« Nous voulons redonner » : des médecins à la retraite ouvrent un cabinet pour faire face à la crise du personnel médical en France

Jean Delaunay

« Nous voulons redonner » : des médecins à la retraite ouvrent un cabinet pour faire face à la crise du personnel médical en France

Un cabinet médical unique dirigé par des médecins retraités a ouvert ses portes dans le sud de la France.

Yves Carcaillet avait à peine un an de retraite lorsqu’il a été approché par sa ville pour reprendre le travail.

« J’étais médecin depuis 45 ans et je trouvais très douloureux de quitter mes patients, surtout quand je savais qu’ils auraient du mal à trouver un autre médecin pour les embaucher », a déclaré le médecin de 74 ans à L’Observatoire de l’Europe Next.

Il est désormais l’un des huit médecins âgés de 69 à 78 ans qui dirigent une clinique dans la ville d’Albi pour répondre à la pénurie de personnel médical dans la région. Cette pratique est la première du genre et a été lancée fin juin.

« Nous aimons vraiment travailler ensemble, c’est une ambiance très détendue », a déclaré Carcaillet.

Yves Carcaillet
Dr Yves Carcaillet à l’accueil du cabinet.

Dans la nouvelle clinique, les médecins retraités travaillent par roulement de quatre heures, ce qui leur permet de conserver un sentiment de liberté.

« Nos horaires sont soigneusement construits, de sorte que si quelqu’un doit s’occuper de ses petits-enfants, il soit libre de le faire », a déclaré Carcaillet.

Le cabinet prend au total 50 rendez-vous par jour, mais au lieu de servir de médecins généralistes aux patients, ils fournissent une assistance à ceux qui ont besoin d’un rendez-vous rapidement.

« Nous avons eu un patient qui a dû attendre six semaines pour obtenir un rendez-vous chez son médecin généraliste. Nous avons pu le voir le jour même. Nous sommes ici parce que nous voulons redonner à la communauté », explique Carcaillet.

Euronews
Le département du Tarn est situé dans le sud de la France.

« L’ouverture du cabinet a apporté un sentiment de sérénité à la ville. Les gens étaient anxieux et stressés à l’idée d’obtenir un rendez-vous chez le médecin », a-t-il ajouté.

Même si la ville d’Albi n’est pas classée zone de pénurie extrême de médecins, de nombreuses communes du Grand Tarn département (comté) sont gravement touchés.

C’est un problème répandu dans toute la France, puisque 11 pour cent de la population n’a pas de médecin généraliste, selon un rapport du Sénat français.

Un nouveau souffle pour les médecins retraités

Le nouveau cabinet rencontre un grand succès auprès des patients mais aussi auprès des médecins retraités, qui sont de plus en plus nombreux à postuler.

Pour être embauchés, les médecins retraités doivent passer par un processus de recrutement rigoureux.

« Nous devons nous assurer que les médecins sont aptes à exercer, que leurs connaissances médicales sont à jour. Nous avons également dû dispenser des formations informatiques », explique le Dr Etienne Moulin, conseiller santé de la région.

« Il semble que cette pratique fonctionnera à perte, mais la ville comblera très probablement ce déficit », a-t-il déclaré.

Trois assistants médicaux sont employés par l’hôpital local pour travailler aux côtés des médecins afin de garantir le bon fonctionnement du cabinet.

Les médecins du cabinet sont rémunérés par l’intermédiaire de l’association qu’ils ont fondée, l’Association des médecins retraités d’Albi. Ce dispositif a bénéficié d’un accord spécial de la part du gouvernement français et de la régie régionale de la santé.

Pénurie généralisée de médecins en France

La pénurie de médecins en France devrait culminer en 2024, et la situation ne devrait se stabiliser qu’à partir de 2030, selon une étude gouvernementale de 2017.

En France, l’âge moyen des médecins était de 51 ans en 2018, avec 30 % d’entre eux ayant plus de 60 ans.

En octobre dernier, le président français Emmanuel Macron a exhorté les médecins proches de l’âge de la retraite à continuer de travailler, en leur offrant des avantages en matière de retraite, lors d’un entretien avec la chaîne de télévision France 2.

Yves Carcaillet
Un médecin effectue une consultation avec un patient au cabinet d’Albi.

Le Dr Etienne Moulin a déclaré que plusieurs facteurs ont influencé la crise.

« La génération des baby-boomers qui s’est installée en France dans les années 1970 prend aujourd’hui sa retraite et elle n’est pas remplacée », a déclaré Moulin.

Il attribue cela en partie à un changement de génération, les jeunes médecins exigeant de meilleures conditions.

« Ils ne veulent pas travailler plus de 70 heures par semaine, 6 jours par semaine », a-t-il déclaré.

De retour à la clinique, une chose reste sûre pour Carcaillet.

« Nous n’essayons pas de rivaliser avec nos jeunes collègues, nous fermerons la porte le jour où ils voudront ouvrir un cabinet ici », a-t-il déclaré.

« Pour l’instant, nous continuerons à donner un coup de main à la communauté et nous le ferons avec beaucoup de plaisir ».

Laisser un commentaire

quatre × trois =