Orban accueille Israël pour les éliminatoires de l'Euro 2024 alors que la préparation de la Palestine à la Coupe du monde se poursuit pendant la guerre

Jean Delaunay

Orban accueille Israël pour les éliminatoires de l’Euro 2024 alors que la préparation de la Palestine à la Coupe du monde se poursuit pendant la guerre

La Palestine disputera ses matchs à domicile dans le stade neutre du Koweït alors que les relations Orban-Netanyahu amènent les matches de qualification d’Israël pour l’Euro 2024 en Hongrie.

L’entraîneur principal de l’équipe nationale palestinienne de football, Makram Daboub, est rassuré – du moins pour le moment – ​​par le fait que ses joueurs bloqués à Gaza sont en sécurité.

La lutte pour préparer son équipe au début des matchs de qualification pour la Coupe du monde 2026 est sa priorité secondaire.

Daboub voulait inclure Ibrahim Abuimeir, Khaled Al-Nabris et Ahmed Al-Kayed dans un camp d’entraînement en Jordanie avant les qualifications, mais ils n’ont pas pu sortir de Gaza en raison de la guerre entre Israël et le Hamas, qui en est à sa deuxième guerre. mois.

C’est là que se réalisent les paroles de l’influent manager italien Arrigo Sacchi, selon lesquelles le football est « la plus importante des choses les moins importantes dans la vie » et que l’équipe nationale jouera contre le Liban jeudi prochain et contre l’Australie le 21 novembre sur fond d’offensive israélienne sur Gaza..

« Jusqu’à présent, tout va bien », a déclaré Daboub à l’Associated Press. « Beaucoup de leurs proches sont cependant morts à la suite des bombardements. »

Deux joueurs de Gaza, Mohamed Saleh et Mahmoud Wadi, basés en Égypte, devraient rejoindre l’équipe palestinienne en Jordanie.

« Avec les morts et les destructions à Gaza, les joueurs sont dans un état psychologique difficile », a ajouté Daboub.

DOSSIER – Dans cette photo d'archive du 26 octobre 2008, des joueurs de l'équipe palestinienne de football sont vus sur le terrain avant un match contre la Jordanie dans un stade de la ville d'Aram en Cisjordanie.
DOSSIER – Dans cette photo d’archive du 26 octobre 2008, des joueurs de l’équipe palestinienne de football sont vus sur le terrain avant un match contre la Jordanie dans un stade de la ville d’Aram en Cisjordanie.

Mais pour Susan Shalabi, vice-présidente de la Fédération palestinienne de football, il ne fait aucun doute que les joueurs et le peuple souhaitent que les matchs aient lieu.

« C’est un peuple qui veut être entendu et vu par le reste du monde, qui veut vivre normalement comme tout le monde, donc les gens se soucient de leur équipe nationale », a déclaré Shalabi à AP. « Cela représente le désir d’être reconnu comme une nation libre et souveraine. »

La Palestine avait initialement été désignée pour accueillir l’Australie pour débuter ce tour de qualification, mais le match a été déplacé sur un terrain neutre au Koweït.

Les préparatifs ont déjà été interrompus car les joueurs n’ont pas pu partir pour participer à un tournoi en Malaisie le mois dernier. Désormais, l’équipe est basée en Jordanie pour être sûre de pouvoir voyager pour les matchs.

« Nous ferons de notre mieux », a déclaré Daboub. « Le football est le jeu le plus populaire au monde. Cela rassemble les gens. Nous aspirons à obtenir de bons résultats et à montrer l’identité palestinienne et le fait que c’est un peuple qui mérite la vie et aime la paix.

Les joueurs du Maccabi Tel Aviv montrent un drapeau israélien alors qu'ils posent pour la photo officielle avant le match de football du groupe B de l'Europa Conference League entre Zorya Luhansk et Maccabi Te
Les joueurs du Maccabi Tel Aviv montrent un drapeau israélien alors qu’ils posent pour la photo officielle avant le match de football du groupe B de l’Europa Conference League entre Zorya Luhansk et Maccabi Te

Le foyer temporaire du football israélien : le village de Viktor Orban

L’équipe nationale d’Israël se dirige vers un petit village hongrois alors qu’elle se prépare à disputer ses derniers matchs à domicile pour le tournoi de qualification pour l’Euro 2024, au milieu de problèmes de sécurité suite à une montée des sentiments antisémites..

Israël accueillera des matchs « à domicile » contre la Suisse mercredi prochain et la Roumanie trois jours plus tard alors qu’il vise une place de qualification au championnat continental, ce qui serait sa première depuis son adhésion à la confédération européenne de football, l’UEFA en 1994.

Il y a cependant un piège. Les matchs se joueront dans un stade somptueux considéré comme le projet favori d’un fanatique de football bien connu : le Premier ministre hongrois Viktor Orbán.

La décision d’organiser les matches à Felcsut, un village d’environ 1 900 habitants où Orbán a passé une grande partie de son enfance, reflète ses profondes affinités politiques avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Yacov Hadas-Handelsman, l’ambassadeur d’Israël en Hongrie, a reconnu que les relations étroites entre Orbán et Netanyahu ont joué un rôle dans l’arrivée de l’équipe israélienne à Felcsut.

« Nous avons une très bonne combinaison de relations et de relations personnelles (et) d’un pur amour du sport et du football au sein du gouvernement hongrois », a déclaré Hadas-Handelsman à l’Associated Press.

Même avant les attaques du Hamas en Israël le mois dernier, le dirigeant hongrois avait longtemps présenté son pays comme le plus sûr d’Europe pour les Juifs.

Récemment, Orbán a interdit les manifestations pro-palestiniennes à la suite des bombardements israéliens dans la bande de Gaza et a cité ces manifestations dans certaines villes d’Europe occidentale comme une preuve supplémentaire que son gouvernement a fait un meilleur travail dans la lutte contre l’antisémitisme que ses homologues occidentaux.

Laisser un commentaire

4 + 11 =