Environment Commissioner Virginijus Sinkevicius after an EU Council summit in March 2024 where haranged ministers for reneging on a Nature Restoration Law compromise

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Entretien exclusif avec le commissaire à l’environnement, Virginijus Sinkevičius

Dans une interview exclusive à la fin de la semaine dernière, le commissaire européen sortant à l’environnement, aux océans et à la pêche, Virginijus Sinkevičius – nouvellement élu député européen pour son pays d’origine, la Lituanie – a déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’il pensait pouvoir aider les Verts à faire plus que leur poids à Bruxelles.

VS : Je pense que c’est très exagéré. Si l’on considère la qualité du groupe en particulier, nous avons beaucoup de politiciens très forts, (certains d’entre eux) d’anciens ministres. Et je suis presque sûr que les Verts peuvent être un élément précieux de la coalition pro-européenne. J’espère que cela va arriver.

Beaucoup disent que c’est difficile pour les Verts, et que cela pourrait être dangereux pour le Green Deal. Mais honnêtement, lors du mandat précédent, les Verts ne faisaient pas partie de la coalition et le Green Deal a été voté – pas par les Verts, car ils n’avaient que 73 voix. Bien sûr, nous aimerions avoir un soutien plus large, mais même si le groupe sera plus petit, nous travaillerons aussi dur pour prouver à nos électeurs notre valeur au Parlement.

Eh bien, tout d’abord, nous sommes un nouveau parti, créé il y a seulement deux ans. Et vous savez, les élections européennes sont très difficiles parce qu’elles ne suscitent pas beaucoup d’engagement du public. En Lituanie, le taux de participation a été le deuxième plus faible. Et mon profil correspond très bien, et je pense que cela s’est avéré être la bonne stratégie. Les gens me reconnaissent (et) ma connaissance des affaires européennes. Voilà donc la logique derrière tout cela : avoir le candidat le plus fort, celui qui comprend les affaires européennes

Parce que nous voyons que les cinq années à venir seront extrêmement importantes pour l’Europe, en termes de compétitivité, d’éventuel élargissement, et pourraient même inclure une réforme de l’Union européenne. Toutes ces choses nécessitent des personnes qui comprennent le fonctionnement de l’Europe et c’est pourquoi le parti m’a considéré comme un candidat approprié.

Eh bien, il faut d’abord voir si les Verts font partie de la coalition. Si les Verts font partie d’une coalition, rien n’est à exclure. Bien entendu, chaque position devra être discutée et décidée entre les membres du groupe, pour voir qui serait le plus approprié. Mais si nous ne faisons pas partie de la coalition, c’est une autre histoire, donc je ne me précipiterais pas pour prendre une position. Mon objectif, bien entendu, est avant tout de faire en sorte que le Green Deal prouve sa valeur. Nous avons toujours dit à propos du Green Deal que c’était notre stratégie de compétitivité, c’était une stratégie tournée vers l’avenir. Nous devons donc mettre en œuvre les volets sociaux du Green Deal et nous devons agir sur le plan de la compétitivité.

Pour moi, l’Ukraine restera une question très importante. Et je travaillerai également sur l’Ukraine et la Moldavie ainsi que sur l’élargissement de l’UE. Nous devons donc atteindre de nombreux objectifs. Et au niveau national, pour moi, un taux de participation de 28,4 % était également décevant. Je pense donc qu’il est extrêmement important de veiller à ce que la politique européenne soit plus compréhensible pour les citoyens.

Je le serai jusqu’au 15 juillet, je serai toujours opérationnel.

Non pas encore.

J’espère que c’était une exception et que ce ne sera pas le cas, car cela serait bien sûr très bouleversant. J’ai mis en garde contre ce précédent négatif qui, bien entendu, soulève des questions sur l’avenir de l’Europe dans son ensemble. Et pour éviter cela, nous avons besoin d’une coalition forte et pro-européenne qui valorise les accords conclus – des accords qui ne satisfont peut-être pas tout le monde, mais qui nous permettent d’avancer.

Non, je ne le dirais pas. Je pense au contraire que le fait que les Verts fassent partie de la coalition permettrait, en premier lieu, d’assurer la mise en œuvre du Green Deal. Comme je l’ai dit, je pense que ces élections ont été extrêmement importantes parce que l’Europe se trouve à la croisée des chemins, en raison de l’évolution de la concurrence à l’échelle mondiale, de la guerre en Ukraine, etc. Il est d’une importance cruciale de disposer d’une coalition pro-européenne forte qui disposerait de suffisamment de voix.

C’est très difficile pour moi de juger (mais) étant à l’intérieur, je ne le vois pas de cette façon. Si vous regardez notre groupe actuel, nous avons d’anciens membres du gouvernement de Suède, de Finlande et du Danemark, ainsi qu’une forte délégation allemande. J’étais auparavant ministre de l’Économie et de l’Innovation, nous avons un ministre de l’Intérieur… Je pense que les Verts peuvent prouver que, avant tout, les politiques vertes sont des politiques socialement responsables, ce qui est l’élément qui peut faire du Green Deal un succès. histoire. Sans politique sociale, bien sûr, le Green Deal finira par frustrer les gens au lieu de produire des résultats.

Je ne le pense pas, car sans 2040, vous ne pouvez pas atteindre 2050. Et cet objectif intermédiaire n’est pas plus ambitieux que l’ensemble du voyage jusqu’en 2050. Si vous n’avez pas d’objectif pour 2040, tout d’abord, vous n’êtes pas crédible. avec les accords internationaux, et on sait que pour les COP (Sommets de l’ONU sur le climat), nous souhaitons impliquer nos partenaires. Nous avons ensuite le dialogue UE-Chine sur le climat, où je pense que notre crédibilité est la clé pour libérer les ambitions de la Chine et des autres pays. Quoi qu’il en soit, la loi climat est adoptée : il faut arriver à zéro d’ici 2050.

Si nous parlons de covid, nous devons avant tout nous renseigner sur la gestion de crise. Au tout début de la pandémie, le problème était celui des masques, ce qui montrait que nous n’étions absolument pas préparés. Nous devons avant tout nous assurer que nous disposons d’outils de gestion de crise qui peuvent être activés et que nous pouvons travailler à 27. En fin de compte, nous y sommes parvenus, et c’est grâce au grand leadership du président von der Leyen. La deuxième chose doit être notre autonomie stratégique : nous ne pouvons pas nous permettre d’être aussi dépendants de pays extérieurs à l’UE.

Il en va de même pour la guerre en Ukraine. Oui, cela a accéléré la transition énergétique. Mais avant cela, une dépendance excessive à l’égard de Poutine, du gaz, des combustibles fossiles ; maintenant nous sommes sérieusement endommagés. Notre économie, notre compétitivité, s’est construite pendant très longtemps sur le gaz bon marché venant de Russie, et la transition n’avait pas lieu.

Sur le premier, je m’en remets à la divergence du président de la commission. Si Ursula von der Leyen continue à exercer ses fonctions, je suis presque sûr qu’elle aura des idées sur la meilleure façon de faire travailler les 27 commissaires et quels sont les sujets clés nécessaires.

Parlons des conseils pour le futur commissaire à l’environnement. Eh bien, je pense que beaucoup a été fait, ces cinq années ont été formidables et maintenant l’accent doit être mis avant tout sur la mise en œuvre. Tout ce travail n’aura pas beaucoup d’importance s’il n’est pas correctement mis en œuvre – non seulement en matière de protection de l’environnement en tant que telle, mais aussi en matière de politiques d’économie circulaire et de lutte contre la pollution – ce que les Européens aiment et avec lequel ils sont tout à fait d’accord. Le rôle important de la Commission est donc de maintenir les gouvernements nationaux suffisamment ambitieux pour mettre en œuvre ces politiques.

Je pense qu’en fin de compte, notre objectif est de garantir que ce que nous avons convenu entre nous, avec les États membres, soit mis en œuvre sans procédures d’infraction. Ce serait le scénario idéal. Je sais que je suis un peu idéaliste.

Laisser un commentaire

dix-neuf + deux =