A plane takes of at Brussels Zaventem airport. The EU is banking on biofuels to help reduce the growing climate impact of the aviation industry.

Milos Schmidt

Politique de l’UE. La Commission soutient l’utilisation des terres agricoles pour la production de carburant d’aviation

Dans le but de réduire l’impact climatique du vol aérien, la Commission européenne affirme que les terres agricoles peuvent être utilisées pour la production de biocarburant pour l’aviation, à condition qu’elles n’interfèrent pas avec la production de denrées alimentaires et d’aliments pour animaux ou n’endommagent pas les sols. Mais des questions ont été soulevées quant à savoir si des garanties suffisantes sont en place.

Les biocarburants fabriqués à partir de certaines cultures à croissance rapide et de plantes cultivées sur des terres jugées impropres à la production alimentaire devraient être pris en compte dans la réalisation des objectifs d’adoption de carburants d’aviation durables, dira l’exécutif européen aux députés demain (20 mars), après avoir peaufiné une directive la semaine dernière en utilisant des pouvoirs.

Dans le cadre d’une récente révision de la directive sur les énergies renouvelables (RED), l’utilisation de cultures vivrières et fourragères pour produire des carburants de transport tels que l’éthanol et le biodiesel a été limitée en raison des inquiétudes concernant les impacts environnementaux et la sécurité alimentaire, avec des biocarburants de deuxième génération ou « avancés » plus durables. compte pour atteindre les objectifs d’utilisation dans les transports.

Cependant, la Commission européenne a décidé la semaine dernière d’étendre la liste des matières premières autorisées à l’annexe IX de la directive, en y ajoutant les cultures dites de capture et autres cultures intermédiaires cultivées entre la récolte et la prochaine plantation, ainsi que les cultures endommagées – mais uniquement pour produire du carburant. pour les avions, pas pour le transport routier.

L’exécutif européen stipule que l’utilisation de cultures intermédiaires comme matière première n’est autorisée que « lorsqu’en raison d’une courte période de végétation, la production de cultures vivrières et fourragères est limitée à une seule récolte et à condition que leur utilisation ne déclenche pas de demande de terres supplémentaires et que le sol la teneur en matière organique est maintenue ».

Mais les défenseurs de l’environnement craignent que cette clause ne soit pas suffisamment stricte pour empêcher l’utilisation non durable de cultures vivrières et fourragères, ainsi que de terres agricoles viables, pour la production de carburant. Barbara Smailagić, spécialiste de la politique des carburants au sein du groupe faîtier d’ONG Transport & Environment, a déclaré que la restriction était irréalisable sans lignes directrices ou définitions appropriées.

« Les matières premières ajoutées à la dernière minute à la partie A de l’Annexe IX, telles que les cultures intermédiaires et les cultures cultivées sur des terres gravement dégradées, présentent un risque élevé de fraude qui a été identifié par la commission elle-même dans son rapport accompagnant la révision des matières premières de l’Annexe IX. « , a déclaré Smailagić à L’Observatoire de l’Europe.

Elle a senti la main des lobbyistes de l’industrie pour influencer ce qui, selon elle, une comparaison avec les versions antérieures de la nouvelle législation suggère qu’il s’agissait d’une décision de dernière minute visant à ajouter les terres agricoles à la liste des sources privilégiées pour la production avancée de biocarburants, ce qui est destiné à encourager l’investissement. dans des biocarburants de deuxième génération plus durables.

« Il y a clairement eu une pression en faveur d’un certain type de matière première », a déclaré Smailagić, citant une lettre conjointe adressée aux décideurs politiques datant de mai 2023 dans laquelle les sociétés pétrolières et les compagnies aériennes affirmaient que les cultures intermédiaires ne rivalisaient pas pour les terres avec l’alimentation humaine et animale, et qu’autoriser leur utilisation favoriserait les ambitions de zéro émission nette de l’UE.

Certains acteurs de l’industrie des biocarburants ont également critiqué la décision de la commission, mais parce que la promotion des biocarburants à base de plantes était limitée au secteur de l’aviation.

Angel Alvarez Alberdi, qui dirige l’Association européenne des biocarburants avancés et à base de déchets, s’est félicité de l’extension de la liste des matières premières approuvées, qui a également ajouté des cyanobactéries et des sous-produits issus de la pâte à papier et des distilleries de bois. Mais il s’interroge sur le statut particulier accordé aux compagnies aériennes.

« L’ajout de dernière minute de cultures intermédiaires/de couverture uniquement pour l’aviation… est très surprenant et a fortement déstabilisé nombre de nos membres qui voient une discrimination claire à l’encontre des autres secteurs du transport », a déclaré Alberdi, dont l’association faisait partie des signataires de la lettre de mai. .

La politique de l’UE stimule la demande de carburants renouvelables, la RED stipulant que les biocarburants avancés doivent couvrir au moins 3,5 % de l’énergie utilisée pour les transports d’ici 2030. Une loi distincte exige une part croissante de carburants d’aviation durables pour les vols européens, passant progressivement de niveaux actuellement négligeables à un cinquième en 2035 et à près des deux tiers d’ici 2050.

Le Conseil de l’UE et le Parlement disposent de deux mois pour examiner l’acte délégué, qu’ils peuvent bloquer, mais pas modifier. Les responsables de la Commission devraient expliquer demain le raisonnement qui sous-tend cette décision aux députés de la commission parlementaire de l’industrie et de l’énergie.

Les compagnies aériennes font des pas timides vers l’intégration des carburants verts dans leurs modèles commerciaux, Ryanair ayant annoncé la semaine dernière un accord pour acheter cette année 500 tonnes supplémentaires de carburant d’aviation durable dérivé d’huile de cuisson usagée auprès de la société pétrolière autrichienne OMV, après s’être engagée à en acheter 160 000 tonnes. jusqu’en 2030. L’utilisation de cette matière première est toutefois plafonnée, tout comme celle des cultures vivrières conventionnelles, en raison de préoccupations concernant la disponibilité et du risque de fraude.

La Cour des comptes européenne, l’organisme de surveillance du budget de l’UE, a averti en décembre que la politique européenne en matière de biocarburants « manque de perspective à long terme » pour atteindre les objectifs ambitieux de décarbonation des secteurs aérien et maritime, ainsi que des transports en général.

Laisser un commentaire

1 × deux =