Frank Augstein / AP

Milos Schmidt

Politique de l’UE. La Belgique envisage l’éolien et le solaire offshore pour augmenter la capacité des énergies renouvelables

L’État des basses terres cherche à optimiser la zone limitée de la mer du Nord pour la production d’énergie propre.

Avec un littoral relativement court, la Belgique s’est fixé des objectifs ambitieux pour accroître la capacité énergétique offshore grâce à l’énergie éolienne et aux panneaux solaires flottants, a déclaré le vice-Premier ministre et ministre de la Mer du Nord à L’Observatoire de l’Europe lors d’un événement à Bruxelles aujourd’hui (23 janvier).

La Belgique souhaite presque tripler sa capacité d’énergie éolienne offshore – elle représente actuellement 10 % de la demande intérieure – pour atteindre 8 GW d’ici 2040, a déclaré Paul Van Tigchelt en marge de l’événement sur l’expansion durable des énergies renouvelables offshore de l’UE, organisé par le WWF Europe. .

« La production d’électricité renouvelable ne doit pas nécessairement se limiter à l’énergie éolienne », a déclaré le vice-Premier ministre belge à L’Observatoire de l’Europe.

Alors que des projets éoliens offshore se déroulent en mer du Nord, Tigchelt a déclaré que le gouvernement fédéral évaluait actuellement la possibilité d’une technologie solaire flottante, une approche relativement nouvelle pour capter l’énergie solaire.

Un projet pilote a été construit pour développer les études nécessaires en termes de coût et d’impact sur l’environnement, a déclaré le Premier ministre, ajoutant que l’objectif est de construire un petit projet de démonstration d’une capacité de 5 MW d’ici 2026.

« Nous prévoyons de construire ces parcs solaires flottants entre les éoliennes, afin d’utiliser de manière optimale l’espace disponible limité, tout en utilisant de manière optimale la capacité existante pour amener l’électricité à terre », a déclaré Tigchelt.

Le gouvernement fédéral belge prépare actuellement un appel d’offres pour un projet en mer du Nord visant à augmenter la capacité de 3,5 GW d’ici 2026. Ce projet est centré sur une île artificielle, dans la zone maritime Princess Elizabeth, et vise à constituera la première étape d’un réseau électrique offshore européen intégré qui reliera la Belgique au Danemark et au Royaume-Uni.

Laisser un commentaire

deux × quatre =