People walk with luggage with the city of Brussels as a backdrop

Milos Schmidt

Où en Europe les gens paient-ils les impôts les plus élevés ?

L’Observatoire de l’Europe Business examine de plus près la fiscalité en Europe pour voir où les gens paient le plus – et le moins.

Selon la Tax Foundation, les travailleurs au salaire moyen unique en Europe payaient environ un tiers de leur salaire en impôts en 2022. Sans surprise, la pression fiscale varie considérablement à travers l’Europe, les travailleurs d’Europe occidentale et des pays plus développés payant beaucoup plus.

Le Danemark (55,9 %), l’Autriche (55 %), le Portugal (53 %), la Suède (52,3 %) et la Belgique (50 %) comptent parmi les pays où les taux d’imposition sur le revenu des personnes physiques sont les plus élevés.

A l’inverse, la Roumanie (10 %), la Bulgarie (10 %), la Bosnie-Herzégovine (10 %), le Kosovo (10 %) et la Macédoine du Nord (10 %) sont les pays européens où les impôts sont les plus bas.

Les citoyens danois accueillent favorablement une augmentation des impôts

Cependant, il est surprenant de constater que tous les citoyens ne sont pas mécontents de la hausse des impôts, y compris au Danemark, où les impôts peuvent atteindre le montant faramineux de 55,9 %.

Dans ce cas, de nombreux citoyens considèrent le paiement comme un investissement dans l’avenir collectif du pays et de la société, ou comme l’achat d’une certaine qualité de vie. Il convient de noter que le Danemark a été classé deuxième pays le plus heureux au monde pour la quatrième année consécutive, selon le World Happiness Report 2023.

Cela permet à tous les segments de la société, quel que soit leur sexe, leur situation sociopolitique ou économique, de bénéficier des mêmes opportunités, réduisant ainsi considérablement les charges économiques et sociales. Au Danemark, la plupart de l’enseignement, en particulier l’enseignement supérieur, est gratuit et les étudiants reçoivent également une bourse du gouvernement danois.

Ce soutien se poursuit sur le lieu de travail, les parents ayant droit à 52 semaines de congé parental, dont 32 semaines payées par l’État. Le modèle danois du marché du travail, appelé modèle de flexicurité, offre également de la flexibilité aux employeurs et de la sécurité aux travailleurs, tout en mettant l’accent sur la participation active au travail. Cela permet aux travailleurs et à l’État de fournir un filet de sécurité en cas de chômage.

Ainsi, beaucoup se contentent de payer leur part d’impôts, surtout si les services publics effectivement reçus sont de haute qualité.

Cependant, cela comporte également son lot d’inconvénients, le Danemark étant également obligé d’offrir ces bourses d’études aux étudiants d’autres pays de l’Union européenne, même s’ils finissent rarement par rester à long terme dans le pays.

Les systèmes de sécurité sociale soutiennent des impôts élevés en Autriche

Pour l’Autriche, autre pays où les impôts sont élevés à 55 %, le système d’assurance sociale, qui comprend le système légal d’assurance maladie, le système légal d’assurance retraite et le système légal d’accident du travail, est très prisé. En dehors de cela, il couvre également la maternité et le chômage.

Le pays exige que tous les employés soient assurés, ainsi que les personnes bénéficiant d’allocations de chômage, de pensions – ou recevant tout autre type de financement basé sur les besoins.

Dans des pays comme la Belgique, les célibataires sans enfants supportent le poids des impôts les plus élevés, tandis que les couples mariés avec enfants subissent une charge légèrement plus légère.

Bien que le pays dispose d’un système de soins de santé de haute qualité, l’inscription à ce processus peut être longue et compliquée, impliquant une inscription auprès d’une caisse de sécurité sociale et d’une caisse publique d’assurance maladie.

Les contribuables belges voient près de 65% de leur salaire déduit

Des cotisations mensuelles de sécurité sociale doivent également être payées. Ainsi, une personne résidant en Belgique avec un salaire de 45.000 € par exemple sera imposée à 50% au-delà de 42.370 €. De plus, le salarié devra payer 13,07% de cotisations de sécurité sociale.

Il y a également une cotisation spéciale de sécurité sociale à payer, variant entre 9,30 € et 60,94 € par mois. Une personne avec ce salaire touchera donc environ 1 369 € par mois, soit environ 36 % de votre salaire.

En gardant à l’esprit que le salaire minimum en Belgique est de 1 994,18 € par mois, avant impôt, le salaire mensuel sur un salaire de 45 000 € laisserait à un résident bien inférieur au salaire minimum.

Cela a conduit à une frustration croissante parmi les Belges ces dernières années, qui ont le sentiment de ne pas obtenir ce qu’ils ont payé en impôts, par rapport à leurs homologues scandinaves.

Cependant, selon l’OCDE, la Belgique s’efforce lentement de réduire la fiscalité sur les salaires, le travailleur célibataire moyen voyant son coin fiscal réduire d’environ 2,7 % entre 2009 et 2022.

L’agence fiscale suédoise est l’une des plus fiables du pays

Tout comme au Danemark, les citoyens suédois n’hésitent pas non plus à payer des impôts assez élevés, en l’occurrence environ 52,3 %, pour une société qui fonctionne bien et des services publics de haute qualité. L’agence fiscale suédoise, Skatteverket, est l’une des agences les plus fiables et respectées du pays, derrière l’Office suédois des brevets et de l’enregistrement (PRV) et la division immobilière, Lantmateriet.

Cela est dû au fait que l’administration fiscale est impliquée dans la plupart des aspects de la vie des citoyens, tels que les naissances, les mariages, les déménagements et les décès, entre autres, et veille à ce qu’un service de haute qualité soit fourni. Non seulement cela, mais il est également très convivial et accessible, ce qui le rend encore plus fiable.

Un jeune fan tient un drapeau suédois sur les tribunes avant le match de football quart de finale de la Coupe du monde féminine entre le Japon et la Suède à Eden Park à Auckland, en Nouvelle-Zélande.
Un jeune fan tient un drapeau suédois sur les tribunes avant le match de football quart de finale de la Coupe du monde féminine entre le Japon et la Suède à Eden Park à Auckland, en Nouvelle-Zélande.

Des impôts moins élevés dans les pays d’Europe de l’Est signifient davantage d’opportunités d’investissement

Pour les pays d’Europe de l’Est et du Sud-Est comme la Roumanie, la Bulgarie et la Bosnie-Herzégovine, qui sont encore en train de développer leurs infrastructures et leur économie, la baisse des impôts est un moyen d’attirer et, espérons-le, de retenir les investissements étrangers.

Ces pays offrent souvent des coûts de main-d’œuvre et de production moins élevés, des allègements fiscaux et une multitude de marchés et d’opportunités inexploités. Non seulement cela, mais ils peuvent aussi souvent offrir un meilleur niveau de vie, car le coût de la vie est nettement moins cher que dans la plupart des pays d’Europe occidentale.

Non seulement cela, mais l’Europe du Sud et de l’Est possède également certaines des économies à la croissance la plus rapide, la Bulgarie, la Macédoine du Nord, la Roumanie et Chypre étant toutes considérées comme les prochains pôles de croissance pour plusieurs entreprises et industries.

Cependant, ces derniers mois, des pays comme la Roumanie tentent d’augmenter les impôts des salariés du secteur des logiciels. Le gouvernement tente également de supprimer les exonérations d’assurance maladie pour les employés des secteurs de la construction, de l’alimentation et de l’agriculture, afin d’augmenter les recettes fiscales.

Des salaires plus élevés compensent souvent une charge fiscale plus lourde

Dans certains cas, les salaires moyens dans des pays à fiscalité plus élevée, comme le Danemark et l’Autriche, sont également plus élevés, ce qui a grandement contribué à atténuer une partie de la pression financière. Selon Eurostat, en 2022, le salaire moyen au Danemark était d’environ 62 972,33 €, tandis qu’en Autriche, il était de 68 690,65 €.

Cela est dû à des négociations salariales plus ouvertes, par exemple grâce au modèle de travail de flexicurité du Danemark, ainsi qu’à une plus grande importance accordée à l’éducation et à l’apprentissage tout au long de la carrière. Certains pays connaissent également une demande accrue dans des secteurs bien rémunérés tels que la finance, la banque, le droit et la médecine.

La hausse de l’inflation pourrait aggraver la pression fiscale

L’inflation est également un autre facteur susceptible d’alourdir la pression fiscale. Cela est particulièrement vrai après la guerre entre la Russie et l’Ukraine qui a fait monter les prix de l’énergie et des denrées alimentaires au cours des dernières années. D’autres conflits, comme la guerre entre Israël et le Hamas, sont également venus s’ajouter au mélange, les perturbations en mer Rouge alimentant encore davantage la flambée des prix de l’énergie et d’autres bons prix.

Si cette tendance se poursuit, la hausse des prix à la consommation exercera également une pression accrue sur les portefeuilles des citoyens, ce qui rendra plus difficile l’augmentation des impôts.

Bien que l’inflation de la zone euro soit tombée à son plus bas niveau depuis deux ans à 2,8 % en janvier, la Banque centrale européenne (BCE) maintient toujours une approche prudemment optimiste et dépendante des données avant de prendre une décision concernant une baisse des taux d’intérêt.

Laisser un commentaire

19 − 11 =