Facebook and Instagram are considered Very Large Online Platforms under the EU

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Facebook et Instagram interrogés sur la gestion de la désinformation

La Commission européenne estime que les outils des plateformes pour protéger les élections européennes ne sont pas suffisants.

Facebook et Instagram de Meta font l’objet d’une enquête sur la manière dont les plateformes luttent contre la désinformation dans le cadre de la loi sur les services numériques (DSA), car elles craignent d’être vulnérables aux réseaux russes, a déclaré la Commission européenne aujourd’hui (30 avril).

Les infractions présumées couvrent les pratiques de Meta liées à la publicité trompeuse et au contenu politique sur ses services, a indiqué la Commission.

Selon l’exécutif européen, le réseau publicitaire de l’entreprise est vulnérable à la désinformation et constitue potentiellement une cible pour les réseaux russes.

Les plateformes manquent également d’un outil tiers efficace de surveillance des élections en temps réel puisque Meta n’a pas remplacé son outil d’information publique CrowdTangle, ce qui rend difficile pour les chercheurs et les journalistes de savoir quels efforts l’entreprise déploie pour supprimer les contenus illégaux.

« Compte tenu de la portée des plateformes de Meta dans l’UE – qui représentent plus de 250 millions d’utilisateurs actifs par mois – et à la suite des élections européennes et d’une série d’autres élections qui auront lieu dans divers États membres, une telle dépréciation pourrait nuire à le discours civique et les processus électoraux en ce qui concerne les capacités de suivi de la désinformation et de la désinformation, l’identification de l’ingérence et de la suppression des électeurs, et la transparence globale en temps réel fournie aux vérificateurs des faits, aux journalistes et aux autres acteurs électoraux concernés », a déclaré la Commission.

En outre, la Commission s’interroge sur le manque de visibilité des contenus politiques et des mécanismes permettant de signaler les contenus illégaux.

Centre d’opérations

Un responsable de l’UE a déclaré qu’il n’y avait pas de calendrier précis pour lequel Meta devait apporter les changements. La Commission s’attend à ce que Meta coopère, après avoir déjà eu des conversations constructives.

« Nous sommes convaincus qu’ils agiront rapidement. Il n’est dans l’intérêt de personne que le site soit exploité par des acteurs russes, et il est fondamentalement erroné qu’ils gagnent de l’argent avec cela », a déclaré le responsable.

En vertu du DSA, les entreprises désignées comme très grandes plateformes en ligne (VLOP) – plateformes en ligne comptant plus de 45 millions d’utilisateurs mensuels moyens dans l’UE – doivent respecter des règles strictes, telles que des exigences de transparence et de protection des mineurs en ligne.

Meta a déclaré plus tôt cette année qu’elle mettait en place son propre centre d’opérations pour les élections « afin d’identifier les menaces potentielles et de mettre en place des mesures d’atténuation en temps réel ». Dans un communiqué distinct, la société mère de Facebook a déclaré qu’elle prévoyait de commencer à étiqueter le contenu généré par l’IA en mai 2024.

En réponse à l’enquête d’aujourd’hui, un porte-parole de l’entreprise a déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’un « processus bien établi pour identifier et atténuer les risques sur nos plateformes » était en place.

« Nous sommes impatients de poursuivre notre coopération avec la Commission européenne et de leur fournir de plus amples détails sur ce travail. »

Test de stress

Meta, TikTok, X et d’autres plateformes en ligne ont été invitées par la Commission la semaine dernière (24 avril) à tester sous contrainte les lignes directrices électorales dans le cadre du DSA visant à aider les très grandes plateformes en ligne et moteurs de recherche à atténuer les risques pouvant avoir un impact sur l’intégrité des élections et leurs services.

L’enquête d’aujourd’hui fait suite au lancement la semaine dernière d’une autre enquête de la Commission sur TikTok, et aux enquêtes lancées plus tôt cette année sur X – également liée au contenu illégal – et AliExpress liées au respect du DSA.

Meta elle-même a également déposé une plainte auprès du Tribunal de Luxembourg en février pour avoir dû payer des frais de surveillance imposés par la Commission au titre du DSA.

Laisser un commentaire

8 + treize =