Belgian energy minister Tinne Van der Straeten and the president of energy cooperatives

Milos Schmidt

Politique de l’UE. La Belgique défendra l’énergie citoyenne lors du sommet ministériel

S’adressant exclusivement à L’Observatoire de l’Europe, la ministre belge de l’Energie, Tinne Van der Straeten, explique pourquoi elle fait pression pour que les gouvernements reconnaissent l’importante contribution que les projets électriques communautaires et les coopératives pourraient apporter à la transition énergétique de l’Europe.

La ministre de l’Energie, Tinne van der Straeten, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’elle espérait obtenir une reconnaissance intergouvernementale des avantages des coopératives énergétiques locales cette semaine, lors du dernier sommet sur l’énergie de la présidence semestrielle belge du Conseil de l’UE.

Van der Straeten, un Vert du gouvernement de coalition diversifié de Belgique, s’exprimait mardi (28 mai) après avoir signé un manifeste d’ONG appelant le prochain Parlement européen et l’exécutif européen à promouvoir les communautés énergétiques, arguant que les « citoyens énergétiques » potentiels pourraient investir jusqu’à 240 milliards d’euros dans la transition énergétique d’ici 2030.

Les communautés énergétiques sont des programmes coopératifs volontaires offrant une alternative locale aux sociétés énergétiques commerciales, par exemple via la propriété partagée d’une éolienne ou d’un panneau solaire, contribuant ainsi à décentraliser la production d’électricité – et, selon leurs défenseurs, à réduire les coûts, la dépendance aux combustibles fossiles et à accroître la sécurité. d’approvisionnement.

« Il est très important de développer une politique énergétique qui soit inclusive du point de vue des citoyens, mais également du point de vue de la nature », a déclaré van der Straeten. « Il est donc de la plus haute importance d’inclure les citoyens dans la politique énergétique. »

Le ministre a reconnu la nécessité de renforcer les réseaux de distribution locaux, faisant écho à un appel lancé la semaine dernière par l’industrie électrique européenne, dont l’association professionnelle Eurelectric estime que les investissements devront doubler au cours des prochaines décennies pour permettre le déploiement des énergies renouvelables impliqué par le climat 2050 de l’UE. objectif de neutralité.

Les ministres de l’énergie doivent adopter demain (30 mai) des conclusions sur « la promotion d’une infrastructure de réseau électrique durable », et discuter des progrès réalisés dans le cadre du Green Deal de l’UE et du développement futur du plan RePowerEU, qui prévoit une augmentation des objectifs en matière d’énergies renouvelables en réponse à la crise énergétique précipitée par la guerre non déclarée de Vladimir Poutine contre l’Ukraine.

Avant l’échange de vues public, la présidence belge a demandé aux ministres d’envisager quelles « initiatives supplémentaires » pourraient être lancées pour aider à mettre fin « le plus tôt possible » à la dépendance de l’UE à l’égard des combustibles fossiles russes.

Dans le cadre du débat sur le Green Deal, les ministres ont été invités à réfléchir à la manière d’accélérer les progrès vers la réalisation des objectifs de 2030 en réduisant la demande d’énergie et en augmentant la part des énergies renouvelables dans le système européen à au moins 42,5 %, ainsi qu’à exprimer leur point de vue sur la meilleure façon de développer l’infrastructure du réseau.

Van der Straeten, qui présidera le sommet à Bruxelles, a déclaré que la réalisation de ces objectifs nécessiterait de renforcer le réseau européen, tant au niveau du transport longue distance que de la distribution locale, et que cela nécessiterait une meilleure planification et coordination ainsi qu’une implication plus directe des citoyens.

« Je suis absolument convaincu que si nous incluons davantage les communautés énergétiques, nous pourrons mieux exploiter les réseaux et développer plus rapidement les énergies renouvelables », a déclaré le ministre fédéral belge.

Un projet de conclusions divulgué sur les infrastructures de réseau, daté du 18 mai et vu par L’Observatoire de l’Europe, verrait le Conseil appeler les États membres à garantir que les citoyens et les communautés énergétiques soient étroitement impliqués dans la planification des infrastructures et à « revoir » les procédures de connexion au réseau et aux réseaux. accéder à la capacité pour garantir un « jeu équitable » entre les acteurs locaux et les entreprises d’électricité historiques.

Il demande également aux gouvernements « de veiller à ce que des plans de conception respectueux de la nature soient en place, de manière à concilier l’accélération du développement du réseau et la production, le stockage, la flexibilité et l’expansion de la demande avec la protection de l’environnement et de la biodiversité ».

Van der Straeten s’est dite confiante que la formulation finale convenue jeudi inclurait le soutien aux projets énergétiques citoyens, et a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que l’ONG à l’origine du manifeste des communautés énergétiques, REScoop.eu, avait été invitée à un déjeuner avec les ministres lors du sommet.

Le groupe de campagne basé à Bruxelles présente dix revendications aux candidats aux prochaines élections européennes, notamment la mise en œuvre complète des règles existantes qui soutiennent le développement de projets énergétiques locaux, l’accès au financement de l’UE et l’exemption de l’interdiction générale des aides d’État – et de l’UE –. stratégique au niveau national pour leur soutien dans tous les domaines de la politique de l’UE.

Le président de REScoop, Dirk Vansintjan, a salué le soutien de Van der Straeten et le signal qu’il a donné : « un soutien politique aux initiatives énergétiques citoyennes et place les citoyens au cœur de la transition énergétique ».

L’assemblée générale annuelle et le forum du groupe à Prague au début du mois ont également constaté un vif intérêt de la part des participants ukrainiens pour le développement de projets énergétiques communautaires, a déclaré Vansintjan. « Leur évaluation de ce qui se passe là-bas est que nous devons décentraliser la production d’énergie parce que vous êtes très vulnérable si vous dépendez de quelques grandes installations », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

19 − quatorze =