The European Commission hopes to persuade governments of the risk of holding overseas recyclers to the same standards as domestic packaging producers.

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Exclusif : les responsables du commerce sont convaincus de bloquer la loi sur les déchets d’emballages

Une loi environnementale historique conçue pour lutter contre le volume énorme et croissant de déchets d’emballages jetés en Europe, déjà près de 190 millions de tonnes par an et par personne, risque d’être reportée après les élections européennes, dans une impasse politique quant à ses implications potentielles pour le commerce et la diplomatie.

Il y a de fortes chances qu’une nouvelle loi destinée à réduire les énormes volumes d’emballages qui finissent dans les décharges ou les incinérateurs soit bloquée vendredi, selon plusieurs sources bien placées, malgré un accord politique entre le Parlement européen et les gouvernements de l’UE plus tôt ce mois-ci. mois.

Les organes législatifs de l’UE ont approuvé ce mois-ci le texte d’un nouveau règlement sur les emballages et les déchets d’emballages (PPWR) lors de négociations en coulisses médiatisées par la Commission européenne, un forum connu à Bruxelles sous le nom de trilogue. L’adoption officielle devrait désormais être une formalité, mais la Commission européenne a refusé de signer l’accord.

L’exécutif européen a déclaré que l’acceptation d’une « clause miroir » introduite à la dernière minute par la France, qui obligerait les entreprises souhaitant exporter vers le marché unique européen aux mêmes normes de contenu recyclé que les producteurs nationaux d’emballages en plastique, allait « au-delà du mandat » de ses négociateurs.

Depuis lors, la direction générale du commerce de la Commission (DG TRADE) a redoublé d’efforts pour bloquer la législation, essayant de persuader les diplomates et les responsables gouvernementaux derrière les risques de graves problèmes commerciaux et diplomatiques potentiels si la loi était adoptée dans sa forme actuelle.

L’Observatoire de l’Europe s’est entretenu avec des sources au sein du Parlement européen, du Conseil de l’UE et de la Commission, dont aucune n’était prête à le dire officiellement en raison de la nature sensible de l’impasse impliquant ce qui a été décrit comme le texte de loi environnemental le plus sollicité de l’actuel. mandat législatif.

Les hauts responsables commerciaux de la commission sont « confiants » d’avoir persuadé suffisamment de gouvernements de s’opposer à la loi dans sa forme actuelle, après avoir mis en garde contre les « énormes problèmes économiques et potentiels de diplomatie commerciale » d’une disposition légale qui interdirait effectivement la plupart des emballages en plastique actuellement utilisés. pour expédier des marchandises en Europe.

Par ailleurs, une source au sein du Conseil de l’UE a reconnu qu’il serait « difficile » de rassembler la majorité qualifiée nécessaire des gouvernements de l’UE pour signer l’accord politique lors de la réunion des représentants permanents de vendredi (14 mars).

Les États membres doivent mettre en balance l’avertissement de l’exécutif européen et le souhait de protéger les recycleurs et les fabricants d’emballages de l’UE contre les concurrents moins réglementés. Une source diplomatique a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que les services juridiques du Parlement et du Conseil avaient conclu que la clause miroir était conforme aux règles de l’Organisation mondiale du commerce.

Le texte provisoire du PPWR fixe des objectifs obligatoires en matière de contenu recyclé pour les emballages en plastique vendus sur le marché unique. La clause contestée stipule que, pour être pris en compte dans l’atteinte de cet objectif, le plastique recyclé doit être collecté conformément aux normes européennes de collecte sélective, puis traité dans des installations respectant les mêmes limites de pollution et d’émissions que celles applicables aux producteurs nationaux.

Selon des sources, la commission estime que le moyen le plus simple d’aplanir ce qu’elle considère comme un problème majeur avec la nouvelle loi est de convaincre suffisamment de gouvernements de ses dangers potentiels. Son alternative serait de formuler une objection formelle aux amendements apportés à sa proposition, qui ne pourrait être rejetée qu’avec l’accord unanime des 27 États membres.

Ensuite, il y a ce qu’une source a décrit comme « l’option nucléaire » – le retrait de sa proposition dans son intégralité, ce qui ferait effectivement échouer un élément clé de la législation du Green Deal.

Si, comme l’espère l’exécutif européen, cette loi est rejetée vendredi, le Conseil devra rouvrir les négociations avec les députés européens, et il y aura peu de chances que la loi entre en vigueur avant les élections européennes. La présidence belge du Conseil de l’UE considère la fin de la semaine prochaine (22 mars) comme la dernière chance de l’inscrire à l’ordre du jour de la séance plénière d’avril du Parlement européen, la dernière avant les élections européennes de juin.

Laisser un commentaire

6 − 1 =