mike langridge / www.fotdmike.me.uk

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Des allégations vertes trompeuses coûteraient jusqu’à 4 % du chiffre d’affaires annuel des entreprises

Les législateurs se lancent dans la lutte contre l’écoblanchiment pour protéger les consommateurs, les citoyens et les entreprises respectueuses de la loi, tandis que les ONG appellent les pays de l’UE à accélérer la clôture de la directive sur les allégations vertes avant les élections de juin.

Les législateurs ont soutenu des règles plus strictes pour punir les entreprises de greenwashing prétendant être « respectueuses de l’environnement » ou « moins polluantes », après un vote au Parlement européen à Strasbourg aujourd’hui (12 mars).

Le rapport adopté en plénière aujourd’hui a été préparé par les commissions du marché intérieur et de l’environnement, s’appuyant sur la proposition de l’exécutif européen de directive sur les allégations vertes déposée en mars de l’année dernière, et établi que les entreprises non conformes s’exposent à des sanctions, y compris des interdictions temporaires d’accès au public. les appels d’offres et les amendes représentant au moins 4 % du chiffre d’affaires annuel.

Les entreprises seront obligées de soumettre leurs allégations écologiques pour vérification avant d’être autorisées à vendre un produit sous de tels labels, ont convenu aujourd’hui les députés européens à une écrasante majorité avec 467 voix pour et 65 contre.

Le député Andrus Ansip (Estonie/Renew), co-dirigeant le dossier législatif aux côtés de Cyrus Engerer (Malte/S&D), a cité des études montrant que plus de 50 % des allégations environnementales sont « vagues, trompeuses ou infondées ».

« Nous ne pouvons pas parler de règles du jeu équitables pour nos entrepreneurs alors que certains commerçants trichent », a déclaré Ansip.

Le législateur Engerer a déclaré que la loi à venir garantira que les entreprises disposent des « bons outils pour adopter de véritables pratiques de développement durable », définies par l’obligation de « vérifier scientifiquement » les entreprises proposant des produits ou des services sous des allégations vertes.

Les députés ont ciblé en particulier la pratique consistant à utiliser des systèmes de compensation par des entreprises pour étayer leurs affirmations comme étant respectueuses du climat ou neutres pour le climat – une stratégie à l’origine de bon nombre des échéances « zéro émission nette » adoptées par des entreprises aussi diverses que les développeurs de logiciels et le secteur pétrolier. producteurs.

La position du Parlement est que les entreprises ne pourront recourir à de tels programmes, lorsqu’ils seront accrédités par un tiers, que pour lutter contre les émissions « résiduelles », c’est-à-dire les émissions inévitables de gaz à effet de serre qui subsistent une fois que tous les moyens viables de réduction des émissions réelles ont été épuisés.

Selon un amendement de dernière minute, la Commission européenne aurait un an après l’entrée en vigueur de la nouvelle directive pour élaborer, avec le Conseil scientifique consultatif européen sur le changement climatique, une méthodologie cohérente pour définir quelles émissions peuvent être considérées comme résiduelles.

Dimitri Vergne, chef de l’équipe développement durable du Bureau européen des consommateurs (BEUC), a salué cet accord dans tous les domaines politiques, à un moment où les dossiers verts sont « au centre de batailles politiques féroces ».

« Le résultat du vote est une victoire pour les consommateurs. C’est désormais simple : pas de preuves, pas d’allégations vertes », a déclaré Vergne.

Margaux Le Gallou, responsable du programme ECOS – Environmental Coalition on Standards, a exhorté les décideurs politiques de l’UE et les États membres à finaliser ce dossier législatif avant les élections européennes qui se tiendront entre le 6 et le 9 juin, car le dossier devrait être repris par le nouveau Parlement. .

« L’Europe a désespérément besoin de règles pour empêcher les allégations environnementales trompeuses et soutenir les consommateurs et les entreprises durables, plutôt que les entreprises qui font de fausses promesses – cette directive pourrait être celle-là », a déclaré Le Gallou.

Abonnez-vous ici pour rester informé des derniers développements politiques de l’UE grâce à notre newsletter hebdomadaire, « The Policy Briefing ». Votre aperçu hebdomadaire de la réglementation européenne, des questions politiques, des événements clés et des tendances des données.

Laisser un commentaire

deux × trois =