Pedro Sánchez reste Premier ministre espagnol

Martin Goujon

Pedro Sánchez reste Premier ministre espagnol

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a annoncé lundi qu’il ne mettrait pas à exécution sa menace de démissionner de son poste.

« J’ai décidé de rester Premier ministre », a-t-il déclaré dans un discours émouvant à la nation.

L’annonce de Sánchez conclut une « période de réflexion » de cinq jours que le Premier ministre a engagée suite au lancement d’une enquête pour corruption et trafic d’influence dirigée contre son épouse, Begoña Gómez. L’enquête préliminaire a été motivée par une plainte pénale déposée par un groupe lié à l’extrême droite, connu pour avoir intenté des poursuites sans fondement contre des personnes liées à des causes progressistes.

Bien que les procureurs aient demandé le classement sans suite de l’affaire et que les experts juridiques affirment qu’elle est sans fondement, son acceptation par la justice a ébranlé Sánchez, qui a publié mercredi un lettre de quatre pages révélant qu’il envisageait de démissionner en raison du flux constant d’attaques de groupes de droite contre lui et sa famille.

Lors de son discours à la nation, Sánchez a dénoncé le paysage politique toxique en Espagne.

« Si nous acceptons que la politique implique d’attaquer des innocents, cela n’en vaut pas la peine », a-t-il ajouté. « Aucun honneur ne justifiera la souffrance des personnes que vous aimez le plus. »

La menace de démission a provoqué une vague de soutien à Sánchez de la part des échelons supérieurs de son Parti socialiste et de milliers de partisans qui sont descendus dans la rue ce week-end. Le Premier ministre a déclaré que la démonstration publique de soutien l’avait convaincu de rester en fonction.

« La campagne de diffamation dirigée contre moi et ma famille ne cessera pas », a-t-il déclaré. « Mais nous pouvons y arriver : l’important est que nous voulions vous remercier pour les expressions de solidarité reçues de tous les domaines. »

L’annonce de Sánchez conclut un week-end de nervosité en Espagne, qui serait probablement entrée dans une ère d’incertitude politique sans précédent s’il avait démissionné. Le leader socialiste n’a pas de successeur clair et le chef du Parti populaire d’opposition, Alberto Núñez Feijóo, ne dispose pas du soutien nécessaire pour former un gouvernement alternatif de droite.

La démission du Premier ministre aurait laissé le pays avec un gouvernement intérimaire jusqu’à ce que le Parlement puisse être dissous et que de nouvelles élections aient lieu au cours de l’été. Ce scénario aurait probablement laissé l’Espagne sans voix forte à Bruxelles au moment où les principaux emplois de l’UE sont sur le point d’être attribués.

Laisser un commentaire

3 − un =