Tedros Adhanom Ghebreyesus, Director General of the World Health Organization (WHO), during a press conference on December 2022

Jean Delaunay

Politique de l’UE. La résolution des députés sur la consommation saine irrite l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme que le lien scientifiquement prouvé entre l’alcool et le cancer a été minimisé par les députés dans une récente résolution, et n’est pas prête à laisser tomber l’affaire.

Une résolution non contraignante du Parlement européen à la fin de l’année dernière sur les maladies non transmissibles telles que le diabète et le cancer a suscité la colère de l’organisme de santé soutenu par l’ONU et a suscité une forte réponse.

La principale source d’irritation pour l’OMS est que, dans la résolution, les législateurs européens ont mis en garde uniquement contre une prétendue « consommation nocive » de boissons alcoolisées, ce que l’OMS considère comme équivalant à accepter l’existence de niveaux sûrs de consommation d’alcool.

« Dans le contexte de la prévention du cancer et de ce rapport spécifique, la terminologie ‘consommation nocive d’alcool’ est scientifiquement inexacte », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe le Dr Carina Ferreira-Borges, conseillère régionale pour l’alcool à l’OMS/Europe.

L’alcool a été classé par l’organisme de recherche sur le cancer désigné par l’OMS – le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) – comme cancérogène dès 1988, le regroupant avec des substances telles que le tabac et l’amiante.

« Et les preuves sont claires et substantielles : l’alcool provoque plus de 200 maladies et blessures, y compris les principales causes de décès telles que les maladies cardiovasculaires et les cancers », a ajouté Ferreira-Borges.

La communauté scientifique a établi un lien causal entre la consommation d’alcool et au moins sept cancers : cancer de la bouche, du pharynx, du larynx, de l’œsophage, colorectal, du foie et du sein chez la femme.

Dans le texte final approuvé par la plénière du Parlement le 13 décembre, les députés « soutiennent également la fourniture d’une meilleure information aux consommateurs en améliorant l’étiquetage des boissons alcoolisées, notamment en incluant des informations sur une consommation modérée et responsable ».

« Mais il est bien établi qu’un message de consommation d’alcool ‘responsable’ ou ‘modéré’ est ambigu, peu efficace et souvent utilisé par l’industrie de l’alcool pour des campagnes publicitaires », a déclaré l’expert de l’OMS.

La résolution a été adoptée par le Parlement malgré la signature et l’envoi par l’OMS et le CIRC d’une déclaration commune (6 novembre) demandant des modifications à la formulation à la veille d’un vote crucial en commission, et en adressant une lettre aux députés européens – divulguée à la presse – leur demandant de ne pas diluer les références aux risques de cancer liés à l’alcool dans le texte final.

Début 2023, l’agence spécialisée des Nations Unies a également publié une note consultative destinée aux décideurs politiques, avertissant qu’aucun niveau de consommation d’alcool n’est sans danger pour la santé.

Le plan européen de lutte contre le cancer est-il menacé ?

Un autre élément « inquiétant » du texte convenu est l’omission des avertissements sanitaires sur les étiquettes des boissons alcoolisées, selon Ferreira-Borges, car ceux-ci sont considérés par l’OMS comme une option politique importante pour fournir aux consommateurs des informations claires et accessibles sur la santé. et la sécurité des produits qu’ils achètent.

L’initiative phare du plan européen de lutte contre le cancer dévoilée par la Commission Ursula von der Leyen en février 2021 envisageait une proposition législative prévoyant l’étiquetage obligatoire des avertissements sanitaires sur les boissons alcoolisées, qui serait présentée avant la fin de 2023.

Toutefois, aucune proposition de ce type n’a encore été avancée et aucune initiative n’est en préparation pour les mois à venir de la part de l’exécutif européen.

« Remplacer les avertissements sanitaires par des informations sur la consommation d’alcool ‘modérée’ et ‘responsable’ pourrait être considéré comme un signal que le Parlement européen ne soutient pas nécessairement le Plan Cancer », a déclaré Ferreira-Borges.

La Commission européenne organisera fin janvier une conférence de haut niveau pour faire le point sur la mise en œuvre du plan de lutte contre le cancer.

« Bien que les rapports et résolutions du Parlement ne soient pas contraignants, ce manque d’alignement (avec le plan) suscite des inquiétudes », a-t-elle ajouté.

Dans la lettre divulguée aux députés européens, Hans Kluge, directeur régional de l’OMS pour l’Europe, a fait part d’une « inquiétude croissante » quant à la mise en œuvre du plan européen de lutte contre le cancer, étant donné que les engagements forts initiaux « se sont lentement érodés dans divers documents ».

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dévoile le plan européen de lutte contre le cancer, le 4 février 2020.
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dévoile le plan européen de lutte contre le cancer, le 4 février 2020.

Une « préoccupation croissante » dans la communauté de la santé publique

L’OMS est intervenue sur la résolution à la demande de l’eurodéputée Sara Cerdas (S&D, Portugal). « Ce fut une grande déception pour moi en tant que médecin en santé publique de voir que ce rapport ne correspondait pas aux dernières preuves en matière de consommation d’alcool », a-t-elle déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

Elle a pointé du doigt « l’hypocrisie de certaines formations politiques qui prétendent vouloir vaincre le cancer sans prendre position sur les facteurs de risque comme la qualité de l’air, les produits du tabac et la consommation d’alcool ».

Contacté par L’Observatoire de l’Europe, le rapporteur sur le dossier Erik Poulsen (Renew Europe, Danemark) a refusé de commenter les inquiétudes soulevées par l’OMS.

L’agence des Nations Unies a également souligné « une inquiétude croissante au sein de la communauté de la santé publique face à la prolifération de formulations ambiguës dans les documents du Parlement européen et à l’absence d’alignement avec les dernières preuves dans le domaine de l’alcool ».

« Il est profondément alarmant d’observer des députés européens soutenir le discours de l’industrie de l’alcool, défendant des termes tels que « consommation modérée et consommation responsable », a déclaré Florence Berteletti, secrétaire générale de l’organisation de la société civile Eurocare qui s’occupe de la prévention des méfaits liés à l’alcool.

Elle a ajouté que ce qui s’est passé avec cette résolution a soulevé « de profondes inquiétudes quant au fait que les députés européens donnent la priorité aux intérêts de l’industrie plutôt qu’à la santé de leurs électeurs, érodant la confiance dans la politique européenne et jetant le doute sur leur intégrité ».

Laisser un commentaire

quatre × cinq =