Ekō /  Emily Whitfield-Wicks

Milos Schmidt

Politique de l’UE. La Commission est prête à revoir la décision sur le glyphosate en attendant les recherches

Les preuves scientifiques à venir pourraient renverser la décision de l’exécutif européen.

La Commission européenne est prête à réévaluer sa décision de renouveler l’autorisation du glyphosate pour dix ans supplémentaires sur la base de nouvelles recherches scientifiques qui devraient être évaluées par des pairs cette année, a déclaré un porte-parole à L’Observatoire de l’Europe.

L’exécutif européen a renouvelé l’approbation du célèbre désherbant le 28 novembre de l’année dernière, affirmant que l’évaluation scientifique réalisée par l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) et l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) « n’a pas identifié de domaines de préoccupation critiques ».

Cette décision a été contestée le 25 janvier par six ONG environnementales dirigées par Pesticide Action Network (PAN) Europe, qui ont demandé à la Commission de retirer la décision, arguant que des études scientifiques clés avaient été négligées lors de l’évaluation de l’UE.

Les ONG ont notamment affirmé qu’une étude de l’Institut Ramazzini en Italie sur la leucémie n’avait pas reçu l’attention voulue dans les évaluations de la commission.

Angeliki Lysimachou, responsable scientifique et politique de PAN Europe, affirme que l’étude Ramazzini révèle que « l’exposition à de faibles niveaux de la formulation Roundup Bioflow vendue dans l’UE a entraîné une augmentation des décès par leucémie chez les rats, dès le plus jeune âge ».

Lysimachou a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que « l’une des nombreuses affirmations » des six ONG était que l’exécutif européen avait réapprouvé le glyphosate « bien que l’EFSA et la Commission aient eu connaissance de l’étude (de l’Institut Ramazzini) ».

Pour Lysimachou, l’étude est particulièrement pertinente puisqu’il s’agit de « la seule étude à long terme jamais réalisée sur la formulation représentative ou n’importe quelle formulation (du glyphosate) ».

Stefan De Keersmaecker, porte-parole de la Commission en matière de sécurité alimentaire, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que l’exécutif européen, l’EFSA et l’ECHA « étaient au courant » de l’étude de l’Institut Ramazzini, mais a déclaré que les résultats n’étaient ni examinés par des pairs ni publiés au moment de la décision.

Daniele Mandrioli, directeur du Centre de recherche sur le cancer de l’Institut Ramazzini de Bologne, a déclaré que les premiers résultats sur la leucémie ont été publiés et devraient être examinés par des pairs cette année, bien qu’il ne puisse pas prédire quand cela pourrait se produire.

« Si à la lumière des nouvelles données, l’ECHA ou l’EFSA confirment que le glyphosate ne répond plus aux critères d’approbation, la Commission agira immédiatement pour retirer l’approbation », a déclaré De Keersmaecker à L’Observatoire de l’Europe.

Mandrioli a noté que d’autres évaluations sont en cours dans le cadre de l’étude Ramazzini, notant que les résultats permettront d’évaluer le plein potentiel cancérigène du glyphosate.

Laisser un commentaire

quatre − un =