« Pas de pluie, pas d'hiver, pas de rivières » : cet ancien lac européen est en train de reculer – et cela pourrait être désastreux

Jean Delaunay

« Pas de pluie, pas d’hiver, pas de rivières » : cet ancien lac européen est en train de reculer – et cela pourrait être désastreux

L’un des plus anciens lacs d’Europe est en train de rétrécir, ce qui met la faune sauvage en danger d’extinction.

Les niveaux d’eau du lac Prespa, l’un des plus anciens lacs d’Europe, ont atteint leur point le plus bas depuis des siècles.

Le bateau du pêcheur Vancho Vasilevski s’échoue fréquemment lorsqu’il navigue sur le lac, qui abrite plus de 2 000 espèces de poissons, d’oiseaux, de mammifères et de plantes.

« Au cours des deux ou trois derniers mois, l’eau a baissé de 36 centimètres, et ces derniers jours probablement de deux ou trois centimètres supplémentaires », explique Vasilevski, âgé d’une soixantaine d’années.

« Il va encore baisser. Il n’y a ni pluie, ni hiver, ni neige, ni rivières. Une seule rivière se jette dans le lac… C’est une catastrophe, une catastrophe naturelle. »

Le déclin s’est poursuivi pendant des décennies. L’eau du lac Prespa, situé en hauteur dans les montagnes et vieille de 5 millions d’années, est aujourd’hui plus basse de 8 mètres par rapport à la fin des années 1970.

Dans un rapport de 2022, la NASA a déclaré que des images satellite montraient que le lac avait perdu 7 % de sa superficie et la moitié de son volume entre 1984 et 2020.

REUTERS/Ognen Teofilovski/Photo d'archives
Le pêcheur Vane Vasilevski travaille sur son bateau à rames au lac Prespa, dans le village de Stenje, en Macédoine du Nord, le 7 septembre 2023.

Pourquoi le lac Prespa rétrécit-il ?

Avec une superficie d’environ 260 kilomètres carrés, soit plus de deux fois la superficie de Paris, plus des deux tiers du lac Prespa appartiennent à la Macédoine du Nord et le reste à la Grèce et à l’Albanie.

Les environnementalistes ont déclaré que le manque de pluie, l’évaporation et la surutilisation de l’eau pour l’irrigation par les trois pays sont les principales raisons de la perte d’eau.

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a averti que certaines espèces sauvages du lac sont en danger d’extinction en raison de la destruction de leur habitat par des pratiques agricoles néfastes, l’érosion, les déchets non traités et les eaux usées.

Toute baisse du niveau d’eau peut affecter le lac d’Ohrid, un lac beaucoup plus grand situé à seulement 10 km de Prespa et qui tire environ un tiers de son eau de Prespa.

REUTERS/Ognen Teofilovski/Photo d'archives
Une photo prise par un drone montre l’endroit où l’ancienne conduite d’eau se trouvait à plus d’un kilomètre de la conduite actuelle à Pretor, au lac Prespa, en Macédoine du Nord, le 6 septembre 2023.

« Nous devons nous adapter à ce qui va arriver »

Dragan Arsovski, biologiste de la Société géologique macédonienne, une ONG basée à Skopje, affirme que le niveau d’eau du lac a augmenté et diminué au fil des siècles et que la nature a survécu. Mais aujourd’hui, les gens ne parviennent pas à s’adapter et à agir.

« Il y a certaines choses en ce qui concerne le changement climatique mondial que nous ne pouvons tout simplement pas changer et nous devons nous adapter à ce qui est à venir. Certaines choses que nous pouvons peut-être changer, comme nos habitudes quotidiennes », dit-il.

L’utilisation de pesticides par les producteurs de fruits a conduit à une croissance rapide de la biomasse, mettant en danger les espèces endémiques.

« Tous (les pesticides) vont dans les eaux souterraines, dans le lac, ils vont partout et sont très dangereux pour Prespa », explique Mende Pandevski, récoltant des prunes près du lac.

Laisser un commentaire

10 + un =