People hold up their cell phones as they protest against the AfD party and right-wing extremism in front of the Reichstag building in Berlin

Jean Delaunay

Participation massive lors du week-end de manifestations contre l’extrême droite en Allemagne

Samedi, les autorités nationales ont enregistré au total quelque 300 000 participants aux manifestations à travers le pays.

Une manifestation contre l’extrême droite dans la ville allemande de Munich dimanche après-midi s’est terminée prématurément pour des raisons de sécurité après la venue d’environ 100 000 personnes, a indiqué la police. La manifestation était l’une des dizaines d’autres à travers le pays ce week-end qui ont attiré des centaines de milliers de personnes au total.

Les manifestations font suite à un rapport selon lequel des extrémistes de droite se seraient récemment réunis pour discuter de l’expulsion de millions d’immigrés, dont certains possédant la nationalité allemande. Certains membres du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne, ou AfD, étaient présents à la réunion.

Dans la ville occidentale de Cologne, la police a confirmé que « des dizaines de milliers » de personnes étaient venues manifester dimanche, et les organisateurs ont parlé d’environ 70 000 personnes. Une manifestation dimanche après-midi à Berlin a attiré au moins 60 000 personnes et potentiellement jusqu’à 100 000, a indiqué la police, selon une agence de presse allemande.

Une manifestation similaire vendredi à Hambourg, la deuxième plus grande ville d’Allemagne, a rassemblé ce que la police a estimé être une foule de 50 000 personnes et a dû être interrompue plus tôt pour des raisons de sécurité. Et les manifestations de samedi dans d’autres villes allemandes comme Stuttgart, Nuremberg et Hanovre ont attiré des dizaines de milliers de personnes.

Se mobiliser pour dénoncer l’extrême droite et l’extrémisme de droite

Même si l’Allemagne a connu d’autres manifestations contre l’extrême droite ces dernières années, l’ampleur et la portée des manifestations organisées ce week-end – non seulement dans les grandes villes, mais aussi dans des dizaines de petites villes du pays – sont remarquables. La forte participation en Allemagne a montré à quel point ces manifestations galvanisent d’une nouvelle manière l’opposition populaire à l’AfD.

L’AfD est en tête des sondages d’opinion : des sondages récents la placent en deuxième position au niveau national avec environ 23 %, bien au-dessus des 10,3 % qu’elle avait remportés lors des dernières élections fédérales de 2021.

Dans ses bastions de l’Est de l’Allemagne que sont le Brandebourg, la Saxe et la Thuringe, l’AfD est en tête des sondages avant les élections de cet automne.

Le catalyseur des protestations a été un article du média Correctiv la semaine dernière sur une prétendue réunion d’extrême droite en novembre, à laquelle auraient participé des personnalités du Mouvement identitaire extrémiste et de l’AfD. Un membre éminent du Mouvement identitaire, le citoyen autrichien Martin Sellner, a présenté sa vision de la « remigration » des expulsions, selon le rapport.

D’éminents hommes politiques et élus allemands ont exprimé leur soutien aux manifestations dimanche, se joignant aux dirigeants des principaux partis de tous bords qui s’étaient déjà prononcés.

« L’avenir de notre démocratie ne dépend pas du nombre de ses opposants, mais de la force de ceux qui défendent la démocratie », a déclaré le président allemand Frank-Walter Steinmeier dans une déclaration vidéo. Ceux qui manifestent, a-t-il ajouté, « défendent notre république et notre constitution contre ses ennemis ».

Laisser un commentaire

6 + 14 =