The EU’s 720 lawmakers will spend the next five years pondering issues including a digital euro and capital markets reform

Jean Delaunay

Politique de l’UE. 8 députés européens qui pourraient dominer la politique économique et financière après les élections

Les 720 législateurs de l’UE passeront les cinq prochaines années à réfléchir à des questions telles que l’euro numérique et la réforme des marchés de capitaux. Mais quels députés se démarqueront probablement ?

Les élections au nouveau Parlement européen auront lieu dans quelques semaines seulement, et les principaux sondages suggèrent qu’il y aura un virage à droite.

Mais parallèlement à la politique des partis, les députés européens peuvent également avoir une influence personnelle sur l’élaboration des lois, en défendant leurs propres chevaux de bataille et en dirigeant les travaux sur des textes législatifs clés.

Alors que la hausse du coût de la vie et le soutien à la croissance économique figurent parmi les plus grandes préoccupations des citoyens européens, et que les députés européens sont sur le point d’envisager des lois majeures sur les marchés des capitaux et un euro numérique, les questions financières vont constituer un élément clé de leur mandat de cinq ans.

Voici huit des noms les plus éminents qui pourraient influencer les questions économiques de l’UE au cours des cinq prochaines années.

  1. Stéphanie Yon-Courtin (France/Renew Europe)

Le législateur français a récemment été nommé le législateur le plus actif en matière de définition des marchés de capitaux et de la politique financière, dans l’indice d’influence des députés européens compilé par EU Matrix.

Yon-Courtin a auparavant travaillé comme avocat à la Commission européenne et comme conseiller auprès de l’Autorité française de la concurrence de 2007 à 2010.

Ces dernières années, elle a négocié les règles budgétaires de l’UE et les réformes des règles de protection des consommateurs pour les investisseurs particuliers – où elle a vidé de sa substance les projets controversés de la Commission qui auraient limité les incitations monétaires versées aux intermédiaires financiers.

Yon-Courtin est la 13e candidate du parti Renaissance française, elle a donc encore de bonnes chances de remporter un siège au prochain parlement – ​​même si les sondages suggèrent que le parti du président Emmanuel Macron subira des pertes importantes.

**2.**Jonás Fernández (Espagne/Socialistes et Démocrates)

Fernández est membre du Parlement européen depuis 2014.

Il a été l’un des vice-présidents de la commission des affaires économiques et monétaires, qui examine des questions telles que les banques et les assurances.

Il a dirigé les travaux sur les récentes réformes des règles européennes en matière de fonds propres bancaires, une réforme radicale conçue pour éviter une répétition du krach financier de 2008 sans étouffer les prêts à l’économie.

Un sondage L’Observatoire de l’Europe prévoit 20 sièges pour son parti, et l’économiste espagnol occupe la septième place.

3. Markus Ferber (Allemagne/Parti populaire européen)

Ferber a négocié les nouvelles règles budgétaires controversées de l’UE. L’Allemand souligne depuis longtemps la nécessité d’un retour à la responsabilité budgétaire après la pandémie et a appelé la Commission à appliquer strictement les règles budgétaires.

Au cours des législatures précédentes, dès 2010, il a également dirigé les travaux sur la loi historique Mifid de l’UE, qui fixe les règles de négociation d’instruments financiers tels que les actions et les obligations.

Le puissant homme politique est cinquième sur la liste de son parti pour les élections législatives en Allemagne – où le groupe de centre-droit obtient actuellement de bons résultats.

4. Kira-Marie Peter-Hansen (Danemark/Verts)

A 26 ans, le Danois est l’un des plus jeunes députés européens de la législature et est désormais le candidat tête de liste du Parti populaire socialiste. Peter-Hansen est membre du comité économique et vice-président du sous-comité sur la fiscalité.

Elle a déjà travaillé sur des réformes clés en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et a dirigé les négociations sur la directive sur la transparence des salaires – une législation qui obligera les entreprises européennes à partager des informations sur les salaires et à agir si leur écart salarial entre hommes et femmes dépasse 5 %.

À 26 ans, le Danois est l'un des plus jeunes députés européens de la législature
À 26 ans, le Danois est l’un des plus jeunes députés européens de la législature

5. Johan Van Overtveldt (Belgique/Conservateurs et réformistes européens)

Van Overtveldt est un ancien ministre belge des Finances et, durant ce mandat, il a présidé la commission du budget du Parlement. Dans une récente interview, il a suggéré qu’il appellerait à une réforme radicale des fonds européens consacrés aux régions les plus pauvres pour la cohésion et l’agriculture, en les concentrant plutôt sur la recherche et le développement.

Il s’intéresse aux travaux du Parlement sur la technologie des registres distribués qui sous-tend des systèmes comme le Bitcoin – mais il est également quelque peu sceptique, affirmant que les crypto-monnaies devraient être interdites en tant que « poison spéculatif » sans valeur économique.

Il est en tête de liste de son parti et il semble donc probable qu’il revienne après les élections européennes.

6. Aurore Lalucq (France/S&D)

L’économiste français a mené des appels en faveur d’une taxe sur les très riches pour financer la transition environnementale et sociale. Lalucq a également soutenu avec force une nouvelle garantie d’emploi public européen pour créer des emplois dans les domaines où les besoins sociaux ne sont pas satisfaits.

Lalucq est quatrième sur la liste commune de Raphaël Glucksmann avec le Parti socialiste français, elle sera donc très probablement réélue.

7. Eva Maria Poptcheva (Espagne/PPE)

Après son passage du parti libéral espagnol Ciudadanos (Renew Europe) au Parti populaire (PPE) de centre-droit, Eva Maria Poptcheva, l’une des vice-présidentes de la commission économique et financière du Parlement, semble susceptible d’obtenir un siège aux prochaines élections. législature.

Avant de devenir députée européenne en 2022, elle a fourni une assistance technique au Parlement sur le budget de l’UE, estimé à 1 000 milliards d’euros.

Poptcheva a dirigé les travaux visant à créer une nouvelle agence de lutte contre le blanchiment d’argent – ​​une négociation délicate qui a vu Francfort repousser la concurrence de huit autres prétendants pour obtenir le droit d’héberger des centaines de fonctionnaires de l’UE.

Elle a également souligné ses inquiétudes concernant les visas dorés, un moyen d’accorder des droits de résidence aux riches qui soulève également des inquiétudes en matière d’argent sale.

Poptcheva est 23ème sur la liste du Parti populaire espagnol pour les élections et son parti devrait compter 25 députés européens.

8. Fabio De Masi (Allemagne/non aligné)

Il faudra également se méfier de l’eurodéputé germano-italien Fabio de Masi, économiste et principal candidat de l’Alliance de Sahra Wagenknecht, un parti nouvellement formé composé d’anciens membres de Die Linke, le parti de la gauche allemande.

Il n’est pas actuellement député européen, mais il l’était jusqu’en 2017, lorsqu’il était vice-président d’une commission spéciale chargée d’enquêter sur le blanchiment d’argent et l’évasion fiscale.

Il n'est pas député européen actuellement, mais il l'était jusqu'en 2017, lorsqu'il était vice-président d'une commission spéciale chargée d'enquêter sur le blanchiment d'argent et l'évasion fiscale.
Il n’est pas député européen actuellement, mais il l’était jusqu’en 2017, lorsqu’il était vice-président d’une commission spéciale chargée d’enquêter sur le blanchiment d’argent et l’évasion fiscale.

De Masi possède de solides références dans la lutte contre la corruption. Durant son mandat au Parlement allemand (2017-2021), il a mené une enquête sur l’effondrement de la société de paiement allemande Wirecard. Selon les médias locaux, sa prochaine cible pourrait être le rôle de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans la négociation des contrats de vaccins avec Pfizer.

Un sondage L’Observatoire de l’Europe suggère que le parti de De Masi pourrait remporter sept sièges aux élections de juin.

Qui va?

Aux côtés de ces personnalités se trouvent quelques économistes de renom qui ne reviendront certainement pas.

Après trois législatures, le coprésident du groupe des Verts, le Belge Philippe Lamberts, se retire.

Après avoir d’abord travaillé sur des sujets clés tels que la régulation du secteur bancaire et la réponse institutionnelle de l’UE à la crise de l’euro, Lamberts a déploré les nouvelles règles budgétaires qui, selon lui, étoufferont la croissance.

« Cette obsession de la réduction de la dette conduira inévitablement à un retour de l’austérité, à un moment où l’UE a un besoin urgent de stimuler les investissements », a déclaré Lamberts à ses homologues.

Lamberts sera remplacé à la tête des Verts belges par Olivier de Schutter, qui a publié des rapports sur l’emploi, l’égalité et la pauvreté.

Un autre député européen de longue date qui ne reviendra pas après juin est le président de la sous-commission fiscale, Paul Tang (Pays-Bas/S&D). Tang était l’un des principaux députés européens sur la récente directive anti-blanchiment d’argent et s’est fermement opposé à l’évasion fiscale.

Tang était l'un des principaux députés européens sur la récente directive anti-blanchiment d'argent et s'est fermement opposé à l'évasion fiscale.
Tang était l’un des principaux députés européens sur la récente directive anti-blanchiment d’argent et s’est fermement opposé à l’évasion fiscale.

Tang soutient les nouvelles lois européennes proposées par la Commission en 2021 qui chercheraient à empêcher les entreprises douteuses et vides de bénéficier d’avantages fiscaux. « Nous devons augmenter les recettes en luttant contre l’évasion fiscale, et les sociétés écrans en sont au cœur », a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe plus tôt cette année.

Enfin, le très respecté couple portugais Margarida et Pedro Marques ne figurera pas de nouveau sur la liste du parti socialiste (PS) portugais, suite à la décision de son leader Pedro Nuno Santos d’éliminer les députés européens existants.

Margarida a négocié les nouvelles règles budgétaires de l’UE, tandis que Pedro était un législateur actif sur le système bancaire et un vice-président franc de son groupe politique.

En mars, leur parti a perdu aux élections nationales face au PSD de centre-droit, mais selon un sondage exclusif L’Observatoire de l’Europe-Ipsos, ils devraient encore remporter sept sièges au prochain parlement.

Laisser un commentaire

18 − 14 =