Pas de sympathisants de la Russie : l'Ukraine envisage des élections d'après-guerre

Martin Goujon

Pas de sympathisants de la Russie : l’Ukraine envisage des élections d’après-guerre

« L’Ukraine doit réfléchir (à) comment se protéger » de l’ingérence russe dans les élections, a déclaré un haut responsable électoral.

BRUXELLES – L’Ukraine est peut-être encore en guerre, mais elle se prépare déjà à des élections en temps de paix – et réfléchit à la manière de traiter les infiltrés russes.

À des centaines de kilomètres du champ de bataille, des responsables ukrainiens étaient à Bruxelles la semaine dernière pour discuter de la manière d’organiser les premières élections d’après-guerre du pays – qui seront étroitement surveillées au sein de l’Union européenne – et dans ce domaine également, la crainte d’une ingérence russe plane.

Dans une interview accordée à L’Observatoire de l’Europe, le plus haut responsable électoral ukrainien, Oleh Didenko, a déclaré que son pays devait se préparer au risque que la Russie essaie « d’installer ses représentants, ses agents, dans les autorités ukrainiennes ».

L’Ukraine devait organiser des élections législatives en octobre et une élection présidentielle l’année prochaine, mais les préparatifs de ces deux élections ont été suspendus en raison de la guerre.

« Je comprends que l’Ukraine devrait garantir des normes démocratiques lors de la tenue d’élections d’après-guerre en termes de droit d’être élu », a déclaré Didenko, qui est le chef de la Commission électorale centrale (CEC) d’Ukraine.

Mais, a-t-il ajouté, « l’Ukraine doit réfléchir (à) comment se protéger de telles ingérences » et prévenir « les menaces à la sécurité nationale ».

La guerre en cours de la Russie a interrompu la vie démocratique de l’Ukraine. Selon la Constitution, aucune élection – parlementaire ou présidentielle – ne peut avoir lieu tant que le pays est sous la loi martiale, que le président Volodymyr Zelensky a déclarée le matin où l’invasion à grande échelle de la Russie a commencé, et qu’elle a maintenue depuis.

Mais les craintes d’ingérence russe ne sont qu’un des nombreux obstacles auxquels l’Ukraine sera confrontée dans l’organisation de ses premières élections d’après-guerre.

Ils devront également tenir compte des plus de 8 millions d’Ukrainiens – environ 20 % de la population – qui ont fui l’agression russe et vivent actuellement à l’étranger.

C’est pourquoi des responsables ukrainiens étaient à Bruxelles la semaine dernière, où ils se sont assis avec des responsables électoraux d’autres pays européens pour discuter de la manière de faciliter le vote des réfugiés.

Augmenter le nombre de bureaux de vote dans les pays tiers, mais aussi introduire de nouvelles méthodes de vote, comme le vote électronique ou postal, sont quelques-unes des options techniques sur la table, a déclaré Didenko.

Mais le nouveau modèle de vote sera une décision politique, car la décision finale sera prise par le parlement ukrainien.

Président ukrainien Volodymyr Zelenskyy | Heikki Saukkomaa/ Lehtikuva/ AFP via Getty images

« Nous devons nous assurer que, quel que soit le choix qui est fait, il est d’abord soutenu par toutes les forces politiques en Ukraine ; mais deuxièmement, qu’il peut gagner la confiance des citoyens », a déclaré Sam van der Staak, directeur du programme Europe à International IDEA, une organisation intergouvernementale pro-démocratie qui a organisé les discussions à Bruxelles, en collaboration avec le Parlement européen.

« L’Ukraine doit bien faire les choses dès le départ car tout le monde regarde, y compris la Russie », a-t-il ajouté.

Kiev a déjà pris des mesures pour limiter l’influence des partis pro-russes, qui ont longtemps été utilisés par le Kremlin pour exercer une influence sur la politique ukrainienne.

En mai dernier, Zelenskyy a signé une interdiction contre les 11 partis pro-Kremlin du pays, accusés de porter atteinte à la souveraineté de l’Ukraine.

La Plate-forme d’opposition pour la vie – le plus grand parti pro-russe, qui était autrefois la deuxième force politique du parlement ukrainien – a tenté de contester l’interdiction devant les tribunaux, mais elle a finalement été confirmée par la Cour suprême ukrainienne en septembre 2022.

En janvier, Zelenskyy a également dépouillé quatre législateurs de leur citoyenneté ukrainienne pour avoir collaboré avec Moscou, menacé la sécurité nationale et diffusé la propagande du Kremlin – parmi eux, Viktor Medvedtchouk, un oligarque qui était autrefois considéré comme le meilleur allié du président russe Vladimir Poutine en Ukraine.

Viktor Medvedtchouk | Sergueï Supinsky/AFP via Getty Images

Mais certains politiciens pro-Kremlin sont toujours actifs.

Les autres députés de l’opposition Platform for Life ont été divisés en deux groupes nouvellement créés, Platform for Life and Peace, dirigé par Yuriy Boyko, ancien ministre de l’énergie et personnalité pro-russe connue, et Restoration of Ukraine.

Lorsqu’on lui a demandé si les autorités ukrainiennes envisageraient de leur interdire à nouveau de se présenter aux élections d’après-guerre, Didenko, le plus haut responsable des élections, a déclaré que ce n’était pas à la CEC de décider.

« La décision a été prise au cas par cas par le tribunal » après « un examen attentif » des activités et de l’agenda des partis, a déclaré Didenko, soulignant qu’il ne s’agissait pas d’une interdiction sans fondement.

Mais l’offensive de la Russie contre la démocratie ukrainienne ne s’arrêtera pas avec la guerre, a déclaré Didenko.

« Nous avons un voisin terroriste, et il ne disparaîtra pas après (notre) victoire. Ce sera toujours là.

Laisser un commentaire

un + dix-sept =