Police française : pourquoi leurs mesures de protestation sont si controversées

Jean Delaunay

Police française : pourquoi leurs mesures de protestation sont si controversées

La police française rejette les accusations de violence mais les manifestants, les journalistes et les experts dénoncent l’usage répété des armes et les mesures préventives restrictives.

La police française est l’une des plus lourdement armées d’Europe, puisant dans un arsenal contenant des grenades à balles piquantes, des gaz lacrymogènes GM2L et des flash-balls – certains classés comme matériel de guerre – pour «maintenir l’ordre» lors de manifestations à l’échelle nationale. Mais les chercheurs soutiennent qu’une force policière excessive est effectivement exécutée par conception dans un système qui résiste au changement.

Des organisations de défense des droits de l’homme, dont l’ONU, le Conseil de l’Europe et Amnesty International, ont tiré la sonnette d’alarme sur les tactiques violentes de la force, en particulier lors des manifestations contre la réforme des retraites cette année.

« Il y a effectivement un régime de violences policières en France », a déclaré Mathieu Rigouste, chercheur en sciences sociales et auteur de La Domination Policière. « Pas seulement en France, évidemment… et cela se caractérise encore par le mouvement de contestation des départs à la retraite, par un usage généralisé de la brutalité massive, de l’usage intensif de gaz toxiques et d’armes mutilantes. »

Les pays voisins de l’UE ont mis en œuvre des politiques de désescalade et fonctionnent avec une responsabilité théoriquement plus élevée et moins d’armes, selon Sebastian Roché, chercheur spécialisé dans le maintien de l’ordre au Centre national de la recherche scientifique.

« Il y a une grande différence entre l’approche française et les approches des grands voisins européens qui ont aussi des problèmes avec les manifestations », a-t-il déclaré.

Les experts citent le colonialisme, les séquelles des manifestations de 1968 et un complexe général de supériorité comme certains des facteurs influents sur la police française et la résistance à la réforme.

Flash-balls, grenades, canons à eau, gaz lacrymogènes GM2L, matraques

La police française dispose de flash-balls, grenades et lance-grenades, canons à eau, gaz lacrymogènes GM2L, matraques et tonfas, quads et armes à feu lors des manifestations, responsables de la quasi-totalité des blessures causées au sol, selon Roché.

Du seul flash-ball – qui lance une balle en caoutchouc de 28 grammes à 350 km/h – il y a eu 29 mutilations permanentes et 620 personnes touchées depuis novembre 2018, début du mouvement des gilets jaunes, selon violencespoliciers.fr. Le site note que 28% des victimes ont été touchées à la tête.

Bien que la France ne soit pas le seul pays d’Europe à être équipé de ces armes, c’est une anomalie par rapport aux autres démocraties européennes de longue date. Les forces de police en Grèce et dans certaines régions d’Espagne portent des armes similaires, selon Roché. Mais en comparaison avec le Royaume-Uni, l’Allemagne et les pays scandinaves – qui utilisent également des armes pour disperser les manifestants – l’arsenal français est encore plus vaste.

« Les Allemands utilisent des canons à eau de gros véhicules qui projettent de l’eau sur les manifestants pour les repousser… c’est leur principal instrument », a déclaré Roché. « Les Anglais n’ont pas de canons à eau, ils les jugent peu pratiques, dangereux et chers… idem pour les pays scandinaves, ils n’ont pas de grenades et de balles en caoutchouc. »

Jérémie Gonzalez/AP Photo.
Des jeunes courent à travers des gaz lacrymogènes lors d’une manifestation à Nantes, dans l’ouest de la France, le 6 avril 2023.

« Des gaz lacrymogènes ont été utilisés en Algérie avant d’être utilisés en mai 1968 en France »

Les chercheurs affirment que les tactiques policières françaises ont aujourd’hui des liens avec le colonialisme et les conséquences des manifestations de mai 1968. Les armes déployées lors des manifestations françaises ont été « testées » pendant le régime colonial.

« Des gaz lacrymogènes ont été utilisés en Algérie avant d’être utilisés en mai 1968 en France », a déclaré Roché.

Rigouste soutient que le colonialisme a un impact omniprésent sur la police française au-delà de son arsenal, notant que le modèle actuel est davantage centré sur les médias et la police, tandis que le précédent était plus militarisé.

« Ces modèles de gestion, ces régimes de violence, (ont été) importés et traduits, remodelés en France même… ce n’est pas exactement le même modèle, mais il y a des liens, il y a une continuité », a-t-il dit.

Après les manifestations de mai 1968, le gouvernement français a formé les «Voltigeurs», une force de police spécialisée sur les motos que beaucoup citent comme le précurseur du Brav-M d’aujourd’hui, l’unité motorisée accusée de violence excessive contre les manifestants.

« En 1968, le marché permanent de la guerre qui était essentiel au capitalisme contemporain s’est ouvert à un nouveau marché, pour régénérer le capitalisme dans le marché de la guerre intérieure, le marché de la sécurité », a déclaré Rigouste.

GUY KOPELOWICZ/1968 AP
Les bras derrière la tête, des étudiants parisiens sont menés à travers les décombres et placés sous la garde de policiers casqués, le 11 mai 1968, après des émeutes dans le Quartier Latin de Paris, en France.

« Il n’y a pas de définition légale de l’ordre »

Une différence clé entre la France et des pays comme l’Allemagne et le Royaume-Uni est que si ces derniers suivent théoriquement les principes de désescalade lors des manifestations, l’approche française s’adapte au niveau de violence des manifestants pour « maintenir l’ordre », selon Roché.

Mais cela pourrait être une zone grise par définition. La police opère dans le cadre du schéma national de maintien de l’ordre public. Mais « ordre » est un terme subjectif, laissant place à l’interprétation.

« Il n’y a pas de définition légale de l’ordre », a déclaré Roché.

Les manifestations de ce printemps a suscité des inquiétudes quant à savoir si la police française respecte réellement ses propres règles.

La police est obligée de faciliter le travail des journalistes lors des manifestations, et les journalistes devraient même bénéficier d’une protection supplémentaire, selon le schéma de l’ordre public.

« Ce que nous avons vu, c’est le contraire : les journalistes qui ont filmé ont parfois été menacés… frappés au sol, leur matériel a été endommagé ou cassé par la police », a déclaré Roché.

Rémy Buisine, journaliste, a attiré l’attention sur ce problème lorsqu’il a été frappé par une matraque alors qu’il était allongé sur le sol, peu après avoir été touché par une grenade à balles piquantes lors du tournage d’un live Instagram pour Brut.

« Ce qui est vraiment problématique, c’est qu’on a un usage de la force, voire de la violence, de la brutalité… et c’est fait avant qu’il y ait des troubles », a déclaré Vincent Victor, co-fondateur de violencespoliciers.fr. « C’est totalement illégal… dans ces conditions, l’usage de la force est disproportionné par rapport à la situation. »

Mais Eric Henry, délégué national du syndicat Alliance Police Nationale, soutient que la police française opère toujours dans ses limites légales lors des manifestations.

« Il n’y a que la force légitime, strictement nécessaire, celle qui est autorisée par la loi, pour que la police puisse se défendre ou protéger (des manifestants pacifiques) », a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe. « La violence policière n’existe pas.

François Mori/AP Photo
Le journaliste du média Brut Rémy Buisine travaille lors d’un rassemblement du 1er mai à Paris, le 1er mai 2019.

« Les arrestations sont préventives »

Les arrestations préventives sont un autre problème qui suscite l’inquiétudeselon Roché et Rigouste.

La police effectue des contrôles préalables pour rechercher des éléments tels que des lunettes ou des masques à gaz qui pourraient indiquer une résistance aux gaz lacrymogènes, par exemple. Il existe des groupes – comme les Black-Blocs – qui assistent aux manifestations spécifiquement pour provoquer la violence, et le schéma tient compte du rôle d’anticipation dans la prévention de cela.

Au cours du 1er mai de cette année, 108 policiers ont été blessés, selon le ministère de l’Intérieur. Mais les suppositions que certains pensent inciter à la violence ne sont pas des motifs pour placer des personnes en garde à vue, selon Rigouste, faisant référence aux arrestations à Sainte-Soline ce printemps.

« Les arrestations sont préventives, ce qui signifie que nous arrêtons les gens en fonction de ce que nous supposons de leurs idées et des possibilités d’action », a-t-il déclaré.

« (La police) est là pour aider les manifestants à se rendre du point A au point B… pour permettre aux gens de manifester en toute sécurité, pour préserver la liberté de manifester, c’est leur rôle », a déclaré Céline Verzeletti, secrétaire générale du syndicat CGT. . « Mais aujourd’hui, on a l’impression qu’ils sont là pour arrêter des manifestants, ou menacer des manifestants. »

Roché note que la police a également utilisé des tactiques d’intimidation pour dissuader les gens d’assister aux manifestations en premier lieu, bien que manifester soit considéré comme un droit fondamental en France.

« Tout au long de l’histoire, quand (le gouvernement) a été confronté à des révoltes, à des soulèvements, quand il est menacé par la révolte populaire, il a intensifié son régime de répression et il s’est de plus en plus militarisé », a déclaré Rigouste. « Et c’est quelque chose qui se voit à travers l’histoire dans tous les États-nations. »

Christophe Ena/AP Photo
Un homme est arrêté par des policiers anti-émeute lors d’une manifestation contre le projet de recul de l’âge de la retraite en France, le 31 janvier 2023 à Paris.

« C’est une culture qui évolue dans un espace clos »

En Europe, des efforts concertés ont été déployés pour faire évoluer les tactiques policières. En 2010, douze pays, dont la Suède, l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Danemark et l’Autriche, ont participé au projet GODIAC soutenu par l’UE (« Bonnes pratiques pour le dialogue et la communication en tant que principes stratégiques pour le maintien de l’ordre dans les manifestations politiques en Europe ») pour promouvoir la communication pendant les manifestations. .

GODIAC a lancé des groupes d’étude sur le terrain, des ateliers et des séminaires sur une période de trois ans. Les rapports seraient ensuite utilisés pour la formation future de la police. La France n’a pas participé, mais elle a maintenant inclus une section sur la communication dans le schéma.

Roché estime que la police française souffre d’un complexe de supériorité.

« Si vous écoutez les chefs de la police et les politiciens… ils pensent qu’ils sont les meilleurs au monde », a-t-il déclaré. « Puisqu’ils sont les meilleurs au monde, ils n’ont rien à apprendre des autres. »

Ce printemps, au milieu de manifestations nationales à la retraite – et de vidéos d’affrontements entre policiers et manifestants circulant sur les réseaux sociaux – Darmanin a déclaré sans ambages sur la radio RTL qu ‘ »il n’y a pas de violence policière ».

Roché soutient qu’une structure centralisée, par rapport à d’autres pays de l’UE, pourrait renforcer une position supérieure.

« C’est donc une culture qui évolue dans un espace clos », a-t-il déclaré. « C’est plus difficile de le réformer. »

Laisser un commentaire

18 − un =