The moon rises over the illuminated skyline of the German capital in Berlin, Germany, Monday, Nov. 22, 2021.

Milos Schmidt

Perspectives économiques de l’OCDE : Croissance mondiale stable attendue pour 2024 et 2025

L’OCDE a publié ses dernières perspectives économiques et a déclaré qu’elle s’attend à une croissance mondiale stable en 2024 et 2025.

L’OCDE estime que certains signes indiquent que les perspectives mondiales ont commencé à s’améliorer, même si la croissance reste modeste.

« L’impact du resserrement des conditions monétaires se poursuit, notamment sur les marchés de l’immobilier et du crédit, mais l’activité mondiale se révèle relativement résiliente, l’inflation diminue plus rapidement que prévu initialement et la confiance du secteur privé s’améliore », indique le rapport.

L’OCDE a également souligné que les déséquilibres entre l’offre et la demande sur les marchés du travail s’atténuent, le chômage restant à des niveaux historiquement bas ou proches de ceux-ci.

« Les revenus réels ont commencé à s’améliorer à mesure que l’inflation se modère et que la croissance du commerce est devenue positive. Les évolutions continuent de diverger selon les pays, avec des résultats plus faibles dans de nombreuses économies avancées, notamment en Europe, compensés par une forte croissance aux États-Unis et dans de nombreuses économies de marché émergentes. « 

L’inflation globale dans les pays de l’OCDE devrait tomber à 5 % en 2024, contre 6,9 ​​% en 2023, et baisser encore à 3,4 % en 2025. D’ici fin 2025, l’inflation dans la zone OCDE devrait être proche de celle de la plupart des taux d’inflation des banques centrales. objectif de 2%. Cela est probablement dû à la baisse des prix de l’énergie et des biens, ainsi qu’à des politiques monétaires plus rigides.

La croissance au Royaume-Uni et dans d’autres grandes économies européennes serait modeste

La croissance du G20 et des autres pays développés sera probablement nettement à la traîne par rapport aux pays en développement, le Royaume-Uni étant estimé à une croissance de seulement 0,4 % en 2024, et de 1 % en 2025.

La zone euro devrait connaître une croissance de 0,7 % en 2024 et de 1,5 % en 2025, tandis que la France devrait également connaître une croissance de 0,7 % cette année, mais pourrait éventuellement être à la traîne de la zone euro avec une croissance de 1,3 % en 2025.

De même, l’Italie devrait connaître une croissance de 0,7 % cette année, pour atteindre 1,2 % en 2025.

L’Allemagne, longtemps considérée comme « l’homme malade » de l’Europe, devrait également connaître des résultats décevants cette année, avec une croissance très modeste de 0,2 %. Cependant, les choses pourraient s’avérer nettement plus positives pour le pays l’année prochaine, l’OCDE s’attendant à une hausse de 1,1 %.

D’un autre côté, l’Inde devrait connaître une croissance constante de 6,6 % en 2024 et 2025, tandis que l’Indonésie pourrait connaître une hausse de 5,1 % en 2024, pour atteindre 5,2 % en 2025.

Toutefois, la Chine, qui reste aux prises avec les effets persistants d’une économie incertaine, d’un coût de la vie élevé et d’une demande en baisse post-pandémique, devrait connaître une croissance de 4,9 % cette année, mais seulement de 4,5 % l’année prochaine.

En février 2024, le taux de chômage de l’OCDE s’est établi à 4,9 %, proche de son plus bas niveau depuis 2001.

Le secrétaire général de l’OCDE, Mathias Cormann, a déclaré dans un communiqué : « L’économie mondiale s’est montrée résiliente, l’inflation a diminué en tenant compte des objectifs de la banque centrale et les risques pesant sur les perspectives deviennent plus équilibrés. Nous prévoyons une croissance mondiale stable pour 2024 et 2025, même si elle devrait rester inférieure à sa moyenne à long terme.

« Les mesures politiques doivent garantir la stabilité macroéconomique et améliorer les perspectives de croissance à moyen terme. La politique monétaire doit rester prudente, avec la possibilité de baisser les taux d’intérêt directeurs à mesure que l’inflation diminue, la politique budgétaire doit répondre aux pressions croissantes sur la viabilité de la dette, et les réformes politiques doivent stimuler l’innovation, l’investissement et les opportunités sur le marché du travail, en particulier pour les femmes, les jeunes et les jeunes. les travailleurs âgés. »

Laisser un commentaire

vingt + 6 =