Parlons fausse couche : cette illustratrice veut briser le tabou et soutenir les femmes

Jean Delaunay

Parlons fausse couche : cette illustratrice veut briser le tabou et soutenir les femmes

La fausse couche est un combat courant pour de nombreuses femmes, mais les émotions et les troubles qu’elle peut créer sont trop souvent négligés ou ignorés. Cette illustratrice française utilise ses dessins pour éclairer la question.

Au moins une femme sur dix dans le monde fera une fausse couche au cours de sa vie, ce qui signifie que presque tout le monde sur la planète connaît probablement quelqu’un qui a fait une fausse couche.

Pourquoi, alors, sommes-nous si mauvais pour en parler ?

L’illustratrice française Mathilde Lemiesle s’est donnée pour mission de briser le tabou à travers ses bandes dessinées, dont elle a fait un livre intitulé « _My Presque Nothings_ ».

Sur son Instagram du même nom, elle rassemble des témoignages de femmes, des réflexions et des études et les transforme en dessins émotionnels et pédagogiques abordant la fausse couche, le féminisme et les droits des femmes.

« Ce qui m’a le plus surpris au début de My Presque Rien, c’est de réaliser que je n’étais pas seul », a déclaré Lemiesle à L’Observatoire de l’Europe Culture. « Ça a été une vraie révélation pour moi, surtout parce qu’on avait tous vécu les mêmes choses, les mêmes douleurs. C’était très important pour ce que devenait le compte et pour mon propre militantisme.

Au cœur du combat de Lemiesle se trouve sa propre histoire personnelle. Elle a fait quatre fausses couches avant de donner naissance à sa fille et a déclaré qu’elle se sentait isolée et mal informée de ce qui se passait dans son corps.

Le dessin est ce qui l’a aidée à mettre ses sentiments sur papier et finalement à guérir. Maintenant, elle espère offrir à d’autres femmes le même répit, en leur donnant un espace pour partager leurs expériences tout en les informant des aspects les plus sérieux de la fausse couche.

« Le fait que les femmes soient mal informées les place dans des situations qui peuvent être dangereuses », dit-elle. « Par exemple, on nous dit souvent que c’est comme des règles abondantes, alors que ce n’est pas du tout le cas. C’est encore une autre façon de minimiser ce qu’ils vivent et c’est tout simplement inacceptable.

Avec l'aimable autorisation de Mathilde Lemiesle
Les illustrations de Mathilde Lemiesle abordent souvent les problèmes auxquels les femmes sont confrontées lorsqu’elles essaient de concevoir.

Certaines des normes culturelles communes avec lesquelles Lemiesle conteste :

Le fait que l’on dise aux femmes de garder leur grossesse privée jusqu’à ce que leur fœtus ait 12 semaines, après quoi la probabilité d’une fausse couche est plus faible. Que les médecins leur disent qu’une fausse couche « ressemble à des règles abondantes ». Que les amis et la famille, qui ont du mal à trouver les mots, considèrent souvent une fausse couche comme n’ayant rien à craindre.

Même le terme fausse couche est problématique, selon Lemiesle. En français, une fausse couche se traduit par « fausse couche » ou « fausse naissance ». Lemiesle dit que cela blâme carrément les femmes pour ne pas avoir mené la grossesse à terme. Elle plaide plutôt pour l’utilisation du terme plus neutre « grossesse arrêtée » ou « grossesse arrêtée ».

« Le terme fausse naissance n’est pas correct si vous me demandez, car il n’y a rien de faux là-dedans », a-t-elle déclaré. « Ça dévalorise ce que vit la femme, ça le banalise et le minimise. »

Un débat similaire dans le monde anglophone suggère que « perte de grossesse » devrait être utilisé au lieu de « fausse couche », ce qui implique que la femme a fait une « erreur ».

Avec l'aimable autorisation de Mathilde Lemiesle
Cette illustration de Mathilde Lemiesle dit « Fausse couche : parlons-en ».

Parler librement de la perte de grossesse est la première étape vers sa normalisation dans la société, et Lemiesle dit qu’elle a remarqué que de plus en plus de gens racontent leurs propres histoires de fausse couche.

« On en parle de plus en plus, par des célébrités qui racontent leurs propres histoires personnelles, mais aussi je pense dans des cercles de femmes plus étroits et plus intimes », a-t-elle déclaré. « Tout cela amène la question dans les sphères publiques et politiques, car elle touche beaucoup de femmes. »

En France, 200 000 fausses couches se produisent chaque année, soit environ une grossesse sur quatre. En mars, l’Assemblée nationale a approuvé à l’unanimité un nouveau projet de loi pour mieux accompagner les femmes en cas de fausse couche.

Le projet de loi, qui est présenté au Sénat cette semaine et devrait être adopté, offre aux femmes un congé payé en cas de fausse couche. Il leur donne également accès à des services de santé mentale couverts par la sécurité sociale.

« Je pense que c’est un très bon pas vers quelque chose », a déclaré Lemiesle. « Cela fait connaître le problème et montre que c’est un problème, que ce n’est pas rien. (Perte de grossesse) existe et a un impact à la fois émotionnel et physique. Mais il faut aller encore plus loin. »

Laisser un commentaire

20 − dix =