Paris 2024 : le drapeau russe "ne peut pas être" aux JO, dit Macron

Jean Delaunay

Paris 2024 : le drapeau russe « ne peut pas être » aux JO, dit Macron

Interrogé sur l’éventuelle présence d’athlètes russes aux Jeux de 2024 à Paris, le président français a déclaré que le drapeau russe ne pouvait pas être arboré aux JO « à l’heure où la Russie commet des crimes de guerre ».

Alors que des questions demeurent sur l’éventuelle participation des athlètes russes et biélorusses aux prochains Jeux Olympiques de Paris, le président français Emmanuel Macron a insisté sur le fait qu’il « ne peut pas y avoir de drapeau russe aux Jeux Olympiques de Paris », car la Russie n’a « pas sa place à une époque où il a commis des crimes de guerre.

Dans une interview au journal sportif L’Equipe publiée mercredi soir, Macron a déclaré qu’il pensait qu’il y avait un « consensus » sur le fait de ne pas montrer le drapeau russe aux Jeux de 2024.

Mais il a ajouté que la décision finale quant à la participation individuelle des athlètes russes et biélorusses aux compétitions dépendra du Comité international olympique (CIO) et de son président, Thomas Bach.

Malgré l’invasion russe en cours de l’Ukraine, soutenue par la Biélorussie, alliée de longue date de Moscou, le CIO a recommandé d’autoriser les athlètes de Russie et de Biélorussie à concourir en tant qu’individus neutres dans les compétitions internationales. Ils devraient concourir sous drapeau neutre et leur participation dépendrait de leur soutien actif ou non à la guerre en Ukraine.

« La vraie question que devra trancher le monde olympique est de savoir quelle place accorder à ces athlètes russes qui se sont parfois préparés toute une vie, et qui peuvent aussi être les victimes de ce régime », a déclaré Macron au journal français.

La « vraie question », a-t-il ajouté, est de savoir comment faire la différence entre les athlètes russes qui soutiennent les efforts de guerre de Poutine et ceux qui sont victimes du régime.

« C’est la vraie question et c’est donc là que le monde olympique a, en conscience, son avis à donner et ses garanties à préciser », a déclaré le président français.

« Et cela doit être compris par les Ukrainiens (…) C’est un exercice d’équilibriste que nous devrons réaliser. »

Laisser un commentaire

2 × quatre =