13 MEPs called on the European Parliament to reform its internal rules in June 2023

Jean Delaunay

Politique de l’UE. L’absence de congé parental « décourage » les jeunes de se présenter aux élections

À moins de deux semaines des élections au Parlement européen, les nouveaux membres du Parlement européen ne bénéficieront toujours pas d’un congé parental officiel, ce qui pourrait empêcher les jeunes de se présenter aux élections.

Le Parlement européen est le parlement le plus égalitaire du bloc, avec environ 40 % de femmes députées en 2024, contre près de 16 % en 1979. Pourtant, les législateurs européens ne peuvent pas demander de congé parental, ne peuvent pas voter à distance et ne peuvent pas voter à distance. nommer un remplaçant temporaire.

« Si nous voulons un système équilibré entre les sexes, dans lequel les pères, et pas seulement les mères, peuvent combiner garde d’enfants et activité politique, nous devons reconnaître le droit à une vie de famille », a déclaré Raquel García Hermida-van der Walle, candidate aux élections européennes de The Pays-Bas pour D66 (Renew Europe), a déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

Les lois électorales actuelles et les règles internes du Parlement européen n’envisagent pas la possibilité de remplacements temporaires de députés européens en cas de congé de maternité, de paternité ou parental et les votes ne peuvent pas non plus être transférés par procuration à un autre membre.

En 2022, le Parlement a adopté une proposition de règlement sur l’élection des députés européens qui introduirait cette possibilité. Cependant, la proposition reste bloquée au conseil deux ans plus tard.

« Le congé parental n’a pas pour objectif de rendre plus confortable le mandat des élus. Il s’agit d’assurer la continuité d’un mandat conféré par le peuple pour le représenter », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe l’eurodéputée Leïla Chaibi (France/La Gauche).

Chaibi est l’un des 13 députés européens qui ont appelé l’année dernière l’institution européenne à réformer ses règles pour s’adapter aux temps modernes dans un manifeste signé par la présidente du Parlement Roberta Metsola (Malte/PPE).

À la suite du manifeste, Metsola a introduit une disposition spécifique pour les députés européens en congé de maternité qui ont manqué des votes, rendant ainsi transparente la raison de leur absence.

Désormais, un astérisque à côté des noms des députés indiquera ceux qui ne peuvent pas assister aux votes en raison d’un congé de maternité, de paternité ou parental – mais d’autres mesures sont encore à venir.

L’une des principales demandes du manifeste était l’introduction de dispositions permettant le vote à distance, un système déjà installé et utilisé pendant la pandémie de COVID-19.

Selon les services de presse du Parlement européen, Metsola étudie la possibilité d’étendre le recours aux députés européens en congé de maternité, de paternité ou parental avec un groupe de travail interne sur la stratégie d’innovation en matière d’information et de technologie.

Dans une lettre datée du 2 avril 2024, le groupe de travail a conclu que l’introduction du vote hybride en plénière soulève un certain nombre de défis techniques, organisationnels et procéduraux qui doivent être évalués plus en détail.

Le groupe a identifié la méthode d’authentification, la qualité de la connexion réseau à distance et la nature en temps réel du processus de vote comme les principaux défis.

Les solutions potentielles identifiées ont été considérées comme risquées même si elles étaient appliquées à un petit nombre d’électeurs et comme une menace pour la confiance essentielle fournie par le système électoral actuel.

« Cela (l’absence de congé parental) n’encourage pas la participation des jeunes ou des personnes qui commencent leur vie de famille, en particulier les femmes », a déclaré García Hermida, ajoutant que « vous pourriez y réfléchir à deux fois avant de vous présenter si vous êtes un jeune homme politique et que vous voulez avez des enfants, ou si vous venez d’avoir des enfants ».

Mais l’institution européenne affirme que, quel que soit le sexe, aucune « autorisation de congé » n’est nécessaire ou possible, dans la mesure où les députés organisent eux-mêmes l’exercice de leur libre mandat.

« Le Parlement européen dispose d’installations à Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg pour permettre aux parents de travailler en laissant leurs enfants dans des chambres familiales adaptées », a déclaré un porte-parole du Parlement à L’Observatoire de l’Europe lorsqu’on lui a demandé s’ils prévoyaient des réformes internes.

Pour la députée de gauche française, devenue mère l’année dernière, l’absence de réformes pose un problème de représentation.

« Ce manque de mesures n’encourage pas les jeunes, notamment les femmes, à se présenter aux élections », a soutenu Chaibi.

En effet, l’âge moyen d’un député européen en mai 2024 est de 53 ans, et seuls trois d’entre eux ont moins de 30 ans.

Le Parlement a déclaré qu’il continuerait à rechercher des solutions possibles à ce problème au cours du prochain mandat, étant donné que 14 États membres autorisent déjà explicitement les députés à bénéficier de ces dispositions en matière de congé, notamment la Belgique, l’Allemagne, l’Italie et la Suède.

En Allemagne, les membres du Bundestag ont droit à six semaines de congé de maternité avant la naissance d’un enfant et à huit semaines supplémentaires après la naissance d’un enfant, tandis qu’en Espagne, bien que cela ne soit pas officiellement reconnu, les députés peuvent voter à distance lorsqu’ils sont absents du Parlement.

« Le Parlement européen doit être un exemple de ce que nous attendons des entreprises et des citoyens », a déclaré Chaibi, candidat à sa réélection. « En ne prenant aucune mesure pour remplacer les élus en congé parental, l’institution européenne envoie le message mauvais signal ».

Laisser un commentaire

douze + sept =