Oubliez les doomers et les utopistes de l'IA.  Le garder réel est notre meilleur pari

Jean Delaunay

Oubliez les doomers et les utopistes de l’IA. Le garder réel est notre meilleur pari

Le public doit simplement choisir la vérité plutôt que la fantaisie pour protéger l’humanité et mettre fin à cette guerre de désinformation contre l’IA, écrit Fabrizio Fantini.

La course aux armements de l’IA provoque une polarisation politique typique, les deux parties voyant la technologie de manière complètement différente.

Comme plusieurs experts l’ont déjà souligné, vous êtes soit un doomer de l’IA, soit un utopiste de l’IA. Quelle que soit l’équipe dans laquelle vous êtes, vous manquez une grande partie de l’image.

L’IA ne détruira pas notre société, mais nous avons besoin d’une compréhension impartiale de celle-ci pour nous protéger et libérer son pouvoir.

Une limace de mer pourrait-elle vraiment mettre fin à l’humanité ?

En 2023, la plupart des gens craignent que l’IA leur vole leur emploi ou mette fin à l’humanité. Les articles polarisés sur l’IA sont responsables de ce récit irréaliste.

Ils manipulent la peur biologique des humains face à l’inconnu. Ils exagèrent les connaissances existantes sur les développements de l’IA qui déforment les capacités de la technologie.

Alors que l’IA générative nous a montré ses énormes possibilités, nos inventions sont loin d’être parfaites. C’est quelque chose que quiconque a joué avec ces outils comprend rapidement.

Photo AP/Martin Meissner
Les visiteurs regardent des sculptures de données fluides à l’exposition « Refik Anadol. Machine Hallucinations » au musée d’art Kunstpalast à Düsseldorf, mai 2023

Les utopistes pensent que l’IA résoudra tous les problèmes de notre monde tandis que les doomers pensent que l’IA se rebellera contre nous ou aura activement l’intention de nous nuire. En effet, les deux supposent que l’IA est plus avancée qu’elle ne l’est.

Pourtant, l’IA est toujours « plus proche d’une limace de mer que d’une machine qui sait tout ».

Les algorithmes sont spécifiques à une tâche, ce qui signifie qu’ils prennent beaucoup de temps à créer. Ils ne peuvent utiliser des informations aléatoires pour aucune tâche. Ils ont besoin de plus de formation et de pratique de l’équipe rouge que beaucoup de gens ne le pensent.

Alors que l’IA générative nous a montré ses énormes possibilités, nos inventions sont loin d’être parfaites. C’est quelque chose que quiconque a joué avec ces outils comprend rapidement.

Ce n’est pas la première avancée technologique majeure à laquelle l’humanité a dû faire face

La prolifération des armes nucléaires n’a pas éradiqué la vie humaine sur Terre comme nous l’avions prévu. Cela aurait pu, mais les gens ont mis en place des réglementations pour empêcher la destruction.

Ils se sont éduqués sur le sujet et ont coopéré pour protéger l’humanité. Nous devons faire de même avec l’IA. Si les gens ont des inquiétudes à mesure que l’IA nous aide à évoluer, les décideurs et le public devraient exprimer ces opinions.

La discussion a déjà commencé, alors que les décideurs politiques internationaux conçoivent rapidement des réglementations éthiques pour dissuader les mauvais acteurs.

Les doomers et les utopistes plaident tous deux pour des réglementations plus strictes et une éducation impartiale sur la manière dont l’IA peut faire progresser notre civilisation.

Photo AP/Martin Meissner
La commissaire européenne pour une Europe adaptée à l’ère numérique Margrethe Vestager s’exprime lors d’une conférence de presse sur une approche de l’UE en matière d’intelligence artificielle à Bruxelles, avril 2021

L’IA offre des possibilités infinies pour améliorer la qualité de vie et l’efficacité des sociétés à chaque stade de développement. Certains rapports affirment que les enfants pourraient apprendre à lire en seulement 18 mois et que les demandeurs d’emploi pourraient trouver des postes d’IA payant six chiffres.

Avec un potentiel aussi magnifique, on peut dire que les gens se plaignent trop des inconvénients de l’IA.

De toute évidence, notre monde doit dépasser le boom technologique des années 2000 et trouver de meilleures façons de travailler et de vivre.

Le chemin vers l’intégration de l’IA n’est pas compliqué non plus. Nous devons simplement utiliser une approche équilibrée pour relever les défis actuels et nous préparer à des applications plus intelligentes en adoptant de manière proactive une législation qui protégera notre avenir.

Inquiétude en conséquence ou reportage biaisé

Une partie de la polarisation vient de certains journalistes – aux États-Unis en particulier – qui ne croient pas qu’il faille raconter les deux côtés d’une histoire de la même manière, en particulier lorsqu’ils écrivent sur un sujet brûlant comme l’IA.

Les organes d’information biaisés alimentent ces comportements car l’IA est diabolisée ou vénérée en fonction de l’affiliation politique de la publication.

Photo AP/Martin Meissner
Journaux américains sur un kiosque à journaux à Paris, octobre 2013

Dans une étude de Pew Research, 55% des journalistes basés aux États-Unis ont déclaré que « tous les camps ne méritent pas toujours une couverture égale ». Pour le contexte, 76% du public s’attend à ce que les journalistes croient le contraire.

Malgré cette disparité, les acteurs de l’industrie travaillent dur pour nous éduquer sur la façon d’aller de l’avant avec l’IA plutôt que contre elle.

Comme l’a déclaré le président des affaires mondiales de Meta, Nick Claig, l’ouverture à l’IA est le moyen le plus efficace de faire progresser cette technologie, ce qui signifie que les systèmes doivent être transparents, ouverts à la collaboration et soigneusement étudiés pour détecter les défauts avant leur publication.

Ces règles de la maison permettraient à chacun de rester en sécurité, heureux et informé. Malheureusement, l’ouverture ne convaincra personne que l’IA est une bonne chose.

La résistance au progrès est futile

L’IA est réelle, mais elle n’est pas encore intelligente dans le domaine de la science-fiction. Il lui faut beaucoup plus de temps pour devenir mortelle.

C’est pourquoi les gens doivent cesser d’ingérer des informations biaisées et de se distraire des priorités actuelles sur lesquelles les développeurs d’IA doivent se concentrer.

L’avenir peut devenir dystopique, mais seulement si les gens continuent à se plaindre d’un chatbot qui devient voyou.

Nos inquiétudes sont ridiculement farfelues et nous devons saisir la réalité. Nous devrions plutôt utiliser nos peurs comme carburant pour concevoir des machines sûres et innovantes.

Résister à la voie naturelle de l’évolution de notre civilisation est finalement futile. Cela obligera la société à fonctionner avec des systèmes et des perspectives obsolètes qui ne nous servent plus.

Photo AP/Martin Meissner
Le robot humanoïde Ai-Da est photographié lors du Sommet mondial AI for Good de l’UIT à Genève, juillet 2023

Plutôt que de nous inquiéter de l’avenir, nous devons nous inquiéter du présent – et planifier un avenir qui empêche les pires utilisations de l’IA.

Comme l’a expliqué le PDG d’OpenAI, Sam Altman, la technologie progresse parce que les possibilités s’élargissent. De nouvelles inventions sont également nécessaires pour que l’humanité évolue.

Altman a comparé la mission d’OpenAI au projet Manhattan pour attirer l’attention sur l’importance de poursuivre le développement et de limiter les risques pour les exploits les plus dangereux.

Résister à la voie naturelle de l’évolution de notre civilisation est finalement futile. Cela obligera la société à fonctionner avec des systèmes et des perspectives obsolètes qui ne nous servent plus.

Le public doit simplement choisir la vérité plutôt que la fantaisie pour protéger l’humanité et mettre fin à cette guerre de désinformation contre l’IA.

Les avantages qu’il apportera modifieront des économies entières, des entreprises et la vie personnelle de chaque personne sur la Terre.

Laisser un commentaire

dix − 3 =