The term lab-grown meat refers to edible tissue gleaned from harvesting animal muscle cells which are nurtured in bioreactors where they are fed with protein.

Jean Delaunay

Politique de l’UE. La coalition met de la fausse viande au menu des ministres et s’effondre

L’Autriche, la France et l’Italie ont fait pression pour que la viande cultivée en laboratoire soit inscrite au « menu » de la prochaine réunion des ministres européens de l’Agriculture, prenant ainsi la tête d’une coalition de 12 pays contre cette technologie alimentaire.

Les délégations des pays ont inscrit la fausse viande à l’ordre du jour de la réunion des ministres de l’Agriculture à Bruxelles la semaine prochaine (23 janvier). C’est la première fois que la question sera débattue à ce niveau, selon la dernière version de l’ordre du jour du Conseil de l’UE.

Le terme viande cultivée en laboratoire – également connue sous le nom de viande artificielle, cultivée ou à base de cellules – fait référence aux tissus comestibles glanés lors de la récolte de cellules musculaires animales qui sont nourries dans des bioréacteurs où elles sont nourries avec des protéines.

La viande artificielle a récemment suscité la colère des partis d’extrême droite et conservateurs à travers l’Europe. En novembre dernier, le Parlement italien a approuvé une interdiction de la production, de la consommation et de la commercialisation de viande à base de cellules, même si jusqu’à présent aucun produit alimentaire à base de viande cultivée en laboratoire n’a été autorisé dans l’UE.

La note adressée à la présidence belge du Conseil de l’UE a été présentée par l’Autriche, la France et l’Italie et également soutenue par les délégations tchèque, chypriote, grecque, hongroise, luxembourgeoise, lituanienne, maltaise, roumaine et slovaque.

La « nouvelle production alimentaire cultivée en laboratoire » soulève des questions éthiques et économiques, ainsi que des problèmes sociaux et de santé publique, a souligné la coalition anti-contrefaçon de viande.

En conséquence, ils demandent à l’exécutif européen « de prendre en compte ces questions et les résultats des discussions à mener avec les États membres et la société civile européenne avant de prendre toute décision d’autorisation de mise sur le marché », selon la note délivrée par les 12 pays.

La viande à base de cellules entre dans le champ d’application du cadre européen pour les nouveaux aliments, établi pour les denrées alimentaires peu consommées avant le 15 mai 1998, date d’entrée en vigueur du règlement.

Tous les types de nouveaux aliments nécessitent une évaluation par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et l’approbation de mise sur le marché ultérieure de la Commission européenne.

Bien qu’apparemment ouverte au dialogue, la coalition anti-contrefaçon de viande a pris une position ferme contre cette technologie alimentaire dans sa note, soulignant que « les produits à base de cellules ne peuvent jamais être qualifiés de viande ».

« Nous appelons donc la Commission à garantir que les produits cultivés artificiellement en laboratoire ne soient jamais promus ou confondus avec des aliments authentiques », poursuit le document.

Les pays ont également pris pour cible les allégations de « greenwashing » liées à la viande cultivée en laboratoire, citant des études qui montrent « un mauvais équilibre climatique de la viande cultivée en laboratoire » et « un processus très gourmand en énergie », par rapport à l’élevage traditionnel.

« Cette déclaration non contraignante propage des informations erronées sur la viande cultivée et porte atteinte au système réglementaire européen, le meilleur au monde », a déclaré Alex Holst du Good Food Institute Europe, une organisation à but non lucratif promouvant les protéines alternatives.

Selon l’ONG, la note fait référence à des études qui n’ont pas été évaluées par des pairs et qui sont utilisées dans le cadre d’une campagne de désinformation fondée sur des hypothèses incorrectes.

« Le programme Horizon de l’UE et des pays comme l’Allemagne, l’Espagne et les Pays-Bas ont déjà investi dans la viande cultivée, reconnaissant son potentiel pour améliorer la sécurité alimentaire, réduire les émissions et satisfaire une demande croissante de viande », a ajouté Holst.

Laisser un commentaire

13 + seize =