Plusieurs personnes arrêtées en Suède pour un nouvel incendie de Coran

Jean Delaunay

Plusieurs personnes arrêtées en Suède pour un nouvel incendie de Coran

La police suédoise a arrêté deux personnes et en a arrêté une dizaine d’autres après qu’une violente émeute ait éclaté lors d’une manifestation impliquant l’incendie du Coran. Organisée par le réfugié irakien Salwan Momika, c’est le dernier incident parmi les manifestations qui ont suscité l’indignation à travers le Moyen-Orient.

La police suédoise a arrêté dimanche plus de dix personnes après des scènes de violence à Malmö qui ont suivi un rassemblement au cours duquel un exemplaire du Coran a été brûlé.

Le rassemblement de dimanche, organisé par le réfugié irakien Salwan Momika, à l’origine d’événements similaires qui ont provoqué la colère du monde musulman, s’est déroulé sur une place de Malmö, une ville abritant une importante population immigrée.

« Les spectateurs ont montré leur émotion après que l’organisateur ait brûlé les écrits », a indiqué la police dans un communiqué, ajoutant que « l’atmosphère était orageuse » alors que de « violentes émeutes » ont éclaté en début d’après-midi.

Selon la police, le rassemblement s’est terminé après le départ de l’organisateur, mais un groupe de personnes est resté sur place.

Une dizaine de personnes ont été arrêtées pour trouble à l’ordre public et deux autres arrêtées parce qu’elles étaient soupçonnées d’avoir participé à de violentes émeutes.

Selon les médias, des spectateurs ont jeté des pierres sur Salwan Momika.

Fin juillet, l’homme de 37 ans et un autre homme, Salwan Naja, ont piétiné un exemplaire du Coran à Stockholm avant d’y mettre le feu, comme ils l’avaient fait lors de précédents rassemblements, provoquant des tensions diplomatiques entre la Suède et les pays du Moyen-Orient. Est.

Le gouvernement suédois a déjà condamné les profanations du Coran tout en soulignant que la Constitution suédoise protège le droit de réunion et la liberté d’expression.

Des manifestants irakiens ont attaqué l’ambassade de Suède à Bagdad à deux reprises en juillet, déclenchant un incendie à l’intérieur de la mission diplomatique lors de la deuxième attaque.

Mi-août, les services de sécurité suédois ont annoncé avoir relevé le niveau d’alerte terroriste à 4 sur une échelle de 5, les vives réactions suscitées à l’étranger par la profanation du Coran sur le sol suédois faisant du pays une « cible prioritaire ».

Début août, la Suède a également décidé de renforcer les contrôles aux frontières.

Le Danemark voisin, où des profanations publiques du Coran ont également eu lieu, a annoncé qu’il envisageait d’interdire l’autodafé du livre sacré musulman.

La Suède réfléchit également à des moyens juridiques pour emboîter le pas.

Laisser un commentaire

trois + un =