The European Commission

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Bruxelles déplore son marché des capitaux « Cendrillon »

L’UE souhaite accroître les sources de financement pour les petites entreprises – mais même si les nouvelles règles de cotation sont finalisées, ses architectes admettent que tout ne se passera pas comme prévu.

L’UE a depuis longtemps pour objectif d’unifier ses marchés de capitaux – mais même les responsables directement concernés semblent désormais admettre leur défaite.

Malgré les tentatives visant à assouplir les conditions de financement et à empêcher les petites entreprises de traverser l’Atlantique, la réalité ne correspond pas au discours, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe le plus haut responsable des services financiers de l’UE.

« Quand je parle aux dirigeants et aux ministres, ils sont favorables à l’union bancaire et à l’union des marchés des capitaux, mais ils ne sont pas favorables à un marché unique des capitaux, qui serait nécessaire pour que les entreprises puissent obtenir des financements », a-t-il ajouté. » Mairead McGuinness, la commissaire européenne aux services financiers, a déclaré dans une interview aujourd’hui (1er février).

« Nous avons besoin d’un changement de mentalité » pour garantir l’accès à des options de financement allant au-delà des simples prêts bancaires, a-t-elle ajouté.

La Commission européenne s’est engagée pour la première fois en 2015 à construire un marché unique des capitaux, réitérant cet objectif en 2020 après l’entrée en fonction de la présidente Ursula von der Leyen.

Cette cause a été reprise par Christine Lagarde, de la Banque centrale européenne, qui a appelé à un « virage kantien » pour offrir plus de 600 milliards d’euros de financement pour les transitions énergétique et numérique.

Mais les propositions favorisées par Lagarde, notamment un superviseur européen sur le modèle de la Securities and Exchange Commission américaine, ont été largement rejetées par les États membres de l’UE qui doivent adopter de nouvelles lois.

Dans un discours prononcé lors de la conférence Financing Europe à Bruxelles, McGuinness a souligné certains succès dans la facilitation des cotations en bourse et la centralisation des données.

Mais elle a reconnu que les entreprises qui ne peuvent pas obtenir de capital-risque dans leur pays fuient encore souvent – ​​citant le fabricant de chaussures allemand Birkenstock, qui a été contraint l’année dernière d’être coté à la Bourse de New York.

Même les architectes des nouvelles règles européennes vantées par McGuinness sont pessimistes quant à leur impact.

Alfred Sant, l’eurodéputé socialiste maltais qui a dirigé une récente loi sur la cotation au Parlement européen, a déclaré que la législation qu’il est en train de finaliser n’était « qu’une miette ».

« Personnellement, je suis sceptique quant à l’efficacité de cette initiative », a-t-il déclaré, après que les États membres ont largement rejeté les projets des législateurs visant à faciliter les offres publiques sur un plus large éventail de marchés réglementés.

« L’union des marchés de capitaux est comme la Cendrillon de l’Europe », a-t-il déclaré, ajoutant que cette approche lente et fragmentaire nuisait aux petites entreprises. « Pour être honnête, je ne pense pas qu’il y ait une volonté politique ».

Quelques heures après les commentaires de Sant, le Conseil a annoncé un accord finalisant les règles dont il est responsable.

Les nouvelles règles élargiront les options financières pour les petites entreprises et rendront les marchés de capitaux de l’UE « plus attractifs et plus compétitifs », a déclaré le vice-Premier ministre belge Paul Van Tigchelt dans un communiqué.

Laisser un commentaire

trois × 3 =