Christophe Ena / AP

Jean Delaunay

Politique de l’UE. La liste de souhaits des États membres en matière de pollution de l’eau suscite une réaction verte

Le mandat de négociation pour l’adoption de la directive-cadre sur l’eau servira de base aux discussions qui débuteront entre les colégislateurs de l’UE, suscitant des craintes vertes quant au démantèlement des règles européennes protégeant l’eau.

Une liste de substances chimiques affectant la pollution de l’eau, convenue par les ambassadeurs des États membres comme une salve d’ouverture dans les négociations sur une mise à jour de la directive sur l’aménagement de l’eau, a été critiquée par les militants verts qui y voient une preuve d’un retour en arrière sur le Green Deal.

Les États membres seront invités à prendre des mesures pour respecter les normes de qualité pour les polluants supplémentaires – y compris certains produits chimiques dits « éternels » (PFAS), produits pharmaceutiques et pesticides – et à rendre leurs données de surveillance disponibles plus souvent, selon le texte convenu. récemment scellé par la présidence belge de l’UE.

Le texte contient cependant des propositions poussées par le Danemark, la Finlande, l’Allemagne, le Luxembourg et les Pays-Bas pour modifier la définition de la « détérioration de l’eau », déclenchant la fureur des écologistes qui considèrent que cette flexibilité aura un « impact négatif à court terme » sur les masses d’eau. et « détérioration de la qualité de l’eau ».

Ces pays ont fait valoir que si l’état d’un élément ou d’une substance donné de la qualité de l’eau se détériore pendant de courtes périodes et devrait se rétablir rapidement, cela ne devrait pas être admissible.

Un diplomate européen a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que même si son pays soutenait une politique ambitieuse en matière d’eau, il craignait que la définition précédente puisse « entraver les investissements dans la transition verte ».

En octobre 2022, l’exécutif européen a proposé la première mise à jour depuis près d’une décennie d’une liste de surveillance des polluants qui affectent les eaux de surface et souterraines en Europe, dans le cadre de la directive-cadre sur l’eau, la principale loi de l’UE relative à la protection des eaux côtières et des eaux douces, qui oblige les pays de l’UE à apporter les les eaux redeviennent saines d’ici 2027.

Mais l’accord du Conseil – qui servira de base aux discussions interinstitutionnelles de l’UE avec le Parlement européen et la Commission – a repoussé la date limite légale pour se mettre en conformité à 2039, avec des options pour retarder davantage jusqu’en 2051.

De plus, au cours des dix prochaines années, les États membres seraient uniquement obligés de surveiller la présence de nouveaux polluants dans l’eau, plutôt que de prendre des mesures pragmatiques pour rétablir l’état de l’eau.

Le député réélu Ville Niinistö (Finlande/Verts) a exprimé son indignation face à ce qu’il a décrit comme une tentative d’édulcorer les garanties environnementales au lieu de « supprimer progressivement les émissions de PFAS, de glyphosate et de produits pharmaceutiques aussi rapidement que possible ».

« Il est clair que le Parlement doit continuer à faire pression pour une protection supplémentaire de l’environnement contre la pollution chimique et nutritionnelle et nous ne permettrons pas au Conseil de mettre en danger la santé de nos citoyens et l’environnement lors des négociations finales sur cette législation importante », a déclaré Niinistö à L’Observatoire de l’Europe. .

La Commission devait publier en mars une initiative sur la « résilience hydrique » en réponse aux périodes croissantes de sécheresse liées au changement climatique, mais elle a décidé de retirer cet engagement de son programme à l’approche des élections européennes, craignant apparemment la fureur des protestations des agriculteurs et essayant pour apaiser le retour de bâton anti-vert qui a assombri la fin de la législature.

Sara Johansson, responsable politique principale de l’ONG Bureau européen de l’environnement, a regretté le résultat du mandat de négociation, affirmant que les gouvernements voulaient « se donner le droit légal de polluer l’eau pour les prochaines décennies », tandis que Manon Rouby, responsable politique et conseillère juridique au Pesticide Action Network. (PAN) Europe, a dénoncé le « refus des pays de l’UE de prendre des mesures ambitieuses contre la pollution chimique de l’eau à l’échelle européenne ».

La prochaine présidence hongroise de l’UE, qui débutera le 1er juillet, servira de médiateur dans les négociations entre le nouveau Parlement, les États membres et l’exécutif européen. Les négociations débuteront une fois que la composition des institutions de l’UE sera réglée.

Laisser un commentaire

sept + 15 =