Danish climate and energy minister Lars Aagaard (right) meets newly appointed EU climate commissioner Wopke Hoekstra at an EU Council summit in October 2023.

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Le Danemark en recrute dix autres pour atteindre un objectif climatique « ambitieux »

Le Danemark, le seul pays de l’UE jusqu’à présent à soutenir explicitement un objectif de réduction des émissions nettes de gaz à effet de serre du bloc à 90 % par rapport aux niveaux de 1990 d’ici 2040, a persuadé l’Allemagne, la France et huit autres pays de soutenir un appel en faveur d’un objectif « ambitieux » dans le cadre d’un accord commun. déclaration qui pointe vers un chiffre similaire.

Les poids lourds que sont l’Allemagne, la France et l’Espagne font partie des dix États membres qui ont rejoint le Danemark pour appeler à un objectif de réduction des émissions d’ici 2040, conformément aux conseils des scientifiques européens qui affirment que la production nette de gaz à effet de serre ne doit pas être réduite à plus d’un dixième des niveaux de 1990.

Le Danemark est jusqu’à présent le seul pays à avoir explicitement approuvé un objectif de réduction nette de 90 %, ce qui équivaut à une réduction de sept fois par rapport aux niveaux actuels au cours des seize prochaines années. Le ministre du Climat, Lars Aagaard, en a fait l’annonce début décembre lors de la conférence sur le climat COP28 à Dubaï.

La déclaration commune, diffusée jeudi par le Danemark, note que les chefs de gouvernement de l’UE ont salué lors d’un sommet à la mi-décembre l’accord mondial récemment conclu visant à accélérer la transition vers zéro émission nette « conformément aux meilleures données scientifiques disponibles » afin de plafonner les émissions nettes. la température mondiale augmente de 1,5 degrés au-dessus des niveaux préindustriels.

« L’objectif (de l’UE) devrait être conforme à l’objectif à long terme de température de 1,5 °C et prendre en compte les principes de la loi européenne sur le climat, tels que la meilleure science disponible, le rapport coût-efficacité, une transition juste et équitable et la les coûts de l’inaction, ainsi que les conseils du Conseil consultatif scientifique européen sur le changement climatique », indique le communiqué.

Le document – ​​également signé par les ministres d’Autriche, de Bulgarie, de Finlande, d’Irlande, du Luxembourg, des Pays-Bas et du Portugal – ne précise pas d’objectif privilégié pour 2040, mais le conseil consultatif indépendant a conclu l’été dernier que l’UE doit adopter un objectif de 90 pour 2040. -95 % s’il veut avoir une chance réelle de respecter son engagement d’atteindre le zéro net une décennie plus tard.

L’exécutif européen prévoit de publier le 6 février une communication exposant sa recommandation pour un objectif 2040. Le nouveau commissaire au climat, Wopke Hoekstra, s’est déjà engagé à « défendre » l’objectif d’au moins 90 % recommandé par le groupe scientifique.

Le ministre du Climat Aagaard a déclaré aujourd’hui (26 janvier) qu’un objectif ambitieux était également nécessaire pour garantir « l’indépendance énergétique et la compétitivité future » de l’Europe. Le bureau de la représentation permanente du Danemark à Bruxelles a déclaré sur les réseaux sociaux que le pays scandinave avait « réuni une large alliance de pays européens du nord au sud, de l’est et de l’ouest » en faveur d’une ambition élevée.

Les militants pour le climat ont cependant réagi de manière mitigée à la déclaration commune. Sven Harmeling du Réseau Action Climat Europe a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que l’alliance de campagne se félicitait du fait que plusieurs « États membres influents » avaient appelé à un objectif ambitieux, mais a noté que la commission avait modélisé des objectifs plus élevés et qu’elle finalisait une évaluation d’impact également prévue la semaine prochaine.

Laisser un commentaire

cinq × deux =