The EU’s landmark cryptocurrency law takes effect this week

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Application de la cryptographie, Newsletter

Les événements clés de cette semaine présentés par le journaliste financier principal Jack Schickler.

Dates clés de l’agenda

  • Lundi 24 – mardi 25 juin : .7e Conférence européenne sur la sûreté nucléaire.

  • Jeudi 27 et vendredi 28 juin : Sommet européen des chefs d’État à Bruxelles pour définir l’agenda stratégique et les emplois les plus importants de l’UE.

  • Dimanche 30 juin : la loi européenne sur les cryptomonnaies entre en vigueur.

À l’honneur

La loi historique de l’UE sur les crypto-monnaies entre en vigueur cette semaine, et il ne semble pas que tout se passera bien.

La réglementation sur les marchés des actifs cryptographiques, MiCA, a été finalisée l’année dernière après des années de marchandage – et représente une première mondiale.

MiCA adapte les lois financières pour qu’elles s’appliquent à ceux qui négocient du bitcoin et ses semblables, offrant un minimum de protection aux consommateurs dans un secteur sujet aux escroqueries et à la manipulation.

Mais les chiffres du secteur se plaignent que les règles restent floues après avoir été finalisées tardivement. À quelques jours seulement de l’entrée en vigueur des règles, nous n’avons pas identifié un seul acteur de crypto qui a réussi à être autorisé en vertu des dispositions qui devraient entrer en vigueur dimanche prochain.

La partie la plus stricte de la loi concerne les stablecoins, des crypto-monnaies qui recherchent une valeur fixe contre des actifs tels que le dollar, qui s’appliqueront à partir du 30 juin.

Les ministres des Finances de l’UE ont pris peur lorsque Facebook a annoncé son propre stablecoin, Libra, en 2019. Ils ne voulaient pas que les grandes entreprises technologiques américaines introduisent leur propre monnaie qui pourrait supplanter l’euro.

Leurs craintes se sont largement confirmées au printemps 2022 lorsqu’un autre stablecoin, Terra, s’est révélé moins stable, provoquant un tsunami à travers le secteur grâce à un krach spectaculaire.

Bruxelles s’est vantée de sa nouvelle loi qui assurera la sécurité des personnes tout en promouvant l’innovation – ce dont le bloc a cruellement besoin face à la concurrence des États-Unis et de l’Asie.

Mais se conformer aux lois de type bancaire allait toujours être une tâche ardue pour un secteur qui était auparavant confronté à peu de contraintes réglementaires.

La crypto-monnaie a connu des années difficiles et bon nombre de ses figures de proue sont désormais en prison pour des accusations de fraude et de blanchiment d’argent.

Les optimistes espèrent que la nouvelle crédibilité réglementaire de la cryptographie mettra un terme à ces scandales, encourageant même les entreprises plus prudentes du secteur financier traditionnel à se joindre à nous.

Bien entendu, si personne ne parvient à s’y conformer, la réglementation pourrait carrément tuer le secteur.

Acteurs politiques

Dirk Beljaarts et Zsolt Szabó.
Dirk Beljaarts et Zsolt Szabó.

Les Hongrois néerlandais au gouvernement

Zsolt Szabó, candidat au poste de secrétaire d’État à la numérisation dans le nouveau gouvernement de droite néerlandais, a présenté la semaine dernière l’IA centralisée comme une priorité de son mandat. Szabó, qui a des racines hongroises, a été nommé par le Parti de la liberté d’extrême droite de Geert Wilders, mais a déclaré aujourd’hui aux législateurs que « l’informatique n’est ni de gauche ni de droite ». Comme Szabó, le nouveau ministre de l’Économie Dirk Beljaarts est né d’une mère hongroise. Beljaarts a déclaré la semaine dernière aux médias néerlandais qu’il avait renoncé à son passeport hongrois. Szabó a déclaré qu’il n’avait que la nationalité néerlandaise. Wilders a critiqué par le passé les hommes politiques possédant la double nationalité.

Sondage politique

Résumé des données

Laisser un commentaire

13 − quatre =