Hauliers in Munich protest against increased German fuel duty on 12 January. Six days later the EU has decided diesel trucks must be phased out almost entirely.

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Fin de la ligne des camions et bus diesel

L’UE a franchi une nouvelle étape importante dans ses efforts visant à assainir le transport routier, avec un accord politique sur les normes de CO2 pour les camions et les bus qui équivaut à une élimination presque complète des modèles fonctionnant au diesel d’ici 2040.

Les émissions moyennes de dioxyde de carbone des camions et autocars neufs vendus dans l’UE doivent être inférieures de 90 % aux niveaux actuels d’ici 2040, ont convenu les législateurs européens, tandis que les bus urbains doivent être entièrement sans émissions cinq ans avant cette date.

La décision, basée sur une proposition de la Commission européenne et fruit d’un accord en coulisses entre députés européens et représentants du gouvernement à Bruxelles aujourd’hui (18 janvier), fait suite à un accord similaire sur une interdiction de facto des voitures et camionnettes à moteur à combustion interne, dont les émissions de CO2 à l’échappement doivent être nulles à partir de 2035.

La plupart des véhicules lourds seront soumis à un durcissement progressif des normes en matière de CO2, avec des émissions inférieures de 45 % à la moyenne actuelle d’ici la fin de cette décennie, pour atteindre 65 % en 2035. Pour les bus urbains, il existe un objectif intermédiaire de 90 % d’ici 2030. bien que ceux déployés pour circuler sur des itinéraires interurbains seront soumis à des limites plus légères.

Comme cela s’est produit pour les normes distinctes pour les voitures et les camionnettes, les marchandages politiques ont conduit l’exécutif européen à évaluer d’ici 2027 la possibilité d’immatriculer les camions destinés à rouler exclusivement avec des carburants neutres en CO2, dont les émissions de gaz d’échappement seraient théoriquement captées en amont.

Cependant, il s’agit d’une question potentiellement complexe car elle impliquerait non seulement de définir dans la loi quels types de biocarburants ou de carburants synthétiques tels que le diesel électronique fabriqué avec de l’hydrogène « vert » seraient éligibles, mais également de concevoir un système qui empêcherait ce sont essentiellement des camions conventionnels qui fonctionnent aux combustibles fossiles.

Malgré diverses exemptions – les règles ne s’appliqueront pas aux camions poubelles avant 2035, par exemple, l’accord a été bien accueilli par les groupes faisant campagne pour assainir le transport routier, le seul secteur important à voir les émissions de gaz à effet de serre augmenter, plutôt que diminuer, au cours des dernières décennies. – en hausse d’environ un cinquième depuis 1990, et contribuant désormais à un quart de la production totale de CO2 dans l’UE.

« L’UE dit clairement aux constructeurs de camions que presque tous leurs véhicules devront être à zéro émission », a déclaré Fedor Unterlohner du groupe vert Transport & Environment. « Les producteurs européens ont désormais une trajectoire claire pour accélérer la production d’appareils électriques et à hydrogène et être prêts à relever le défi de Tesla et de ses rivaux chinois. »

Représentant les constructeurs automobiles, l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) a souligné que les nouvelles normes européennes étaient les plus strictes au monde et a déclaré que le calendrier de mise en œuvre était « extrêmement difficile en l’absence de conditions vitales ».

« Des infrastructures de recharge électrique et de recharge en hydrogène, des systèmes complets de tarification du carbone et des mesures de soutien significatives permettant aux opérateurs de transport d’investir rapidement : tels sont les ingrédients clés pour décarboner rapidement le secteur des transports lourds, en plus des véhicules zéro émission », a déclaré le directeur de l’ACEA. a déclaré le général Sigrid de Vries dans un communiqué.

Le texte législatif provisoirement convenu lors des négociations dites de « trilogue », sous la médiation de la Commission, reste soumis à l’approbation formelle du Conseil de l’UE et du Parlement européen.

Laisser un commentaire

7 − 2 =