The EU executive has sanctioned the maker of products such as Oreo and Toblerone for restricting cross-border trade of chocolate, biscuits and coffee within the Single Market.

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Le géant alimentaire américain Mondelēz condamné à une amende de 337,5 millions d’euros pour violation des règles antitrust du bloc

L’exécutif européen a sanctionné le fabricant de produits tels que Oreo et Toblerone pour avoir restreint le commerce transfrontalier de chocolat, de biscuits et de café au sein du marché unique.

Après une enquête de cinq ans, l’exécutif européen a découvert que Mondelēz avait illégalement interdit aux détaillants de s’approvisionner en produits dans les États membres où les prix étaient plus bas, permettant ainsi à l’entreprise américaine de produits alimentaires emballés de maintenir des prix plus élevés.

« Cela nuit aux consommateurs qui finissent par payer plus cher pour les chocolats, les biscuits et le café. C’est une préoccupation majeure pour les citoyens européens et encore plus évidente en période d’inflation très élevée, où beaucoup sont confrontés à une crise du coût de la vie », a déclaré le vice-président de la Commission, Vestager, lors d’une conférence de presse aujourd’hui (23 mai).

Elle a annoncé une amende de 337,5 millions d’euros à Mondelēz pour violation des règles antitrust de l’UE qui interdisent les pratiques commerciales restrictives et l’abus de position dominante – respectivement dans les articles 101 et 102 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE).

L’amende a été réduite de 15 % car l’entreprise a coopéré avec la Commission à l’enquête, permettant une résolution efficace de l’affaire.

L’affaire concernait les pratiques commerciales de Mondelēz portant atteinte au commerce dit parallèle – lorsque des commerçants achètent des produits dans des États membres où les prix sont plus bas pour les vendre dans des États membres où les prix sont plus élevés.

« Il existe un énorme potentiel de commerce parallèle s’il n’est pas restreint. Cela exerce une pression sur les prix pour qu’ils baissent », a déclaré Vestager, responsable du respect de la concurrence.

La Commission encourage le commerce parallèle comme moyen d’élargir le choix des consommateurs et de maintenir des prix compétitifs.

Grâce à sa pratique, qui a eu lieu entre 2006 et 2020, Mondelēz a veillé à ce que les prix restent élevés en convenant avec les commerçants s’ils pouvaient ou non vendre dans des territoires spécifiques de l’UE – la Commission a identifié 11 accords distincts de ce type avec sept commerçants.

Dans le même temps, l’entreprise américaine a empêché 11 distributeurs exclusifs actifs dans certains États membres de vendre des produits alimentaires Mondelēz à des consommateurs situés dans d’autres pays de l’UE.

La Commission a également identifié un abus de position dominante en retirant les barres de chocolat Côte d’Or du marché néerlandais pour empêcher leur importation en Belgique, où Mondelēz les vendait à des prix plus élevés.

L’entreprise a également empêché un courtier allemand d’acheter ses chocolats en Allemagne, où ils étaient moins chers, et de les revendre en Autriche, en Belgique, en Bulgarie et en Roumanie, où les prix étaient plus élevés.

Contacté par L’Observatoire de l’Europe, un porte-parole de Mondelēz a déclaré que « la décision concerne des incidents historiques isolés, dont la plupart ont cessé ou ont été résolus bien avant l’enquête de la Commission ».

Bon nombre de ces incidents ne représentent qu’une part très limitée des activités européennes de Mondelēz International et étaient liés à des relations commerciales avec des courtiers, qui se déroulent généralement via des ventes sporadiques et souvent ponctuelles, a déclaré le porte-parole de Mondelēz.

L’entreprise a annoncé qu’aucune mesure supplémentaire ne serait nécessaire pour financer l’amende, car elle avait déjà comptabilisé cette somme en 2023.

La directrice générale d’Eurocommerce, Christel Delberghe, a salué la décision de la Commission, affirmant que « les détaillants et les grossistes sont gênés depuis trop longtemps par les pratiques des grands fabricants qui leur refusent la liberté de s’approvisionner là où ils le souhaitent dans le marché unique ».

Delbergh a appelé la Commission à agir de manière générale plutôt que sur des cas isolés comme celui-ci.

Laisser un commentaire

sept − sept =