Paris est officiellement la première ville d'Europe à interdire les trottinettes électriques.  Quelles sont les règles dans les autres pays ?

Jean Delaunay

Paris est officiellement la première ville d’Europe à interdire les trottinettes électriques. Quelles sont les règles dans les autres pays ?

Paris est officiellement devenue la première ville européenne à interdire la location de scooters électriques. Mais les lois contrôlant leur utilisation évoluent encore ailleurs.

En guise d’au revoir à ce qui divise désormais nos rues, Paris a officiellement interdit la location de scooters électriques (ou e-scooters) à partir du 1er septembre, devenant ainsi la première ville européenne à le faire cinq ans après avoir été l’une des premières à les adopter.

Un nombre croissant de blessés et trois décès ont déclenché un vote public en avril au cours duquel 90 pour cent des participants (seulement 8 pour cent des personnes éligibles) ont voté en faveur d’une interdiction.

La capitale française n’est pas seule. Depuis le 1er juin, les scooters électriques sont interdits dans de nombreux trains et quais du Royaume-Uni voisin. Six compagnies ferroviaires ont annoncé cette décision, invoquant des préoccupations concernant la sécurité.

Mais quels pays d’Europe ont les règles les plus strictes sur les trottinettes électriques ? Le nombre d’accidents de trottinettes électriques a-t-il augmenté ces dernières années ? Et qu’en est-il du nombre de décès causés par les accidents de scooters électriques ?

Décès dans des accidents de scooters électriques

Étant donné que les ensembles de données issus des rapports de police sur les accidents n’identifient pas les victimes des scooters électriques dans une catégorie distincte dans la plupart des pays, des ensembles de données comparables sur les décès et les accidents ne sont pas disponibles dans toute l’Europe.

Pourtant, les données disponibles dans certains pays indiquent que les décès et les blessures sont en augmentation, principalement en raison de la popularité croissante des scooters électriques.

Le ministère britannique des Transports prévient que les usagers des scooters électriques constituent l’un des groupes vulnérables d’utilisateurs des transports. Ils ne sont pas protégés par une carrosserie de véhicule de la même manière que les automobilistes, et ils ont tendance à être plus difficiles à voir pour les conducteurs sur la route.

Cela signifie que les utilisateurs de scooters électriques sont particulièrement susceptibles de se blesser.

En Grande-Bretagne, il y a eu 1 349 collisions impliquant des scooters électriques l’année dernière, contre 978 l’année précédente se terminant en juin 2021. Au cours de la même période, 12 personnes ont été tuées dans des collisions avec des scooters électriques (dont 11 conducteurs).

Il y a également eu 1 425 blessés dans des collisions impliquant des scooters électriques, contre 1 029 l’année précédente.

En France, 24 personnes sont mortes dans des accidents de trottinettes électriques, dont un à Paris, en 2021. En Allemagne, cinq utilisateurs de trottinettes électriques sont décédés en 2020.

Risques : scooters électriques vs vélos

Selon une évaluation des risques de l’OCDE, il n’y a aucune différence en termes de risque de décès entre les scooters électriques et les vélos. Les chances de se retrouver aux urgences sont également les mêmes pour les conducteurs de scooters électriques et les cyclistes.

Le rapport de l’OCDE montre que le risque de décès par trajet en moto ou en cyclomoteur est cinq fois plus élevé que celui des scooters électriques.

Plus de 80 pour cent des décès de cyclistes et de conducteurs de scooters électriques résultent d’accidents avec des véhicules plus lourds.

Voie publique, trottoirs et pistes cyclables : Où peut-on rouler en trottinette électrique ?

La question la plus controversée est celle de savoir où les gens peuvent conduire des scooters électriques. Peuvent-ils être utilisés sur les trottoirs ou les pistes cyclables ? Les scooters électriques sont autorisés dans les espaces publics dans presque tous les pays inclus dans le tableau ci-dessous. La Grèce et les Pays-Bas font exception.

Les Parisiens ont voté massivement en faveur de l’interdiction des scooters électriques dans les rues de la capitale française, avec près de 90 % de voix pour cette interdiction.

L’autorisation des scooters électriques sur les pistes cyclables varie. Les cyclistes sont autorisés à emprunter les pistes cyclables dans de nombreux pays, mais pas en Grèce, aux Pays-Bas, en Norvège ou au Royaume-Uni.

Les règles concernant leur utilisation sur les trottoirs sont plus strictes. Dans 15 pays sur 21, les scooters électriques ne sont pas autorisés sur les trottoirs. Ceci n’est autorisé qu’en Belgique, en Bulgarie, en Estonie, en Finlande, en Slovaquie et en Suède.

Dans le tableau, le vert signifie que la politique est appliquée dans un pays donné et le rouge signifie qu’elle ne l’est pas. Orange signifie qu’aucune information n’est disponible ou que la politique n’est pas clairement définie.

Des limitations de vitesse existent majoritairement

Les limitations de vitesse de 20 à 25 km/heure sont les plus courantes. Sur 21 pays, les limites de vitesse ne sont pas en vigueur uniquement en Bulgarie, en Estonie et en Hongrie.

Des restrictions d’âge s’appliquent également pour l’utilisation des scooters électriques dans la moitié de ces pays. L’âge minimum varie de 12 ans en Autriche et en France à 18 ans en Italie.

L’assurance n’est requise qu’au Danemark, en France et au Royaume-Uni

Les conducteurs de scooters électriques sont tenus de souscrire une assurance responsabilité civile uniquement au Danemark, en France et au Royaume-Uni. Les coureurs n’ont pas besoin d’avoir une assurance dans les autres pays de cette liste.

La majorité des pays n’imposent aucune règle particulière concernant le permis de conduire.

Le port du casque n’est pas obligatoire dans la plupart des pays européens

Le port du casque est obligatoire pour les mineurs en Autriche, en Tchéquie, en France, en Suède et au Royaume-Uni. Dans 16 autres pays, les utilisateurs de scooters électriques de tous âges sont autorisés à rouler sans casque.

Seuls 4 % de tous les utilisateurs de scooters électriques portaient un casque au moment de l’accident. Cela explique la forte proportion de traumatismes crâniens parmi les victimes de scooters électriques, selon un rapport de l’Observatoire européen de la sécurité routière (ERSO).

D’autres pays pourraient bientôt rejoindre l’Autriche, la Tchéquie, la France, la Suède et le Royaume-Uni en rendant le port du casque obligatoire.

Regard de plus près sur le Royaume-Uni : le gouvernement teste des scooters électriques de location

Alors que les scooters électriques sont devenus de plus en plus populaires ces dernières années, les réglementations évoluent et se transforment.

Au Royaume-Uni, des essais de scooters électriques de location ont eu lieu dans des zones sélectionnées. Les règles établies jusqu’à présent sont assez détaillées. Selon les directives du gouvernement pour les personnes participant à des essais avec des scooters électriques loués :

  • Les coureurs doivent avoir un permis de conduire.
  • La vitesse maximale d’un scooter électrique est de 15,5 miles par heure (25 km/heure).
  • Les scooters électriques doivent avoir une assurance automobile, mais les participants à l’essai n’ont pas besoin de souscrire à cette assurance car l’assurance est fournie par l’opérateur de location de scooters électriques.
  • Le port du casque est recommandé mais ne constitue pas une obligation légale.
  • Les usagers peuvent utiliser les trottinettes électriques d’essai sur les routes (sauf autoroutes) et sur les pistes cyclables. Les scooters électriques ne sont pas autorisés sur les trottoirs.
  • Les scooters électriques doivent être utilisés par une seule personne à la fois.

Laisser un commentaire

quinze − 10 =