourner ce problème, nous nous y sommes engagés dans la législation et maintenant nous devons tenir nos promesses en matière de mise en œuvre… Cela nécessitera bien sûr des financements », a déclaré le député Niels Fuglsang (Danemark/S&D), responsable du dossier du FEDEM dans le cadre du Parlement européen. Parlement européen.

Fuglsang a déclaré que la décision d’aller de l’avant était une « évidence » et a mis désormais l’accent sur la façon de procéder, décrivant les négociations avec les municipalités danoises et la manière dont ces organismes sont engagés pour commencer à travailler sur la rénovation des bâtiments et à déployer le chauffage urbain. .

Alexandra Jour-Schroeder, directrice générale adjointe du département des services financiers de la Commission, a déclaré que les investissements privés devraient intervenir à hauteur d’environ 600 à 700 milliards d’euros chaque année.

« Nous travaillons sur trois à quatre outils réglementaires qui permettront d’orienter les investissements », a déclaré Jour-Schroeder.

La députée Jutta Paulus (Allemagne/Verts) a déclaré que l’efficacité énergétique est la base de la transition énergétique car elle facilite l’abandon des combustibles fossiles.

« Le prochain mandat sera celui de la mise en œuvre, notamment de l’efficacité énergétique, et le financement est essentiel pour la rénovation des bâtiments et la transformation industrielle. Il existe de nombreuses possibilités de changement », a déclaré Paulus.

Laisser un commentaire

18 − six =