Traffic fills the multi-lane highway, along a main thoroughfare in Moscow, with the modern city skyscrapers illuminating the skyline in Moscow, Russia, Friday, July 8, 2016.

Milos Schmidt

Plus d’air chaud ? L’UE va-t-elle sanctionner le secteur russe du GNL ?

Une telle décision pourrait conduire à une répression de la réexportation de GNL russe depuis les pays de l’UE, mais il est peu probable qu’elle réduise les importations de ce gaz par l’UE. Cela pourrait rester un point sensible.

Dans ce qui serait la première mesure du genre, l’UE pourrait envisager des sanctions contre le secteur russe du gaz naturel liquéfié (GNL). Dans le cadre du 14e cycle de sanctions de l’UE contre la Russie, ces nouvelles mesures cibleraient la réexportation de GNL russe depuis les pays de l’UE.

Une telle mesure réprimerait également l’utilisation de toutes les installations de l’UE, y compris l’utilisation des ports pour expédier du GNL russe, ainsi que toute autre marchandise considérée comme contribuant directement à la poursuite de la bataille de la Russie en Ukraine.

Non seulement cela, mais cela obligerait également les entreprises et les opérateurs de l’UE à être plus prudents face à d’éventuelles violations liées aux sanctions, qui pourraient être passibles d’amendes ou de révocations de licence.

Cela empêcherait également les entreprises européennes et d’autres organisations de s’impliquer dans des projets de GNL en Russie, ce qui pourrait réduire considérablement l’expansion du secteur russe du GNL.

Ces nouvelles sanctions potentielles sont-elles suffisantes ?

Au cours des derniers mois, l’UE a été fortement critiquée pour ne pas avoir ciblé le secteur russe du GNL dans ses sanctions, choisissant plutôt de se concentrer uniquement sur son pétrole et son charbon. Indépendamment des sanctions déjà imposées, la Russie n’a cessé de trouver des failles, en utilisant le marché noir et les pays tiers pour exporter son énergie.

L’UE a également été accusée de ne pas appliquer ses sanctions de manière suffisamment stricte, permettant ainsi à ses propres États membres, ainsi qu’aux acteurs russes, de s’en tirer avec bien plus que prévu.

Il est peu probable que ces dernières sanctions ciblent les importations européennes de GNL russe, ce qui signifie qu’elles pourraient continuer à être une source de controverse. Plusieurs partis, comme le mouvement indépendant de la société civile ukrainienne « Razom We Stand », ont déjà accusé des pays de l’UE comme la Belgique, l’Espagne et la France de profiter du GNL russe et de continuer indirectement à financer la guerre russo-ukrainienne en ne réduisant pas leurs importations.

Un embargo total sur le gaz GNL russe aurait dû être mis en place il y a deux ans, mais ce sont surtout l’Espagne, la Belgique et la France qui continuent de profiter du gaz GNL russe entrant dans leurs ports. C’était horrible, et nous, Ukrainiens, exigeons dès maintenant un embargo complet de l’UE.

Svitlana Romanko fondatrice de Razom We Stand

La fondatrice et directrice de Razom We Stand, Svitlana Romanko, a déclaré dans un courriel : « Nous avons assez entendu de grandes promesses creuses de la part de politiciens hypocrites. acheter davantage de combustibles fossiles à la Russie.

« Cela met effectivement des milliards d’euros dans le trésor de guerre de Poutine, qu’il utilise pour nous attaquer et nous bombarder chaque jour. En important des combustibles fossiles russes via leurs ports, l’Espagne, la France et la Belgique financent effectivement la guerre et sapent leurs efforts pour promouvoir la paix et la paix. stabilité dans la région.

« Un embargo total sur le gaz GNL russe aurait dû être mis en place il y a deux ans, mais c’est surtout l’Espagne, la Belgique et la France qui continuent de profiter de l’arrivée du gaz GNL russe dans leurs ports. C’est horrible, et nous, Ukrainiens, exigeons un embargo complet de l’UE dès maintenant. .

« L’Espagne, la Belgique et la France doivent enfin montrer l’exemple et cesser de bloquer les efforts déployés par l’UE dans son ensemble, dans son 14e paquet de sanctions, pour imposer un embargo total sur l’achat et le transbordement européen de combustibles fossiles russes, en particulier du gaz GNL. »

Laisser un commentaire

deux × 2 =